jump to the content

Chemin Principal Andin

Le Qhapaq Ñan, ou Chemin Principal Andin, constituait l'axe principal du projet politique et économique de l'Empire Inca. Ce chemin principal, d'une longueur estimée à 6000 km, reliait un réseau composé de routes et d'infrastructures construites pendant plus de 2000 ans de cultures andines qui ont précédé les Incas. Ce réseau de routes, long de plus de 23 000 km, connectait les différents centres de production aux centres administratifs et cérémoniels.

Le Chemin, le Chemin Principal, également appelé par certains le " Chemin Vertébral de la Sierra ", parcourt les sommets des Andes et son tracé le plus visible se trouve entre les villes de Quito et Mendoza. A cette épine dorsale, qui s'aventure sur les sommets les plus hauts, s'ajoutent d'autres chemins qui rallongent son tracé N/S le long de la côte pacifique. Entre les deux, au moyen de couloirs transversaux, d'autres chemins relient la côte, l'Amazonie et la " puna ". Le réseau des chemins incas reliait les centres de pouvoir avec les " yungas ", les déserts et les jungles dans les endroits les plus reculés de l'Empire. La maille routière tissait tous types de relation sur le territoire. La cordillère ne permettait pas les tracés radiaux, c'est pourquoi l'itinéraire suivait un tracé longitudinal, suivant une hiérarchie élémentaire basée en nœuds de trafic et ramifications qui réduisent sa taille et son importance à mesure qu'ils s'éloignent des axes principaux. La construction du chemin répond à de intérêts commerciaux, politiques, administratifs, stratégiques, commerciaux et militaires, traversant les sommets et les vallées de la Cordillères des Andes afin de transmettre les missives de l'Empire jusqu'à ses avant-postes les plus reculés.

Le réseau des chemins Incas a permis l'expansion et l'organisation de l'Empire Inca. Déjà les cultures Wari ou Chimú avaient su associer des groupes ethniques, sanctuaires et sépultures à un niveau régional. L'inca articulait son réseau au niveau du continent et ses chemins sont une expression privilégiée de l'esprit organisateur et de planification de la force de travail disponible. Ces derniers fonctionnaient comme des instruments fondamentaux pour unifier l'Empire de forme physique et organisatrice.

Il s'agit d'une méga unité de valeur universelle, d'un grand bien patrimonial multinational. Les réunions d'experts ont servi à identifier la signification culturelle et la valeur d'unité de l'ensemble afin de définir les modalités d'inscription à travers plusieurs formules de coopération technique.

Le Chemin Principal Andin est, par excellence, la manifestation d'un héroïsme silencieux, de formes élémentaires abondantes de savoirs qui traversent des différences écologiques / économiques, unissant des cultures liées indissociablement à une géographie de la planète des plus extrêmes. Dans le cas des chemins, la prouesse constructive dépasse les besoins fonctionnels d'un réseau de communication. L'énorme variété de typologies, d'escaliers, de techniques, de finitions et de traits, de délimitations, de formes constructives et de matériaux nous parlent à nouveau des habilités constructives, techniquement impeccables. Le détail avec lequel les altitudes sont atténuées, construites sans autre force motrice que celle de l'homme, en l'absence de la roue ou d'animaux de trait et seulement grâce aux outils rudimentaires en pierre, en bois ou en métal, rend bien compte d'une grande aventure impériale réussie / triomphante et réalisée en peu de générations. A l'habileté avec laquelle les chemins étaient pensés et la précision avec laquelle ils furent construits s'ajoutaient des programmes d'entretien et de rénovation permanente.

Les Incas de Cusco dotèrent cette infrastructure unique d'un caractère unitaire en moins d'un siècle. Ils lui procurèrent une cohérence fonctionnelle en y implantant des noyaux complémentaires pour le commerce, l'échange, la production et le culte et en adaptant les secteurs productifs à la typologie et au climat, en fonction des différents étages écologiques qui se trouvent le long du Chemin.

Mais le Qhapaq Ñan fut également une voie de communication qui a permis la diffusion et la maturité des cultures régionales et l'appropriation des valeurs culturelles communes, grâce à l'expansion des langues comme le quechua et le aymara et avec elles la culture et les cosmovisions. Le Chemin exprime également la relation harmonieuse et l'adaptation de ces peuples à la nature complexe andine. Aujourd'hui, les paysages culturels du Qhapaq Ñan forment un contexte exceptionnel au sein duquel les cultures vivantes andines sont porteuses d'un message universel : la capacité humaine de transformer des géographies les plus difficiles du continent américain en environnement humain

Objectifs

Les Républiques d'Argentine, de Bolivie, du Chili, de Colombie, d'Equateur et du Pérou ont sur leur territoire un patrimoine culturel commun de valeur universelle : le Qhapaq Ñan ou Chemin Principal Andin.

L'objectif du Centre du patrimoine mondial est d'assister ces pays dans un projet pionnier : la préparation d'une candidature unique pour l'inscription du Qhapaq Ñan sur la Liste du Patrimoine mondial, par le biais d'un processus de coopération régional inédit et novateur.

Evénements (1)