English Français

Les gravures rupestres de Bidzar

Date de soumission : 02/02/2018
Critères: (i)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère des Arts et de la Culture
État, province ou région :
Nord, Département du Mayo Louti
Coordonnées 9°51’8 N14° 6’49’ E
Ref.: 6322
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Le village de BIDZAR (ou BITZAR) est situé sur la route Maroua-Garoua, peuplé en majorité de Guidar, avec quelques familles Moundang et de rares Guiziga. On y retrouve un champ de marbre à l’Ouest de la route, et l’embranchement de la route vers Guider le divise en deux parties. Dans la région, il existe environ 130 km2 d’affleurement de marbre dont les plans se prêtaient parfaitement à la gravure. Les dalles comportant des gravures semblent se limiter aux environs du village de BIDZAR sur 2,5m du Nord au Sud et sur 1 km d’Est à l’Ouest ; les gravures se répartissent sans lien apparent sur les dalles de marbres. Toutes présentent des caractères géométriques, et peut être dans certains cas des représentations schématiques.

La récurrence de motifs gravés semblables et non assimilables aux traces d’érosions, en outre les champs de marbre extérieurs à BIDZAR, aussi susceptibles d’être érodés ou gravés que ceux reconnus à BIDZAR, mais dépourvus de tout pétroglyphe indiquant de caractère humain des gravures et non des « dessins naturels ».

Les matériaux sur lequel ont travaillé les gravures de BIDZAR est un marbre calcaire (cipolin) traversé de filons de chloritoschistes qui modifient par endroits sa couleur normalement blanchâtre qui devint vert-verdâtre, rose- rosâtre, jaune- jaunâtre ou bleuâtre. Sa résistance au frottement est assez faible et la roche se brise aisément.

La morphologie des dalles se présente selon quatre formes dans l’ensemble :

- Les gravures dalles subhorizontales, massives ou allongées ;
- Les dalles moyennes, carrées, polygonales ou subhorizontales ;
- Les dalles en dômes, massive et en pitons au sommet microlapizé avec des cannelures ;
- Les dalles surélevées massives au sommet souvent desquamé, lapiazé ou adouci.

Dans la majorité des cas, les gravures de BIDZAR ont utilisé pour obtenir leur trait la technique de la percussion indirecte punctiforme, lancée c’est-à-dire la frappe d’un marteaux sur un percuteur posé sur la surface à entamer. Ils ont choisi les surfaces non lapiazées, non criblées de trous, et sans cannelure, c’est-à-dire uniformes que l’érosion a ponctuellement attaquées après. En général il s’agit de figures géométriques, formées de cercles tangents, emboîtés, sécants, hachurés, isolés ou en réseau. On y a dénombré près de 500 représentations.

Il semble que ces gravures avaient un sens qui a disparu des gravures utilisateurs qui ont précédé les populations actuelles (Guidar) de la région. La réapparition de certains thèmes, certaines constantes d’organisation des éléments, des figures et groupes de figures en faveur de cette idée. Certains supports même semblent choisis. L’hypothèse en général admise pour ces œuvres préhistoriques et qu’elles semblent liées à la représentation d’un mythe, d’un récit d’une cosmogénèse etc. Tous ces contenus pouvant être mêlés, soit successifs dans le temps, les uns plus explicites que les autres.

La datation de l’ensemble gravé de BIDZAR s’est révélée ardue, car il n’a pas été possible d’y obtenir une datation radiométrique. Seule l’atténuation chimique des supports calvaire responsable de l’état d’effacement des dessins offrait la possibilité de les dater comme certains groupes de gravures épousent les formes du support, on peut dire qu’ils sont plus récents que les altérations du marbre. Mais celles-ci remontent à des temps immémoriaux. La différence temporelle est immense, les gravures ayant pu être exécutées il y a 300 ans comme il a 3000 ans.

En fin de compte les gravures de BIDZAR ont été signalées pour première fois en 1933 par E.M. BUISSON. Il s’agit d’une œuvre unique et exceptionnelle dont on n’a pas encore trouvé d’équivalent au Cameroun. Le marbre calcaire constituant le support des gravures est exploité dans la région par les usines de cimenterie et fabriques de marbre, ce qui représente un danger pour le site à gravure qui pour l’instant semble bénéficier d’une provisoire protection.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

Critère (i): Ces gravures rupestres représentent un chef d’œuvre du génie créateur humain et un exemple d’utilisation par une civilisation traditionnelle des produits de l’environnement (le marbre) pour représenter sa vision du monde. Le choix de ce marbre était parcequ’il existait dans la région d’autres types de supports (les roches par exemples).

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Authenticité : Les gravures rupestres de Bidzar ont gardé leur authenticité, car elles ont gardé les formes originales.

Intégrité : L’intégrité du site est menacé par des facteurs naturels et anthropiques :
- Les phénomènes naturels (érosions naturelles)
- Les facteurs anthropiques sont observables à travers l’exploitation excessive du marbre par les usines locales et les communautés riveraines.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Les gravures rupestres les plus proches sont signalées au Gabon dans l’Ogoué, à Kongo Boumba, Lindili, Ibombi, Doda, Epona, Elarmekora. Elles ont été réalisées dans des gréquartzites et plus d’un millier de représentations ont été identifiées. Elles se classent en quelques grandes catégories : les figures géométriques, les figures circulaires, triangulaires et quadrangulaires, les figures zoomorphes, les représentations des armes et des outils et enfin les inclassables. Les gravures de l’Ogoué ne sont pas conparables à celles de Bidzar que ce soit par les supports ou par les différentes thématiques abordées.