1.         Île de Gorée (Sénégal) (C 26)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/26/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1981)
Montant total approuvé : 73 700 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/26/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2004 : Mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS; 2006 : Mission du Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Retard dans la nomination d’un gestionnaire du site ;

b) Risques d’écroulement de bâtiments historiques ;

c) Erosion marine ;

d) Construction de la réplique du Mémorial de Gorée.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/26/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Lors de sa 30e session (Vilnius, 2006), le Comité du patrimoine mondial avait noté avec inquiétude l’impact négatif potentiel de l’érosion cotière et marine sur l’île de Gorée. Dans Ie rapport qu’il a soumis au Centre du patrimoine mondial le 15 mars 2007, l’Etat partie a informé le Centre du patrimoine mondial que les activités suivantes avaient été entreprises sur le bien afin d’en améliorer l’état de conservation :

a) Restauration et réhabilitations

Un effort de 205 millions de francs CFA a été consenti en 2006 pour la réhabilitation et l’équipement du poste de santé et d’un centre socio-culturel, et ce avec la coopération de partenaires au développement (Banque Mondiale). De même, il est prévu pour 2007, avec le soutien de la Présidence de la République, la réhabilitation de l’ancien Palais Roume ou Relais de l’Espadon, de l’Ancienne Maison du Soudan, et du Siège de l’ex Université des Mutants.

b) Nomination d’un gestionnaire du site

Le Ministère de la Culture a pris un arrêté n° 00 6260/MCPHC/DPC/DIR/oke en date du 14/09/2006 portant création de postes de gestionnaire dans les sites sénégalais classés sur la Liste du patrimoine mondial. Le conservateur adjoint de la Maison des Esclaves qui évolue dans le domaine de la conservation depuis plus de vingt ans, et qui a suivi le Programme Africa 2009 sur la gestion et la conservation du patrimoine culturel immobilier africain, occupera de fait le poste pour l’Ile de Gorée.

c) Gestion des populations et des touristes

Un afflux continue de visiteurs d’horizons divers, et un accroissement du nombre d’élèves visiteurs sénégalais dans le cadre de sorties scolaires a été noté en 2006. Cet afflux de visiteurs n’est pas sans conséquence sur la gestion du site au quotidien, avec l’apparition de souks anarchiques à usage commercial ainsi que de restaurants sur l’île. Ainsi, cette situation a conduit la Municipalité de Gorée à mettre en place un dispositif de veille sanitaire incluant : la mise à disposition d’un dispensaire Municipal comprenant une maternité avec une sage femme résidente, le dispensaire de l’Ordre de Malte ; et une vedette ambulance rapide pour les évacuations en urgence. Il en est de même de l’installation d’un Commissariat de Police et d’un détachement de Sapeurs pompiers. De plus, afin de contribuer au désenclavement de l’île, l’Etat partie a fait état, dans son rapport, de l’acquisition d’un nouveau bateau qui va assurer la liaison maritime Dakar/Gorée. Dans le but de mieux faire respecter les normes édictées dans le cadre de la Convention du patrimoine mondial, le Ministère de la Culture a décidé d’engager à court terme une concertation entre les différentes parties prenantes (Ministère de la Culture et du Patrimoine Historique Classé, Mairie de Gorée, Bureau UNESCO de Dakar, Institutions publiques et privées installées à Gorée, Syndicat d’initiatives et de tourisme, Liaison Maritime Dakar/Gorée, les Ecoles et les représentants des populations, etc.)

d) Occupation anarchique du Castel

Le développement de l’activité touristique a également eu pour autre conséquence une occupation anarchique, tout le long du chemin de charroi de l’artillerie. On observe, par endroit, l’existence de baraquements en bois construits par des squatters, et ce malgré les sommations adressées par la Direction du Patrimoine Culturel. Cette situation qui s’apparente à une tentative de transformation du Castel en bidonville finira, si l’on n’y prend garde, par détériorer le site. Selon l’Etat partie, cette situation qui est en cours d’évaluation requiert, afin d’en venir à bout, le soutien du Comité du patrimoine mondial pour sensibiliser les différentes parties prenantes. Le rapport indique par ailleurs que, compte tenu du transfert de certaines responsabilités aux communes, la Mairie de Gorée a été invitée à appliquer la réglementation en vigueur, afin de remédier à cette situation.

