English Français

Centre historique de la ville de Gorokhovets

Date de soumission : 07/03/2017
Critères: (ii)(iv)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Commission of the Russian Federation for UNESCO
État, province ou région :
Région de Vladimir, Gorokhovetski district, ville de Gorokhovets
Coordonnées N56 12 24.64 E42 40 37.80
Ref.: 6202
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les États Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Au XIIe siècle, sur la berge escarpée droite de la rivière Kliazma s'est levée la ville de Gorokhovets, gardien de la frontière sud-est de la Principauté de Vladimir-Souzdal.

Le relief, les ravins, les collines et les falaises sur la rive de la rivière ainsi que la hauteur des remparts du Detinets1 (citadelle) atteignant cinq mètres ont fait cet avant-poste inexpugnable.

Le thème de « la montagne » c’est une image habituelle de l'inaccessibilité, l’invulnérabilité de la ville ce qui est devenu sa caractéristique la plus importante à l'égard de la composition. Une technique préférée de l’urbanisme était de placer le Krom (Kremlin)2 avec la cathédrale principale de la ville sur un mont, une colline. Souvent, ayant perdu sa valeur d’avant-poste, la citadelle devient un centre templier comme le mont Nikolina Gora du Kremlin de Gorokhovets où actuellement se situe le Monastère de Saint-Nicolas (Nikolsky).

Une version commune de l'origine du nom de la ville « Gorokhovets » annonce la présence des deux racines du mot, à savoir l’un en vieux slave « khovatsia » (se cacher), et l’autre la première racine « gor » qui veut dire « une montagne ». Donc, Gorokhovets c’est une ville qui se cache sous une montagne ou sur l'ourlet d’une montagne. Le mont sur l’ourlet duquel se cache la ville s’appelle « Puzhalova » qui se traduit du vieux slave comme « Pugalova »3. De nombreux chercheurs sont convaincus que la ville de Gorokhovets a été conçu par les princes de Vladimir-Souzdal comme une citadelle frontalière sur les frontières orientales de la Principauté de Vladimir-Souzdal, et qu’elle est apparue sur la carte de la principauté, probablement après 1107, plus précisément pendant l'époque de Yuri Dolgorouki (années de vie 1090-1157). « Lors de leur expédition militaire à Souzdal lancée en 1107 sur la route la Volga, l’Oka, la Kliazma, la Nerl, les Bulgares de la Volga n’ont pas rencontré sur leur chemin à Souzdal aucun point fortifié mais ils ont facilement atteint la ville dans l’absence de son gouverneur princier. C’est ce fait-là qui a conduit à la construction le long de la Kliazma d'une série de villes fortifiées qui abritaient des garnisons pour protéger contre les nouvelles attaques des Bulgares: les villes de Starodoube, Yaropoltch, Gorokhovets et Berezhets. » L’emplacement des citadelles a été dicté principalement par des plans stratégiques. Sur la chaîne de collines qui longe la rive Kliazma près de son confluent avec l'Oka, il a été sélectionné la dernière, la plus haute et la plus inexpugnable. Depuis le nord et l'est ses pentes descendent brusquement vers la Kliazma et sa plaine côtière, depuis l'ouest et le sud elles sont coupées par des ravins profonds. La partie la plus ancienne de la ville (le Detinets) située sur le Mont Nikolskaya sur un petit plateau monté à 55 m au-dessus du niveau de la rivière.

C’est déjà depuis le XIe siècle que l’espace élevée du Mont Nikolskaya a été occupée par des colons slaves. Les fouilles sur les vestiges de la ville ont été réalisées en 1956 par l’archéologue V.V. Sedov, en 1980 – par M.V.Sedova, l’examen et les travaux d’exécution des fouilles de recherche depuis la couche culturelle ont été conduit dans les années 1980 par V.P.Glazov. Ils ont montré que la ville était elle-même une forteresse bien fortifiée. Son noyau était le Detinets situé au plus haut point. Le Detinets avait une forme ovale (200x100 mètres) et couvrait une superficie d'environ 2 hectares. Autour du Detinets a été construit un rempart de terre, atteignant jusqu'à 5 mètres de hauteur. Le rempart est partiellement conservé sur le côté sud. En face de lui on observe les restes des douves, qui relient deux ravins. Ici, dans le système de fortification, il y a une ouverture des portes d'entrée d'environ 25 mètres de large.

