English Français

Sud-Ouest Malgache, Pays Mahafaly

Date de soumission : 14/11/1997
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Centre d'Art e d'Archeologie de l' Université d' Antananarivo & Min. Culture et Communication
Coordonnées Le Pays Mahafaly est situé dans la région sud-ouest de Madagascar sur le plateau calcaire compris entre les fleuves Menarandra et Oni-lahy, à 150 km à l'est et au sud-est de Tuléar avec comme chefs-lieux Ampanihy, Ejeda et Betioky.
Ref.: 949
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

La zone proposée est un bien mixte à la fois naturel (I) et culturel (II). (I) Le Pays Mahafaly, comme l'ensemble de toute la partie sud de Mada-gascar est une rude région sub-désertique avec un paysage végétal étrange adapté à la sécheresse et à la chaleur et qui semble appar tenir à un autre monde : arbres sans feuilles, forets sans ombre, des épines partout, plantes grasses de toutes sortes, arbres-pi-euyres ou arbres-cierges avec des candélabres épineux et décharnés euphorbes arborescentes au latex caustique, baobabs bouffis en forme de bouteilles, pachypodium boursoufflés, plantes dont la plupart ne se rencontrent nulle part ailleurs dans le monde... (II) De tous temps les habitants du sud de Madagascar et particulière-ment les Mahafaly surent mettre à profit cette nature hostile et épineuse de la vegétation pour la defense de leurs villages qui sont alors batis au milieu d'une ceinture infranchissable d'arbre" épineux. C'est aussi dans ce cadre que l'on trouve une forme d'art traditionnel particulièrement caractéristique de Madagascar et qui s'inscrit en même temps au coeur d'un faisceau de pratiques rituelles : l'art funéraire mahafaly. Cet art funéraire est compo-sé de tombeaux (de grands edifices carrés de 10 à 15 m de coté, de 1 m à 1,50 m de hauteur, constitués de pierres grossièrement tail-lëes sur les parties externes et de pierres brutes entassées dans la partie interne recouvrant le compartiment funéraire); de pierre leyées dressoes au milieu de la façade principale et à chaque angle de l'edifice; d'arbres-pieuvres qui sont plantés contre l'edifice, de part et d'autre dé la façade principale; des aloalo qui sont des poteaux de bois sculpté de 1,50 m à 1,80 m de hauteur plantés sur le dessus vers l'est et enfin, des crânes des zébus sacrifiés lors de funérailles qui peuvent durer dés sémainés et de quelques ustensiles familiers du défunt. Les aloalo comportent des sculptures géométriques a jours sur leur fut et dés figurines sculptées à leur sommet evoquant la personnalité du defunt, des biens qui lui étaient chers, des scènes de la vie quotidienne ou des zebus ou des oiseaux...