 

e) Réplique du Mémorial de Gorée

Tout en réaffirmant sa disponibilité à mettre en œuvre des mesures correctives pour limiter l’impact négatif de la réplique du Mémorial de Gorée sur le bien, l’Etat partie souhaiterait un avis définitif du Comité du patrimoine mondial sur l’opportunité ou non de son maintien.

ICOMOS a étudié la demande de l’Etat partie sur la base des décisions antérieures du Comité et du rapport de la mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2004. Lors de sa 28e session (Suzhou, 2004), le Comité a invité l’Etat partie à entreprendre des mesures correctives. Après avoir envisagé les différentes options possibles, ICOMOS considère que toute intervention fiable ne réduirait pas de manière significative l’impact de ce mémorial qui a entre-temps acquis une haute valeur symbolique.

f) Erosion marine

Faisant suite à des prises de contact et à des discussions tripartites entre l’UNESCO, le Ministère de la Culture du Sénégal et la Fondation du Qatar, une mission conjointe UNESCO-Secteurs sénégalais ‘Culture et Education’ a été menée à Doha, Qatar du 6 au 7 septembre 2006 afin de rencontrer les responsables de la Fondation du Qatar et de discuter du Projet et des modalités d’exécution de ses deux volets, la protection côtière et le renforcement des capacités sur la conservation et la protection du patrimoine grâce à la formation technique et professionnelle des habitants de l’île. Par la suite, des spécialistes de l’UNESCO et des experts de la Fondation du Qatar ont effectué une mission au Sénégal et à l’île de Gorée du 18 au 23 septembre 2006 pour poursuivre les discussions sur la coopération et pour développer des propositions de projet concrètes en termes d’appui pour une meilleure gestion de l’île de Gorée. Le suivi du projet bilatéral envisagé entre le Sénégal et la Fondation du Qatar pour lutter contre le phénomène d’érosion du littoral à Gorée sera effectué par l’UNESCO. Les objectifs principaux du document de projet pour ‘la sauvegarde de l’île de Gorée au Sénégal, bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial’ sont :

(i) La mise en place d’une unité en charge de la gestion du projet ;

(ii) La réhabilitation des bâtiments historiques sélectionnés ;

(iii) La gestion et la mise en valeur de l’environnement ; et

(iv) L’éducation et la formation professionnelle et le renforcement des capacités en matière de conservation et de protection du patrimoine.

Le coût total du projet, estimé en dollars EU à 4.385.530, sera financé par la Fondation du Qatar dans le cadre d’un Fonds en dépôt pour couvrir toutes les dépenses externes et locales liées à la réhabilitation des bâtiments et les activités de formation professionnelle et de formation de la communauté. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.52

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant la décision 30 COM 7B.43, adoptée à sa 30e session (Vilnius, 2006),

3. Prend note des efforts consentis par l'Etat partie en vue d'améliorer l'état de conservation ainsi que le désenclavement du bien ;

4. Encourage les Etats parties du Sénégal et du Qatar à finaliser le projet proposé de réhabilitation cotière de l'Île de Gorée, et demande au Centre du patrimoine mondial d'apporter son soutien technique aux deux parties ;

5. Note avec inquiètude l'installation de petits commerces ainsi que l'occupation anarchique d'espaces protégés ;

6. Demande à l'Etat partie de nommer en urgence le gestionnaire du site, et faire appliquer la réglementation en vigueur sur tout le territoire du bien, notamment en ce qui concerne les occupations anarchiques des espaces protégés ;

7. Rappelant la décision 28 COM 15B.42, dans laquelle l'Etat partie a été invité à élaborer des stratégies visant à prendre les mesures correctives permettant de limiter l'impact négatif de la réplique du mémorial Gorée-Almadies, et après avoir étudié les différentes possibilités, considère que des mesures satisfaisantes n'auront pas d'impact positifs significatifs ;

8. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009, un rappport détaillé sur l'état de conservation du bien pour examen par le Comité à sa 33e session en 2009, en particulier sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre du projet de réhabilitation cotière de l'Île de Gorée, et sur la réhabilitation du patrimoine architectural.