La couche culturelle a une capacité maximale de 1 mètre, perturbée par des fouilles plus récentes. Son épaisseur de l'horizon inférieure de 0,1 - 0,5 mètres date de l'antiquité russe. Ici il ont été trouvés des fragments des vieux plats russes, principalement des 12e-13e siècles, dans de rares cas du 11e, des couteaux en fer, morceaux de serrures à cylindre et clés pour eux, un fragment d'un bracelet en bronze, fusaïoles en argile, des plombs de pêche et d'autres. L'horizon supérieur fouillé de la couche culturelle contient la poterie médiévale tardive, des fragments de produits de fer. Les fouilles ont révélé la présence dans le Bourg (possad) d’une couche de période pré-mongole, dans laquelle ont été découvert des fragments des plats, datés principalement des XIIe-XIIIe siècles., des bracelets en verre, pendentif cloche avec une fente et d'autres.

Pendant le règne du fils de Iouri Dolgorouki, Andrei Yurevich Bogolioubski (années de vie 1110-1174), Gorokhovets est déjà la ville importante, pour les normes du Moyen Age, apportant des revenus considérables.

La recherche archéologique de V.V.Sedov a conduit à la conclusion que «... déjà au 12e siècle Gorokhovets occupe non seulement la colline, où les vestiges des fortifications ont survécu, mais son Bourg a grandi en bas, au pied de l'ancienne ville. L'hypothèse des historiens de l'existence de Gorokhovets au 12e siècle sur la base des données écrites, ont trouvé des confirmations lors de la toute première étude archéologique », comme en témoignent des articles trouvés au nord de l'Eglise de la Resurrection (Voskresnaya tserkove). Le Bourg situé au pied oriental de la forteresse a été entouré, probablement, de murs en chêne avec des tours. En apparence, il a rappelé d'autres villes déjà construites dans la Principauté de Vladimir-Souzdal. La couche culturelle, découverte lors des fouilles a atteint une épaisseur de 1 mètre et a contenu des fragments de la poterie céramique, des fragments de bracelets en verre et d'autres. Tous les objets trouvés sont datés du XIIe - début XIIIe siècles, soit la période pré-mongole.

Au pied de la montagne, sur laquelle se trouvaient les fortifications de la ville étirées le long de la rivière, s’est cramponné un Bourg clôturé d’une palissade en bois et ayant trois portes. La rivière et la montagne procuraient des barrières naturelles robustes, tandis que depuis de l'est du pied du mont Puzhalova jusqu’à un fleuve qui se jetait dans la Kliazma (plus tard la fleuve Mogilenka), le renforcement du bourg a été entouré de douves avec un pont jeté dessus pour traverser la rivière à la prison.

Après 1619 Gorokhovets a cessé, pour jamais, d'être considérée comme une forteresse russe frontalière. A cette époque, le bourg est finalement formé. La séparation de l'artisanat et de l'agriculture a été l'une des conditions préalables à la création des villes avec une population permanente. Au XVIIe siècle, Gorokhovets était parmi 12 des plus grandes villes et contenait plus de deux cents foyers (236 foyers).

Gorokhovets est mentionné en premier dans la Chronique Laurentienne en 1239 comme un avant-poste frontière à nord-est de la Russie. Enfin, à la fin du XVIIe siècle, la ville a atteint sa hauteur s’appuyant sur l’unité organique et colorée de la nature et l'architecture parvenu jusqu'à nous.

En 1643, au lieu de l'emplacement d'une forteresse, en vertu d'une charte du tsar Mikhaïl Fiodorovitch, a été fondé le Monastère de Saint-Nicolas (Nikolski), en 1658, selon le décret du Patriarche Nikon, ont été posée les fondements du Monastère de la Chandeleur (le Monastère Sretenski) au sein du Bourg de Gorokhovets. Toutes les églises du Bourg et des monastères a été construit en bois de type kletski4, des coupoles ont été couvertes de lemekh5, des rampes de toit couvertes des voliges. Les plus grandes et estimées églises se situaient au centre du Bourg - la Cathédrale de l'Annonciation (Blagovechenski sobore) et l'Eglise de la Résurrection (Tserkov Voskresenia) avec des clochers. Ainsi, de cette manière, les principales dominantes architecturales servant de noyau de la composition de la ville se sont créées déjà dans le 3e quart du XVIIe siècle. Depuis le milieu XVIIe siècle, la ville commence à se développer progressivement. Depuis le milieu du XVIIe siècle, la ville commence à se développer activement. Parmi la population ont commencé à dominer des gens de commerce et de l'artisanat, suite à la situation avantageuse de la ville sur le trajet entre Moscou et Nizhni Novgorod.

