jump to the content

Patrimoine Mondial

n°62 - février 2012
Patrimoine mondial et peuples autochtones

Ce numéro de Patrimoine Mondial est entièrement consacré au lien durable qui unit nombre de sites du patrimoine mondial aux peuples autochtones qui y demeurent.

C’est là une question complexe et sensible, pour des motifs tant historiques que culturels et pratiques, mais le fait même qu’elle a su retenir notre attention paraît prometteur. Il est apparu, il y a déjà quarante ans, aux rédacteurs de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO que les sites naturels et culturels les plus exceptionnels de la planète avaient besoin d’une protection formelle. C’était notamment le cas de tous ceux que menaçaient les transformations soudaines et radicales par lesquelles passait alors (et que subit toujours) notre monde. Dès lors, et au fil des décennies, à mesure que l’Organisation des Nations Unies tirait les conséquences pratiques inhérentes aux principes qu’elle s’était elle-même imposés, d’abord au cours des années quarante et par la suite, en formalisant ces conclusions dans une série de Déclarations, de Résolutions et de Conventions, de nombreuses questions furent identifiées et formellement reconnues et intégrées, à leur tour, dans le processus du patrimoine mondial.

Ce fut tout récemment le cas pour les questions touchant aux peuples autochtones du monde, qui obtiennent désormais, peu à peu, la reconnaissance, non seulement de leurs droits, mais aussi de la part qu’ils ont jouée dans la gestion durable des territoires qu’ils occupent, et la contribution qu’ils peuvent apporter aux efforts destinés à assurer leur conservation durable. Il se trouve en effet qu’à mesure que les institutions du patrimoine mondial gagnaient en expérience en matière de conservation, il est apparu que la protection des sites naturels pouvait justement être mise en application en reconnaissant l’existence des habitants traditionnels de ces sites, puisque ceux-ci avaient été discrètement mais effectivement gérés, pendant des milliers d’années, par les mêmes peuples autochtones qui, au cours des derniers siècles, ont bien trop souvent été exclus, par principe, des responsabilités de gestion de leurs propres territoires.

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007, fut conçue pour garantir que les clauses de la Charte des Nations Unies et la Déclaration des droits de l’homme soient appliquées, comme il convient, aux peuples ainsi désignés. On trouvera des articles dans ce numéro touchant à la manière dont les principes de cette Déclaration ont été mis en application dans le cadre du patrimoine mondial, notamment dans la région lapone, où un accord a récemment été signé entre le Gouvernement suédois et les habitants samis des régions les plus septentrionales du pays, mais aussi en Afrique du Sud, avec les populations nama du Paysage culturel et botanique du Richtersveld. L’article de Tumu te Heuheu, Merata Kawharu et R. Ariihau Tuheiava présente en outre un survol de la situation à l’échelle planétaire. Les auteurs ont en effet joué un rôle éminent au fil des ans dans la formulation de diverses questions touchant au patrimoine mondial. L’entretien avec Myrna Cunningham, Présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones aux Nations Unies (UNPFII), est également éclairant en la matière. Comme l’a dit Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, « Le patrimoine mondial est une pierre angulaire de la paix et du développement durable. C’est une source d’identité et de dignité pour les communautés locales, une source de savoir et de force à partager. En 2012, alors que nous célébrons le 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO, ce message est plus que jamais d’actualité ».

Sommaire

Dossier: Patrimoine mondial et autochtonie

Patrimoine mondial et autochtonie

Les cultures riches et les pratiques traditionnelles des populations autochtones, ainsi que les problématiques qu’elles rencontrent dans le monde actuel, concernant de nombreuses sphères telles que le développement économique, l’environnement et les droits de l’homme.

La région de Laponie
Un nouvel esprit de consensus

En automne 2011, une nouvelle organisation, à majorité saamie, a été créée. L’organisation a développé une gestion commune et participative dans les zones protégées du patrimoine mondial de la Région de Laponie.

Le Parc national de Manú Centre d’articulation entre les cultures andines et amazoniennes

Depuis la création du Service péruvien de la protection des zones naturelles, le Parc national de Manú a amélioré durablement ses ressources financières et humaines, mais il fait face à une protection insuffisante des peuples indigènes isolés.

Les Nama et le Paysage culturel et botanique du Richtersveld

La transhumance, pratiquée par le peuple nama jusqu’à nos jours, a façonné le paysage du Richtersveld.

Focus

Patrimoine mondial et peuples autochtones : l’évolution d’une importante relation

La relation entre les peuples autochtones et les sites du patrimoine mondial ainsi qu’avec leur environnement culturel et naturel, est une question cruciale.

Forum

Entretien

Entretien avec Myrna Cunningham, Présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies.

Organisations consultatives

ICOMOS : notre dignité commune : la place des droits de l’homme dans la gestion du patrimoine.

Conventions

Le savoir traditionnel, la Convention sur la diversité biologique et le patrimoine mondial.

Préservation

Le patrimoine mondial libyen ; 18e Assemblée générale des États parties ; 9es Rencontres annuelles de l’Association des biens français du patrimoine mondial ; Grand coup de balai en Arctique ; Formation en planification spatiale marine au Mexique ; Un grand pas en avant pour la biodiversité ; Le Fonds de réponse rapide mis à contribution ; Restauration de la rivière Elwha dans le Parc national Olympique ; Le concept de « paysage urbain historique » mis à l’épreuve.

Sites en péril

Les forêts humides de Madagascar menacées par les coupes illégales de bois précieux ; Reconstruction des tombeaux des rois après l’incendie de Kasubi.

Promotion

Volontariat international pour le patrimoine mondial ; Lancement des célébrations du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial ; Les lauréats du concours Patrimonito des dessins animés ; Hommage à Wangari Maathai ; Carte du patrimoine mondial 2011-2012 ; Un journal scolaire pour bâtir des ponts entre l’Europe et le Moyen-Orient ; Le Centre du patrimoine mondial et Turismo Portugal coopèrent dans le domaine de la gestion du tourisme ; Le cas du patrimoine mondial disparu, 4e épisode.

Édition et multimédia

Calendrier

Bulletin d’abonnement

Prochain numéro

pub
Abonnez-vous maintenant
à Patrimoine Mondial
Version papier
27 Euros
Pour 1 an
54 Euros
Pour 2 ans
Télécharger
Patrimoine Mondial
Gratuitement sur tablette

Disponible pour iPad, les tablettes et smartphones Android, et le Kindle Fire.
Grâce à l’application vous pouvez non seulement lire des articles exclusifs écrits par des experts mais également voir des vidéos des sites les plus spectaculaires filmés par NHK et TBS.

iTunes Google Play Amazon

Autres numéros
Où l'acheter
Éditions UNESCO
Auteur
Centre du patrimoine mondial
Numéro
62