English Français

Pimachiowin Aki

Date de soumission : 01/04/2004
Critères: (iii)(vi)(ix)
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Parks Canada Agency
État, province ou région :
Manitoba et Ontario
Coordonnées N51 W95
Ref.: 6253
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Connu sous l’appellation Pimachiowin Aki (« le pays qui donne la vie »), ce réseau reconnu mondialement d’aires protégées d’une superficie de 29 040 km2 se trouve dans le bouclier boréal de l’Amérique du Nord. Pendant des millénaires, les Anishinaabe (Ojibway), un peuple autochtone de la région, ont vécu en lien très étroit avec cet endroit de la forêt boréale. La région comprend les terres ancestrales de quatre communautés anishinaabe, ainsi que les aires protégées adjacentes que sont les parcs provinciaux Atikaki et Atikaki-Sud, au Manitoba, le parc provincial Woodland Caribou et la réserve de conservation Eagle – Snowshoe, en Ontario.

Pimachiowin Aki est un paysage culturel vivant qui témoigne des croyances, des valeurs et des pratiques qui orientent les interactions des Anishinaabe avec la terre. Les attributs culturels répartis dans le paysage comprennent des sites d’habitation, de récolte et de traitement, des sentiers de piégeage, des voies de déplacement, des lieux désignés, des sites cérémoniels et des lieux sacrés comme des pictogrammes. Les nombreux sites archéologiques répartis dans la région témoignent de la longue occupation du territoire par les peuples autochtones. Le processus de sélection coutumier des dirigeants et les traditions orales des Anishinaabe assurent la pérennité de génération en génération et témoignent du lien étroit entre culture et nature qui protège la forêt boréale de Pimachiowin Aki.

Pimachiowin Aki se trouve dans ce qui était le centre du lac glaciaire Agassiz. Les éléments laissés derrière par ce lac et leurs impacts sur les écosystèmes sont aujourd’hui bien visibles dans cette vaste zone de forêt boréale saine, de terres humides, de substrat rocheux exposé, de lacs innombrables et de longues rivières non aménagées qui caractérisent Pimachiowin Aki. Le site comprend divers écosystèmes terrestres et d’eau douce en plus de soutenir complètement les processus écologiques essentiels à la forêt boréale que sont les feux de forêt, le passage des nutriments, le mouvement des espèces et les relations prédateurs-proies. Quatre grandes rivières traversent la région et contribuent à la diversité aquatique. L’une d’elles, la Bloodvein, est une rivière désignée du patrimoine canadien. Pimachiowin Aki abrite une grande proportion des espèces du bouclier boréal de l’Amérique du Nord, notamment des espèces caractéristiques et emblématiques, ainsi que des espèces préoccupantes sur le plan de la conservation, comme le caribou des bois, le carcajou, l’esturgeon jaune, la grenouille léopard et la paruline du Canada.

Le site est l’une des nombreuses aires protégées de la région circumpolaire recommandées pour inscription sur la liste du patrimoine mondial lors de l’atelier sur la forêt boréale tenue en octobre 2003 en Russie. La région visée par le projet fait partie de l’écorégion du Bouclier canadien occidental, qui elle fait partie de la province biogéographique de la taïga canadienne (classification Udvardy).