English Français

Île d’Anticosti

Date de soumission : 13/04/2018
Critères: (viii)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Parks Canada Agency
État, province ou région :
Province de Québec
Coordonnées N49 51 42.05 W64 31 20.01
Ref.: 6336
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Située dans le golfe du Saint-Laurent, l’île d’Anticosti couvre un territoire de 9289 km2 avec un littoral qui s’étend sur plus de 550 km. Les roches calcaires qui affleurent sur l’île forment une séquence sédimentaire continue de près de 1 km d’épaisseur qui illustre un tournant critique dans l’histoire de la vie sur Terre : la quasi-disparition de la vie dans les océans à la limite de l’Ordovicien et du Silurien. Les principaux phénomènes géologiques et géomorphologiques d’Anticosti présentent un ensemble de processus naturels qui sont uniques et d’une importance scientifique et esthétique exceptionnelle, en plus de constituer le registre fossilifère le plus complet et le mieux exposé de son époque géologique.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

L’île d’Anticosti constitue le meilleur laboratoire naturel du monde pour l’étude des fossiles et des strates sédimentaires datant de l’époque de l’Ordovicien et du Silurien. En effet, elle est le vestige le plus important en épaisseur au monde, ainsi que le registre fossilifère le plus complet de cette époque. L’étude de cette période nous permet de mieux comprendre les profonds changements climatiques qu’a subis la planète à cette époque, ainsi que l’extinction de masse des espèces qui en a découlé et la manière dont la vie a repris son cours par la suite. Cet intervalle de l'histoire de la Terre n'est pas représenté, à ce jour, au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les strates calcaires non déformées, superbement exposées le long du rivage et dans les principales rivières de l’île se démarquent par l’abondance et la diversité des invertébrés marins fossiles en comparaison avec les autres sites fossilifères de cette époque. La paléontologie exceptionnelle de l’île d’Anticosti est reconnue depuis la fin du 19e siècle et continue toujours d’attirer de nombreuses équipes de recherche internationales. L'état de conservation des fossiles permet des travaux scientifiques de haute qualité allant de la systématique des individus à la structure écologique des écosystèmes. De plus, la préservation exquise des fossiles et des strates sédimentaires permet de répondre à des questions fondamentales sur l’état des océans et du climat de cette époque à l’aide de traceurs géochimiques novateurs, ce qui accroît le potentiel de la recherche de pointe sur la géologie de l'île d'Anticosti.

Critère (viii) : L’île d’Anticosti constitue le meilleur laboratoire naturel du monde pour l’étude des fossiles et des strates sédimentaires issus de la première extinction de masse du vivant, à la fin de l’Ordovicien. On y retrouve l'une des plus importantes successions stratigraphiques en épaisseur et le témoignage fossile le plus complet de la vie marine de l'époque couvrant 15 millions d'années de l'histoire de la Terre ; soit de l'Ordovicien supérieur au Silurien inférieur, il y a 435-450 millions d'années. L’abondance, la diversité, et l'état de conservation des fossiles sont exceptionnels et permettent un travail scientifique de classe mondiale.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Toutes les formations fossilifères de l'île d'Anticosti sont exposées en quasi-continuité le long de la côte (plus de 550 km) et des principaux cours d’eau répartis à travers l'île. De nombreux affleurements fossilifères, mais isolés stratigraphiquement, ont aussi été dégagés lors de la construction et de l’entretien des routes sur l’île en l’absence d’importants dépôts quaternaires.

La limite du bien possédera tous les éléments nécessaires pour exprimer sa valeur universelle exceptionnelle ; soit les affleurements côtiers s’étendant de la marée basse au sommet des falaises et les affleurements le long des rivières Vauréal et Jupiter reliant les rives nord et sud de l’île et recoupant collectivement toutes les formations géologiques de l’île. La collecte de fossiles sous strict permis scientifique sera possible dans le bien afin de poursuivre la recherche de calibre mondial sur les roches et les fossiles de l'île d'Anticosti. Une zone tampon de taille importante sera nécessaire afin de soustraire la collecte de fossiles à des fins commerciales ou touristiques.

La limite du bien sera suffisante pour tenir compte du recul progressif des falaises littorales et fluviales face à l’érosion naturelle. Les attributs géologiques du bien sont intacts et sans trace d’activité humaine passée ou récente. Aucun résident ne demeure en permanence dans le bien. Les activités humaines sur l’île sont essentiellement liées à la villégiature, la pêche sportive, la chasse en raison de l’importance du cheptel de cerfs de Virginie et la coupe forestière comme outil de gestion faunique complémentaire à la chasse. L’île d’Anticosti est soustraite au jalonnement minier et à l’exploitation pétrolière.

Comparaison avec d’autres biens similaires

L’île d’Anticosti représente un laboratoire scientifique de grande importance, car aucun bien inscrit à liste du patrimoine mondial n’offre un témoignage aussi complet de l’évolution de la vie sur Terre aux confins de l'Ordovicien et du Silurien.

Selon une analyse comparative préliminaire, les invertébrés marins fossiles retrouvés à l’île d’Anticosti montrent une excellente préservation et une grande abondance et diversité qui rivalisent avec les autres gisements fossilifères de cette époque à l’échelle mondiale. Par exemple, le stratotype de référence de la frontière globale Ordovicien-Silurien en Écosse ne montre que des graptolites déposés en milieu marin profond alors que ceux de l’île d’Anticosti se distinguent par un grand nombre d'invertébrés fossiles, brachiopodes, trilobites, céphalopodes, coraux, éponges, échinodermes et autres groupes, vivant dans une mer tropicale peu profonde à la fin de l’Ordovicien et au début du Silurien.

Collectivement, les fossiles de l’île d’Anticosti ont une valeur universelle exceptionnelle dans la mesure qu’il s’agit du meilleur registre de la première extinction animale de masse sur Terre à la fin de l’Ordovicien. Les calcaires fossilifères montrent aussi des textures sédimentaires et des traceurs géochimiques ayant conservé leurs signatures originales ; donc capables de nous renseigner sur les causes possibles de cette première extinction de la vie. Quoique des collections de fossiles se retrouvent dans des musées et universités, la très grande majorité des fossiles se trouvent en place sur le terrain avec la possibilité de les étudier dans un contexte stratigraphique et paléoécologique.