English Français

Le Site archéologique de Shum Laka

Date de soumission : 02/02/2018
Critères: (iii)(iv)(v)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère des Arts et de la Culture
État, province ou région :
Nord-Ouest Département : Mezam, village mbu-baforchu
Coordonnées LOT 5 ; 51’ , 3’’N
Ref.: 6331
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Localisé à 15 km à vol d’oiseau de la ville de Bamenda cet abri-sous roche de 1200 m2 est situé à 1500 m d’altitude sur une montagne haute. La zone comprenant les Grassfields entre la Bénoué et le cross River le long de la frontière avec le Nigéria est reconnue comme la Berceau originel des langues Bantou. Le site archéologique semble être en place, c’est-à-dire a été perturbé. Tous les échantillons prélevés et identifiés représentent des espèces typiques d’un environnement de forêt alors qu’aujourd’hui c’est un milieu de savane. Les premières traces d’activités humaines remontent à 32 000 ans ; on y a retrouvé 18 squelettes datant de 3 à 8.000 ans BP. C’est le seul site en Afrique centrale où on observe une occupation continue de l’homme de l’âge de la pierre à l’âge des métaux. Différents types de pratiques funéraires y ont été reconnus partant de l’incinération, à des troubles individuelles ou collectives. Le site appartient à la communauté MBU-BAFORCHU. Ce site étant un lieu sacré pour la population locale, sa protection est assurée. Ce site est unique au regard des datations anciennes qu’il a livrées et de la richesse du matériel archéologique récolté.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

Critère (iii) : Le site traduit un mode de vie et représente l’évolution de l’humanité compte tenu de la période où apparaissent des formes de vie humaines : 32 000 ans BP. Les sépulturestrouvées témoignent des pratiques finéraires d’une civilisation très ancienne).

Critère (iv) : Il marque l’évolution de l’homme depuis le pléistocène.

Critère (v) : Différentes industries lithiques se sont succédées à travers le temps, ce qui confère au site une valeur scientifique certaine). C’est un site exceptionnel en Afrique Centrale.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

La structure est restée en l’état, elle n’a subi aucune altération due à l’action humaine. Les recherches ponctuées d’une datation scientifique ont été menées sur le site et une bibliographie importante a été élaborée.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Ce site est comparable au site d’Ewu eleru au Sud-Ouest du Nigéria où un squelette datant du même âge et des industries lithiques similaires ont été retrouvés avec la particularité que les vestiges de Sum Laka sont plus anciens : 32 000 ans BP. Il existe des sites archéologiques en Afrique Centrale (Congo et Tchad), mais aucun ne présente un âge pareil et surtout une succession d’âge (pierre, métaux) à travers les temps. C’est la référence actuelle en Afrique.