De riches négociants ont fait d'importants dons pour la construction des cathédrales et des églises en pierre, qui ont remplacé les temples en bois. Simultanément à la construction des temples il a été mené la construction en pierre des objets civils. De grands et spacieux bâtiments (palata) en pierre ont commencé à être construits par les plus riches et notables. Des cours des marchands avec des bâtiments auxiliaires en pierre dépassaient souvent en dimensions des bâtiments publics. Au tournant des XVIIe-XVIIIe siècles, 8 bâtiments (palata) en pierre blanche se sont déjà pavanés au Bourg de Gorokhovets. Ainsi, vers le milieu du XVIIe siècle, la silhouette de panorama historique paysager de la ville s’est formée sur la base des dominantes architecturales de Gorokhovets qui demeurent jusqu'à ce jour.

Le premier plan dessiné de la ville de Gorokhovets date de 1722. Il montre déjà tous les bâtiments construits en pierre. Les constructions sur les pentes du Mont Nikolskaia n’ont pas encore mis en place, mais sous le mont, sur les rives de la Kliazma, il a existé déjà le Faubourg supérieur (Verkhnaia sloboda), tout comme Le Bourg inferieur (Nizhni possad) ou Ogolenki s’est désigné derrière le Monastère Sretensky, près de la rivière également.

Le centre du bourg occupe la cathédrale de la ville avec sa place, à partir de laquelle des routes divergent dans différentes directions: vers Faubourg supérieur, Monastère de Saint-Nicolas, pont sur la Kliazma, village de banlieue Krasnoe. Ces routes ont déterminé en grande partie la structure du développement de la ville

Il existe un plan préservé de Gorokhovets, daté du 1771. La langue du dessin reflète l’apogée de sa prospérité urbaine. Le plan a consolidé et nous a transmis visiblement toute la richesse des conceptions des urbanistes anciennes.

La structure de planification comprend deux parties de la ville formée traditionnellement: la plus ancienne (le detinets) est située sur le mont de Saint-Nicolas, et la plus ultérieure (le bourg) se trouvant au fond de la rivière.

Comme le detinets, le bourg avait des frontières établies naturellement. De l'ouest, il était encerclé par une chaîne des grandes montagnes (le mont de Saint-Nicolas et Puzhalova), du nord par la Kliazma et du sud-est par le lit de fleuve Mogilenka.

Le territoire du bourg a représenté un triangle allant de l'ouest vers l'est, en élargissant progressivement à l'est. Le centre s’est formé à proximité de la cathédrale de la ville. De là venait l'axe de planification principale le long des collines vers le village de Krasnoe. Ici s’est formé la rue Bolshaya, l'endroit où commençait la route à Nizhny Novgorod. Toutes les rues principales ont été axées sur la place publique. De là vers la rivière se séparaient la route au Faubourg supérieur et à la Promenade. Vers le mont de Saint-Nicolas, à travers le ravin, menait la route en direction de Vladimir, qui a été reliée dans sa partie montagneuse avec la route de Nizhny Novgorod. La place publique était le centre de toutes les institutions administratives. Une telle disposition était facile et pratique. Il avait ses propres particularités. Contrairement à d'autres villes anciennes de la Russie, le Kremlin (Detinets) de Gorokhovets bientôt perdu sa fonction d'origine du centre-ville, qui a déménagé à la zone principale du bourg. Sur la montagne s’est installé un monastère qui est devenu une dominante à haute altitude du panorama, son achèvement artistique.

Le panorama du bourg a été couronné par la cathédrale de la ville. Une sorte de « deux centre unis » est un phénomène unique dans la structure de planification des villes de la Russie. La vaste plaine s'étirant du bourg vers le sud-est, donnait à la ville une possibilité de grandir pas grâce au joint d'étanchéité de sa construction, mais par extension naturelle du territoire.

