1.         Fort de Bahla (Oman) (C 433)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1988-2004

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/433/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-1988)
Montant total approuvé : 57 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/433/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 25 000 dollars EU (financement privé) 

Missions de suivi antérieures

Missions d’experts du Centre du patrimoine mondial en 2001, 2002 et 2003 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Détérioration des structures en terre du Fort ;

b) Absence de techniques de conservation adaptées ;

c) Pression urbaine essentiellement due au projet de nouveau marché près du Fort, notamment des propositions d’aménagement urbain du quartier ;

d) Absence de mécanismes de gestion, notamment de législation.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/433/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

La décision 30 COM 7B.56 demandait à l’État partie de soumettre les éléments suivants :

a) Un rapport complet sur les travaux de restauration effectués au Fort de Bahla, notamment des documents graphiques et des photos ;

b) La version finale du plan de gestion tel qu'adopté ;

c) Le cadre juridique en cours d’établissement pour la mise en oeuvre du plan de gestion ;

d) La structure administrative mise en place pour exécuter le plan de gestion ;

e) Un résumé des séminaires consacrés au plan de gestion et de leurs résultats ;

f) Un rapport d’avancement sur le travail déjà entrepris pour le Souk de Bahla.

Le 21 mars 2007, les autorités omanaises ont transmis au Centre du patrimoine mondial un rapport qui donne un résumé des travaux de restauration et des fouilles archéologiques effectués depuis 1992. Le Centre du patrimoine mondial note l’ampleur des travaux de préservation et de mise en valeur du bien, notamment les efforts faits pour maintenir ou raviver les savoir-faire des artisans (charpentiers, forgerons et fabricants de briques).

Concernant les travaux sur le souk de Bahla, le rapport de l’État partie fait référence à des consultations qui ont eu lieu en mars 2006 avec les commerçants et sur la base desquelles un projet est en cours d’élaboration.

Par ailleurs, en 2004 le bien a été retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril sur la base de l’engagement de l’État partie de préparer un plan de gestion, en plus de la mise en œuvre de mesures de conservation. La lettre d’accompagnement de l’État partie annonce le plan de gestion final. Or, le document joint au rapport est le plan de gestion daté de 2005, lui-même réplique de celui de 2003 ne tenant pas compte des recommandations du Centre du patrimoine mondial et de l’ICOMOS, tel que demandé dans la décision30 COM 7B.56.

Dans le rapport soumis par l’État partie, il est déclaré que certaines dispositions importantes du plan de gestion, proposées en 2005 mais non officiellement adoptées, sont déjà opérationnelles, comme le contrôle de toute initiative d’aménagement. Mais le rapport ne donne pas d’informations détaillées sur le fonctionnement concret de ce mécanisme de contrôle. Il semblerait qu’aucun progrès officiel n’ait été accompli à cet égard et qu’il n’ait pas encore été donné suite aux inquiétudes exprimées par le Comité du patrimoine mondial à propos de l’impact négatif possible de l’aménagement de l’oasis. De même, aucune indication n’est donnée sur le cadre juridique ni sur la structure administrative qui doivent permettre l’exécution du plan de gestion.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.67

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 29 COM 7B.46 et 30 COM 7B.56 respectivement adoptées à ses 29e (Durban, 2005) et 30e (Vilnius, 2006) sessions,

3. Note les efforts de l'État partie pour effectuer les travaux de réhabilitation et rappelle à l'État partie que les normes internationales de conservation et de restauration doivent être respectées;

4. Regrette qu'aucun progrès n'ait été fait par rapport aux décisions et recommandations antérieures du Comité sur la finalisation du plan de gestion, en tenant compte des recommandations du Centre du patrimoine mondial et de l'ICOMOS relatives à son adoption officielle et à sa mise en œuvre;

5. Prie instamment l'État partie de finaliser et adopter le plan de gestion et de mettre en place le cadre juridique et la structure administrative nécessaires pour sa mise en œuvre;

6. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2008, le plan de gestion adopté, un rapport d'avancement détaillé sur sa mise en œuvre et sur le cadre juridique et la structure administrative ainsi que le projet de souq, pour examen par le Comité à 32e session en 2008.