English Français

Eglise catholique d’Ambodifotatra de Sainte Marie

Date de soumission : 15/02/2018
Critères: (ii)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine
État, province ou région :
Région Analanjirofo
Coordonnées E17 00 20.1 S49 50 56.8
Ref.: 6303
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

L’église catholique d’Ambodifotatra est le couronnement de dix ans de missions d’évangélisation (1837 à 1847) du Père Pierre Dalmond à Madagascar, principalement à Sainte Marie, Nosy-Be, Tuléar ainsi qu’aux Comores, à Mayotte.

C’est la première église catholique en dur construite à Madagascar, un monument historique qui se trouve sur l’Ile Sainte Marie au large de la côte Est de la Région d’Analanjirofo. Dominant la baie et faisant face à l’Ilot Madame, elle est bâtie sur une colline et mesure 35 mètres de long, 10 mètres de large et 12 mètres de hauteur. Elle possède un clocher en pointe en contre bas duquel se trouve la sacristie dotée de trois fenêtres et une porte. C’est une construction en pierres de taille, de moellons de granit utilisant comme liant la latérite mélangée à du gravillon et du sable. Plus tard, les murs de pierre ont été renforcés et maintenus fixés par une lourde charpente en fer. Le bâtiment possède une porte principale au Nord et six fenêtres cintrées et vitrées de chaque côté des deux longueurs. A l’intérieur, la voûte de la nef est soutenue par des charpentes marines en bois. L’autel est fait de plaques de fonte coulée dans les arsenaux de la marine française et présente des motifs de rosaces séparant des bas-reliefs de saints dans des cadres médaillons surmontés de croix. Au fond, un escalier de 19 marches mène à la tribune à balustres au-dessus de la porte principale. L’église a conservé son usage et fonction originels, un lieu de culte pour les catholiques.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

Critère (ii): L’église catholique d’Ambodifotatra témoigne d’un mode de pénétration de la religion chrétienne durant la première moitié du XIXème siècle à Madagascar. Sans l’appui du Royaume de Madagascar, surtout sous le règne de la Reine Ranavalona III (1883-1896), cette mission d’évangélisation catholique dut se cantonner dans les îles françaises, Sainte Marie et Nosy-Be. En tant que première église en dur sur l’île Sainte-Marie, c’est un monument phare qui veut prouver aux navires de passage que l’Evangile est connu à l’île Sainte Marie ou à Madagascar. L’église catholique par le biais du Père Dalmond a introduit la « lumière », une nouvelle religion aux Malgaches de l’île Sainte Marie. Pour s’implanter, l’Evangéliste a apporté également le développement socio-économique par l’introduction de l’écrit en apprenant à écrire et à lire aux autochtones. Ce monument est la fierté des pratiquants catholiques pour être la première église de Madagascar.

L’église catholique d’Ambodifotatra se trouve au bord de la mer. Elle domine la baie et l’ilot Madame. De ce fait, l’emplacement de l’église crée un paysage et constitue une attraction touristique dans l’île Sainte Marie.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

L’église a subi des restaurations respectant l’authenticité des matières premières et de l’architecture. Tous les éléments constitutifs de cet édifice sont présents.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Sur le plan National

Sur le plan de la forme, l’église catholique d’Ambodifotatra et le Temple Protestant d’Ambonin’Ampamarinana à Antananarivosont identiques, construits en pierres de tailleet ils ont le même clocher pointu et bâtis sur une colline. Mais l’église catholique d’Ambodifotatra se trouve sur une colline dans une île. Les aspects intérieurs de ces édifices sont différents. Le Temple Protestant d’Ambonin’Ampamarinanaest conçu avec des styles d’architecture européenne, le style est simple pour l’église catholique d’Ambodifotatra. L’autel de ce dernier a un trait particulier. Il n’est pas en bois comme celui d’Ambonin’Ampamarinana. Il est en plaques de fonte et présente des motifs de rosaces séparant des bas-reliefs de saints dans des cadres médaillons surmontés de croixet a été fabriqué dans les arsenaux de la marine française.

Sur le plan régional/International

L’église d’Ono à Sotone, Nagasaki (XVIe siècle) et l’église catholique d’Ambodifotatra (XIXe siècle) sont toutes deux des vieilles églises en pierres de taille, d’implantation lointaine par rapport à l’Europe évangélisatrice (le Portugal pour Ono et la France pour Ambodifotatra). Les conceptions de la construction sont identiques ainsi que l’origine des architectes quiprovenaient du personnel de la Mission. Leurs emplacements sont également identiques, lesdeux édifices étant construits sur une colline surplombant la mer de manière à être vus deceux qui arrivent. L’historique fait cependant la différence. Les chrétiens et fidèles d’Ono ont été persécutés et se sont cachés tandis que les missionnaires et les fidèles d’Ambodifotatra étaient libres lors dela construction et des périodes suivantes. Parailleurs, l’Eglise d’Ono ne possède pas de clocher et elle est associée aux souvenirs de martyrs.

Les deux églises, enfin, véhiculent toutes les deux une grande symbolique identitaire.