Pour la structure des villes russes avant le XVIIIe siècle, à la fois pour les nouvelles, construites dans les XVIe-XVIIe siècles, et pour les vieilles, qui continuaient à vivre dans ce temps, sont spécifiques les caractéristiques qui permettent de les appeler les villes paysages décloisonnés.

Ce système est censé correspondre à l'emplacement des bâtiments en construction, leur complexité, hauteur (altitude) et orientation sur le paysage naturel, aux places basses et hautes, pentes et ravins, ainsi que suggère un lien avec les plans d'eau naturels, allocation des bâtiments dominante visibles de tous les points de la zone correspondante de la ville, distance suffisante entre les bâtiments et les blocs de construction, formant des «sillons» et des zones d'incendie.

La planification prenait en compte autant que possible le terrain naturel. La combinaison en elle des hautes plaines vallonnées avec des plaines inondables de la rivière a créé une scène très pittoresque, rare pour d'autres villes russes.

Le système de paysage était une formalisation consciente des principes de planification urbaine qui remplissent les conditions qui existaient dans l'ancienne Russie et l'Empire Russe depuis plusieurs siècles, et a été reflétée dans des documents écrits.

Les conditions d'urbanisme en Russie, dans l'Empire Russe et en Europe occidentale diffèrent au moins par le fait qu'il n'y avait pas de surpeuplement de la population en Russie, qui ne permettait pas de poser des maisons urbaines l'un loin de l'autre.

Il est important à noter également la différence des matériaux de construction et de leurs capacités de prévention des incendies. Alors que, dans de nombreux pays européens la sortie de la pierre sur la surface en faisait une matière habituelle pour la construction des maisons (sous forme pure ou sous forme de colombage avec la conception assemblant en bois) en Russie, la pierre a été exploitée dans certains régions, en règle générale, du sous-sol, transportée sur les rivières et utilisée exclusivement pour des églises, palais princiers, fortifications. La construction de masse en bois nécessitait des règles de construction strictes et particulières non seulement pour des installations de production, où un feu ouvert et des températures élevées ont été utilisées constamment, mais aussi pour des bâtiments résidentiels.

Dans ces circonstances, naturellement, se supposait la nécessité de l'existence des normes différentes des européennes et la fixation des règles pour la construction de la ville.

Étude à la fois du texte de la Loi municipal (Zakon gradski) et des recueils, qui l’incluent, conduit à la conclusion que la Loi pouvait effectivement servir de règlement, d'ailleurs portant plus d'actualité pour le XVIIe siècle que pour les XVe et XVIe siècles.

Le système russe de la planification libre est susceptible d'avoir son origine et son développement sur la base des conditions du paysage de la Plaine d'Europe orientale, disponibilité des certains matériaux de construction, existant principes esthétiques, normes des relations traditionnelles entre des propriétaires des domaines, règles de construction des structures défensives qui existaient chez les Slaves orientaux.

Ce système local, développé et ayant utilisation pratique depuis de nombreux siècles, a reçu (au moins depuis l'avènement des traductions des préceptes légaux et des actes de consécration byzantins) une forme écrite et un soutien autoritaire dans des recueils juridiques reconnus par l'église. Les XVIe-XVIIe siècles c’est un moment où la construction des villes pouvait désormais être menée sur la base des règles écrites existantes.

Tout d'abord, c’est une existence réelle, au XVIe-XVIIe siècles et plus tard, des paysages urbains avec la planification libre, dont les images ont été enregistrées à l'époque; certaines de ces villes ont été partiellement préservées jusqu'à nos jours, Gorokhovets est l’une d’elles.

Deuxièmement, c’est une présence dans des archives des décrets du gouvernement central et d'autres documents prescrivant le signet des villes en accord avec un schéma spécifique et la sélection des lieux pour les différentes composantes de la ville.

Troisièmement, ont été conservés dans les anciens livres imprimés « Rangs du signet des villes » des endroits liés à la consécration où la ville doit être construite, et reflètent les actions pratiques existantes.

