English Français

Ancien site industriel de Mantasoa

Date de soumission : 15/02/2018
Critères: (ii)(iv)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine
État, province ou région :
Région Analamanga
Ref.: 6302
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Maison de l’ingénieur français Jean Laborde

  • Longitude : 78° 95 824 Est
  • Latitude : 079° 88 23 Sud

Tombeau de l’ingénieur français Jean Laborde

  • Longitude : 78° 95 575 Est
  • Latitude : 079 °83 82 Sud

Haut Fourneau

  • Longitude : 78° 95 386 Est
  • Latitude : 079° 81 41 Sud

Four à Cémenter

  • Longitude : 78° 95 286 Est
  • Latitude : 079° 83 72 Sud

 Bassinde la Reine RANAVALONA I (1828 – 1861)

  • Longitude : 78° 95 405 Est
  • Latitude : 079 °86 59 Sud

L’« Ancien site industriel de Mantasoa » est un site historique, culturel et touristique s’intégrant dans le développement local et régional, constitué par un ensemble de monuments en pierres, en bois qui composent la cité industrielle artisanale édifiée par Jean Laborde (1800-1878), un français au service de la Reine Ranavalona Ière (1828-1861). Le site « Soatsimanampiovana » signifiant la beauté immuable, est le nom donné par Jean Laborde à cette cité ouvrière. Cette dernière fut la première de Madagascar produisant du fer, de la fonte, de la poudre et divers articles, du verre, du savon et des pots de terre cuite…

Le site est composé de plusieurs constructions en pierres, en briques et en bois.

La maison bâtie au milieu du XIXe siècle qui a servi de demeure à Jean Laborde est un bâtiment rectangulaire en bois palissandre (Dalbergia), au toit à quatre pentes « voriloha », débordant sur une large véranda, une construction authentique de style d’Auch, sa région d’origine.

Les infrastructures industrielles sont constituées d’ateliers et de fourneaux en pierre ayant servi à la fabrication de fusils et canons, de poudre, poterie, du papier, fabrication de meubles…

Le site « Soatsimanampiovana » comporte également un tombeau « Soamandrakizay » litt. Beauté éternelle de forme carrée, de style hindou avec 10 piliers arrondis supportant 72 balustres, de parement de 12 rangées de pierres taillées pour chaque côté. Ce tombeau est entouré de plusieurs tombeaux appartenant aux membres de sa famille. Le dernier élément est la piscine de la Reine Ranavalona Ière (1828 – 1861), un bassin aménagé utilisant des pierres sèches et de mortier de chaux.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

Critère (ii) : Le bien a marqué l’époque du XIXème siècle de la période d’expansion européennede conquête, d’échanges commerciaux et de transfert de technologie industrielle (Révolution Industrielle) sur la route des Indes. Tout ceci a apporté des innovations multiples entrainant de profonds changements et le développement notoire du Royaume de Madagascar (1817-1896). Des influences culturelles sur le plan architectural (style, matériaux …) et de nouvelles technologies (métallurgie, fabrication de poudre, de fusils…) ont été alors introduites etdéveloppées. Des savoirs en construction et en adduction d’eau ont été dispensés également. En définitive, l’implantation du site a créé un nouveau paysage à l’intérieur de l’île, à savoir un paysage industriel.

Critère (iv) : La cité industrielle de Jean Laborde a été aménagée et tournait par le biais de corvées, travail obligatoire d’hommes valides des villages environnants sur ordre de la Reine. Ces corvées similaires à l’esclavage ont marqué toute la période royale en Imerina pour la construction de grands édificesdont le Palais de la Reine de cinq étagesconstruit entièrement en boispar Jean Laborde (1839).

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

L’ensemble des monuments constituant l’« Ancien Site Industriel de Mantasoa » a été pris en main par une association culturelle dénommée: Association Amis de Jean Laborde. Elle est chargée de la mise en valeur de ce site culturel dont la maison de Jean Laborde qui devient un musée, une bibliothèque ou un centre de lecture.

Les composantes sont toujours visibles : maison de Jean Laborde, tombeau, haut fourneau, atelier à canons, usine de fabrication des bougies, de savons et de faïenceries, four à cémenter et piscine de la reine. Certains monuments sont utilisés de nos jours par des institutions à vocation technique comme le Lycée Technique qui occupe l’atelier à canons et l’usine de fabrication de bougies, savons et faïencerie.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Sur le plan national
L’« Ancien site industriel de Mantasoa » est l’unique exemple de site industriel à Madagascar, ayant des caractéristiques propres de point de vue historique. Sa spécificité, ou son « unicité », apparait évidente au niveau national donc, il n’y a pas d’autres sites de comparaison.

Sur le plan régional/International
L’Ancien site industriel de Mantasoa est unique en Afrique. Il correspond à la deuxième révolution industrielle en Europe au XIXème siècle.