English Français

La foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli-Liban

Date de soumission : 31/07/2018
Critères: (i)(ii)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Délégation permanente du Liban auprès de l'UNESCO
État, province ou région :
Tripoli
Coordonnées N34,4380941 E35,8308371
Ref.: 6357
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

La foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli a été conçue en 1962 par l'architecte brésilien Oscar Niemeyer sur un terrain de 70 hectares situé entre le centre historique de Tripoli et le port Al Mina.

Le bâtiment principal de la foire est constitué d'une immense halle couverte en forme de boomerang de 750 mètres de longueur par 70 mètres de largeur sous laquelle les différents pays peuvent installer librement leurs espaces d’exposition.

L'entrée du complexe de la foire prend naissance à l'extrémité sud du boomerang : une vaste rampe conduit à un portique surélevé d'où le visiteur découvre l'ensemble de la composition. Dans l'espace généré par la concavité de la courbe, une série de formes architecturales « mineures » forment contrepoints, reliées par des jardins et des plans d'eau : le « Musée du Liban » structure carrée entourée d'une d'arcades pointues, le théâtre expérimental en forme de dôme, le « Musée de l'espace » avec son héliport, le pavillon des enfants, le réservoir d'eau surmonté d'un restaurant et la Maison du directeur. Dans la partie nord, une rampe cérémoniale conduit à l'amphithéâtre de plein air, surmontée par une arche monumentale formant signal.

Les différents bâtiments ont été édifiés de 1967 à 1975 mais la Foire n'a pas pu être mise en service à cause des évènements qui ont ensanglanté le Liban à partir de 1975. Bien que seuls quelques bâtiments soient utilisés depuis les années 1990, la composition générale de la Foire est intacte et les formes des bâtiments apparaissent dans toute leur plasticité.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

La foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli est un exemple abouti de l'architecture du Mouvement moderne du XXe siècle. Construite dans la capitale du Liban Nord, elle a constitué le proie phare de la politique de modernisation du Liban dans les années 1960. De par son échelle et la richesse de son expression formelle, elle constitue l'une des œuvres majeures représentatives de l’architecture moderne du XXe siècle dans le Proche-Orient arabe.

Critère (i) : La foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli est une création majeure du génie humain, qui représente l'expression vivante des principes et des idéaux avancés par le mouvement moderniste et efficacement intégrés dans le contexte du proche orient arabe, à proximité du centre historique de la ville de Tripoli, lui-même inscrit sur la Liste indicative du Patrimoine Mondial. Le projet de Foire internationale a été étroitement lié à une stratégie de développement ambitieuse et à un processus d'auto-affirmation de la modernité libanaise aux yeux du monde dans les années 1960.

Critère (ii) : Le projet de la foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli exprime de manière exceptionnelle le vaste mouvement de modernisation qui s'est développé dans le Proche orient arabe à partir des années 1950. La collaboration étroite entre Oscar Niemeyer, architecte de l'opération, et les ingénieurs libanais qui ont établi les calculs de structure et surveillé l'exécution du projet selon les dessins préparés par l'architecte ont constitué un exemple remarquable d'échanges entre les différents continents. La qualité de la conception urbaine, architecturale et paysagère a fixé des orientations et constitue toujours une source d'inspiration pour les architectes dans le monde arabe.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Intégrité

Bien que la ville de Tripoli se soit étendue sur les terrains qui entourent la Foire, le site projeté par Niemeyer sous forme d'une ellipse de 70 ha de superficie est préservé dans son intégrité. Bien que partiellement inachevés, la quasi-totalité des bâtiments sont préservés dans leur état d'origine et les espaces paysagers font l'objet d'un entretien régulier. Des projets de construction qui auraient affecté l'intégrité de l'ensemble avaient été envisagés il y a une dizaine d'armées mais ces projets ont été abandonnés grâce à la pression de la société civile. Des désordres sont apparus dernièrement dans certains des bâtiments de la Foire sous forme de fissures et de lézardes clans le béton avec corrosion des aciers. Une campagne d'investigation doit être menée afin d'évaluer l'importance des dégradations, de prévoir l'évolution des désordres et de déterminer les remèdes à apporter.

Authenticité

La Foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli n'a été utilisée que partiellement depuis sa construction. Les quelques aménagements qui ont été réalisés sous la halle en forme de boomerang dans les années 1990 correspondent à l'esprit du projet de Niemeyer qui prévoyait de permettre l'installation libre de différents pavillons sous la halle. L’authenticité du concept et de la structure a été maintenue.

Comparaison avec d’autres biens similaires

La Foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli constitue l'un des rares exemples de l'architecture du Mouvement moderne du XXe siècle inscrits sur les Listes indicatives dans le Monde arabe et constitue, de par son échelle et la richesse de son expression formelle, l'une des œuvres majeures représentatives de l'architecture de ce Mouvement dans le Proche-Orient arabe.

Le projet de la Foire reprend les principes mis en œuvre par Niemeyer dans ses grandes réalisations brésiliennes : Pampulha, Ibirapaena et Brasilia. Bien qu'elle ne puisse pas rivaliser avec cette dernière, la Foire Internationale Rachid Karameh de Tripoli représente néanmoins une tentative pionnière et un exemple exceptionnel d'adaptation du langage des grandes compositions architecturales du mouvement moderne au contexte du Proche orient arabe.