Enfin, ce sont des normes d'urbanisme sous forme de traduction du Code de droit du Loi municipal (le Procheiron), chapitre 49, section (facette) 38 « Sur la construction de nouveaux bâtiments et la mise à jour des vieux et d'autres choses » conservées dans des manuscrits russes des XIIIe-XVIIe siècles. C’est par des traditions byzantines reportées sur le sol russe et inscrites dans les lois russes devrait être expliquée l'absence dans des villes anciennes des rues avec des maisons, allant strictement par la ligne rouge.

Ceci est démontré par la Promenade à Gorokhovets, fixée par des maisons en pierre du XVIIe  siècle en possession de population bourgeoise riche. Les maisons sur la Promenade ne se tiennent pas dans une rangée. Elles se retirent dans la profondeur du terrain, puis passent à la ligne rouge de la rue. Un trait distinctif du développement urbain oriental est l'attention à l'image artistique de la ville. Beauté a été une partie intégrante du confort urbain. En même temps, les principes d'urbanisme orientaux, en ajustant des orientations fondamentales de l'organisation de la ville, n’ont pas entravé des créations initiatives des architectes. De là provient, évidemment, la diversité extraordinaire des plans et des silhouettes de villes anciennes russes et leur coordination habile avec le paysage.

Ainsi, il est clair que dans l’apparence de Gorokhovets, dans ses lois artistiques, il n'y avait rien d'accidentel. Tout a été construit sur le calcul, les connaissances, lois, pratiques. Ceci est confirmé par un certain nombre de documents qui montrent comment chaque nouveau bâtiment dans la ville est lié par sa composition à l'ensemble existant.

La fin XVIIe siècle - début XVIIIe siècle est une époque de grands changements dans la politique urbaine de l'Etat russe. Depuis le développement spontané de la ville a été fait des passages à la planification et la construction régulières. En 1763, le gouvernement a publié un décret « Sur la création des plans spéciaux de toutes les villes, bâtiments et rues dans chaque province séparément ».

Les nouveaux plans directeurs ont été développés pour de nombreuses villes. En général, ils étaient de nature progressive, puisque l'ancienne construction désordonnée des rues a été opposé à un système rationnel de répartition de la zone urbaine en grille des blocs géométriquement corrects, formés par l’intersection des rues mutuellement perpendiculaires et la mise des maisons sur une ligne rouge unique.

En 1781, un plan régulier a été approuvé pour la ville provinciale de Vladimir, et en 1787 - pour Gorokhovets, devenue à cette époque le centre du district. Le plan de Gorokhovets a été développé par les planificateurs talentueux. Ceci est démontré par le fait qu'ils ont pris en compte autant que possible les particularités de l’ancienne planification de la ville et ont tout fait pour garder son identité unique.

Les rues sur le plan ont été légèrement redressées. Leur grille longitudinale est restée toujours axée sur la direction de la crête des collines allant de la Kliazma dans la direction du village de Krasnoe. La première rue qui a passé au pied des collines, est restée la rue Bolshaia (Grande), rebaptisée Blagoveschnskaia (de l’Annonciation) (maintenant rue Lénine). Il était l'une des principales routes de la ville, portée sur la place centrale avec la cathédrale de l'Annonciation. En parallèle à elle, au lieu des anciens terrains vagues et potagers, s’est ouvert la rue Sretenskaia (de la Chandeleur) (aujourd'hui rue Lounatcharskogo). La rue longitudinale suivante passait déjà au-delà de la rivière Mogilenka sur la trace de l’ancienne rue Korolevka (maintenant rue Frounze). La ligne de construction a été également nivelée le long de la Kliazma. Le Faubourg supérieur a été rebaptisé la Promenade supérieure et la rue Ogolenki a été renommée en Promenade inférieure (maintenant, ils ont fusionné en une seule Promenade). Les rues transversales ont gardé en général leurs anciennes directions.

Au total, la nouvelle planification régulière de la ville vraiment a pris en compte la topographie du terrain et la structure des bâtiments historiquement développés.

Selon le projet dans la partie centrale de la ville a été prescrite la construction des maisons en pierre robustes. Mais à cause du « manque des biens chez les résidents locaux » le magistrat a décidé de construire dans le centre des maisons en bois sur des fondations en pierre.

Le plan a été révisé à plusieurs reprises, il a été corrigé en 1809, 1822, 1836. Pourtant, même au milieu du XIX siècle, l'objectif n'a pas été atteint.

La seconde moitié du XIXe - début XXe siècle a été marqué dans la ville par la construction plus intensive, qui a été menée principalement dans le centre. De grands bâtiments publics ont été construits des briques, notamment la Douma municipal, galerie marchande, gymnases pour homme et femme, école paroissiale, hospice, et plusieurs maisons de marchands. Mais ils n’ont pas pu déjà porter atteinte à la disposition historique durable du centre-ville.

Si, on regarde attentivement, aujourd'hui, du côté de monastère de Saint-Nicolas, magnifiquement tourné vers le sommet de la ville, les croisillons complexes des rues et des ruelles zigzaguant en bas, on remarque que les anciennes structures en pierre continuent à déterminer la forme de la ville historique. Elles constituent des principales dominantes de grande hauteur, points et accents de composition très importants dans sa structure urbanistique.

Niché confortablement autour d'eux une construction en bois, tissée par une ingénieuse invention des charpentiers locaux, souligne de plus des façades blanches des bâtiments anciens. D’ailleurs, entre les uns et les autres se distingue une proportionnalité claire, ce qui permet d'apprécier le talent des artistes populaires qui ont créé au cours des siècles un ensemble urbain d’une intégrité et d’une coloration incroyables.

Même la planification régulière du XVIIIe siècle a dû compter avec les fruits des activités de développement urbain des anciens architectes et repousser le géométrisme sec de la nouvelle grille des rues pour l’éloigner du centre historique situé au pied de la colline vers la plaine de la rive droite de la rivière Kliazma.

Un chapitre distinct dans l'histoire de la ville a marqué les demeures de l'architecture en bois, décoré la ville à la fin XIXe - début XXe siècles. La beauté des toits, sculpture sur bois sourde et de la coupe réjouit les yeux avec l'identité russe en conjonction avec la modernité européenne.

Sur le plan de la ville, de ses rues anciennes se révèle la beauté des anciennes terres russes, les particularités de l'artisanat de Gorokhovets, l’émergence des gens d'affaires dans l'ancienne ville des pauvres vieux-croyants aux célèbres marchands mécènes qui ont rendu célèbre l’ancienne terre de Gorokhovets.

Le centre-ville historique de Gorokhovets est une fusion de la beauté artificielle et naturelle, elle est l'esprit des vieux-croyants et des anciennes villes fondés par des premiers colons de la région. La ville est unique par la concentration extraordinaire de l'architecture du XVIIe siècle, et non seulement d'Église, mais aussi civile, et comme la ville est petite, en issue elle possède une construction compacte, historique et paysager.

Il serait approprié de citer les propos de l'académicien (russe) Igor Grabar: «...l’architecture merveilleuse de Mourom 6, et lui-même Théophane lui-même, s'estompent devant Gorokhovets. Certes, ici, la moitié de l'affaire est faite par la nature ».

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Soumis pour nomination le bien « Centre historique de la ville de Gorokhovets » est un monument unique et intégré de l'archéologie, histoire, urbanisme, paysage et architecture. Fondée sur les frontières de la Principauté de Vladimir - Souzdal, sur l’artère d'eau principale la rivière Kliazma, un avant-poste de frontières, la ville de Gorokhovets au XVIIe siècle est devenue l'une des villes les plus riches de l'Empire Russe. Sa planification structurelle binaire comprend deux parties de la ville traditionnellement établies: la plus ancienne (le detinets), située sur le Mont Saint-Nicolas (Nikolskaia gora), et plus tardive (le Bourg) au bas de la rivière.

Comme le detinets, le bourg s'est formé dans les limites de la voie tracée par un paysage naturel, rivières, montagnes et système de ravins qui représentent des obstacles défensifs naturels.

À l'ouest le bourg a été barré par la chaîne des grandes montagnes (Saint-Nicolas et Puhalova), au nord par la rivière Kliazma, au sud-est par le lit de la rivière Mogilenka.

Le centre s’est formé près de la Cathédrale de la ville. Toutes les rues principales étaient axées sur la Place publique qui a été le point central de toutes les institutions administratives. Cette planification a été simple et pratique pour la vie quotidienne. Elle a eu ses propres particularités. Contrairement à d'autres anciennes villes de la Russie, le Kremlin (le detinets) de Gorokhovets a perdu tôt sa fonction initiale de centre-ville, qui a été repris par la place publique du bourg. Sur la montagne s’est établi le monastère, qui est devenu une haute dominante du panorama artistique et son achèvement.

La structure urbaine de Gorokhovets jusqu'au 18e siècle, a été formée comme un paysage, ouvert. Ce système implique l'orientation de la construction sur un paysage naturel, sur des lieux bas et de hautes, des flancs de coteau et des ravins, le respect des bassins d’eau naturels, la sélection des bâtiments dominants visibles de tous les points d’une zone correspondante de la ville. La tradition byzantine reportée sur le sol russe et précisée dans les lois russes a formé la base urbaine du centre de Gorokhovets axée sur les particularité paysagères du territoire, raccordement astucieux de la construction avec le paysage.

La plan régulier de la ville de Gorokhovets du fin XVIIIe siècle, n'a pas touché les résultats de l'aménagement paysager et a conservé le centre historique jusqu'à nos jours sous son aspect originel dans son paysage entouré de montagnes, ravins et rivières.

Dans la forme de Gorokhovets, dans ses lois et modèles artistiques il n'y a rien d'accidentel. Tout a été construit compte tenu de calcul, les connaissances, les lois et l'expérience. Chaque nouvelle construction dans le quartier subordonnait à la composition de l’ensemble déjà existant. Le style architectural de Gorohovets du XVIIe siècle créé par le début d’un grand changement culturel le passage du Moyen âge aux Temps nouveaux et à la Renaissance, se fait voir, en premier lieu, dans la construction des temples: l'architecture pyramidale et la décoration des églises avec des motifs de la Renaissance.

L'architecture d'église pouvait réagir avec plus de flexibilité aux exigences de l'époque en raison de l'absence d’une relation rigide utilitariste entre sa forme et sa fonction: pour le culte orthodoxe, en principe, convient le bâtiment de n'importe quel type. Dans les écritures patristiques ont été précisées seulement l'orientation de la construction à l'est, ainsi que la présence des locaux pour l'autel; le reste se réglait principalement par la tradition.

Dans le cadre de l'architecture civile, le développement des constructions de logements à Moscou et aux villes périphériques, une place particulière dans les recherches de la Renaissance de ce temps appartient à l'émergence et le développement de méthodes de bâtiment sans piliers des bâtiments (palata) en pierre des marchands. C’est de là prennent l’origine « des tendances de la ville-capitale » de l'architecture provinciale de Gorokhovets à la fin du dix-septième siècle, qui ont eu un impact sur architecture des temples et ont permis de créer dans cette petite ville, pendant une courte période de son apogée, un complexe d'habitation entièrement intégral par son style de la Renaissance, conservé jusqu'à présent.

Selon des experts, le paysage urbain historique de Gorokhovets avec son ensemble spatial des bâtiments et des structures, ainsi que des espaces ouverts dans leur contexte naturel et environnemental, y compris les sites des fouilles archéologiques qui composent les colonies humaines pendant la période correspondante, possèdent l’intégrité et la valeur reconnues des points de vue archéologique, architectural, historique, scientifique, socio-culturelle et ethnographique.

Ces paysages urbains ont formé la société moderne et représentent la valeur universelle exceptionnelle pour la conception des origines de notre existence actuelle.

Critère (ii) : Le développement impétueux du commerce et de l'artisanat grâce à l'emplacement de Gorokhovets sur le trajet Moscou - Nijni Novgorod a attiré d'importants dons des marchands destinés à la construction en pierre des cathédrales et des églises qui ont remplacé des cathédrales en bois. Simultanément se développait la construction en pierre blanche des bâtiments des marchands, ayant souvent, la taille supérieure aux bâtiments publics. Située confortablement autour d'eux une série de bâtiments en bois couvert des minutieuses décorations sculptées faites par des charpentiers soulignait encore plus la blancheur des façades des bâtiments en pierre. Ainsi, au début du XVIIIe siècle la silhouette du paysage urbain historique de Gorokhovets s'est formé sur la base des dominantes architecturales et naturelles, conservé jusqu'à présent, a marqué le passage de l'esthétique du Moyen âge à l'esthétique et à la philosophie de la Nouvelle époque.

Critère (iv) : Le modèle remarquable d’ensemble d’architecture urbaine civile et ecclésiastique du XVIIe siècle  avec ses sommets des dômes et des clochers monastiques de la ville tournés vers le ciel, en combinaison avec un plateau accidenté et de la plaine inondable de la rivière qui a créé une image pittoresque panoramique unique de l’intercalation d'ensemble architectural urbain du XVIIe siècle  avec le paysage naturel l’entourant.

La particularité du bien constitue la présence d’une structure et d'authentification physique, non seulement bien organisées, mais disposant d'un immense symbolisme et poétique ainsi que de la pureté. Ce bien comprend des aspects de la pratique et des valeurs sociales et culturelles, des processus économiques avec des composants immatériels du patrimoine liés à la diversité et l'identité du centre historique de Gorokhovets.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

L'authenticité 

Le Centre historique de la ville de Gorokhovets avec son histoire du développement de l'urbanisme confirmée par des documents justificatifs, sa structure binaire de l’implantation historique de la ville est fixée comme une entité intégrale d'architecture et d'urbanisme de l'éducation.

Formée dès le début la structure urbanistique binaire de la ville, est restée inchangée dans ses principes majeurs et pendant toutes les périodes suivantes a été la base du développement continu de la partie inférieure (podol), l’endroit des terres inondables de la ville. La ville, qui a été tournée avec son façade principale vers la rivière Kliazma et présentée par une composition complexe des coupoles et des pyramides des églises, des toits en pente des maisons en bois et des pommeaux des bâtiments (palata) en pierre, se développait dans la plaine inondable de la rivière Kliazma sans affecter la partie piémontaise.

La composition commence dans la partie « plate » de la vieille ville, sur sa place centrale, comme si conclue dans un triangle des trois dominantes architecturales - l'Eglise de la Resurrection (Voskresnaya tserkove), la Cathédrale de l'Annonciation (Blagovechenski sobore) et de l'Ensemble du Monastère de la Chandeleur (Sretenski monastire). Plus loin, les bâtiments s'élèvent vers le haut de la colline où la composition couronne le Monastère Saint-Nicolas (Nikolski monastire) entouré d'une clôture et de remparts.

Des bâtiments civils du XVIIe siècle, des bâtiments en pierre des marchands et des citadins de Gorokhovets sont de véritables objets conservés jusqu'à présent, sans importantes modifications, avec la finition initiale des façades. Ils conservent et reflètent des techniques de la construction et de l'utilisation des matériaux traditionnels spécifiques au temps de leur construction.

L'intégrité

L'ensemble urbanistique du centre historique de la ville de Gorokhovets du XVIIe siècle est conservé entièrement et venu jusqu'à notre temps sous son aspect originel. Gorokhovets – c'est une ville de l'unité organique de la nature et de l'architecture, quelle elle a atteinte à la fin du XVIIe siècle et a conservé jusqu'à présent.

Le plan de ville régulier du XVIIIe - XIXe siècles avait été obligé de prendre en compte des œuvres et des fruits du développement urbain des anciens architectes. Afin de préserver l'originalité et l'intégrité unique du paysage de la ville, des bâtiments construits plus tard avec leur géométrisme pragmatique ont été éloignés du centre historique de Gorokhovets sur la plaine de la rive droite de la Kliazma

Tous les bâtiments historiques, de culte et civils, constituent un objet holistique spatial de l'urbanisme où l’ensemble de monuments de l'histoire et de la culture est conservé à l'aide de l’utilisation des traditions naturelles et socioculturelles.

Des travaux d'urbanisme et d’aménagement produits dans le centre historique, sont pointés et n'affectent pas sa structure d'urbanisme historique, en soutenant et en gardant sa composante paysager.

Les travaux de restauration sont exécutés sur la base de recherches approfondies pour des sites du patrimoine culturel (conception, matériaux, couleurs). A titre indispensable se produit l'élaboration de la documentation du projet détaillée qui répond aux normes de respect de l'authenticité et l'intégrité des objets et de l'environnement historique, tel que défini dans le Document de Narva du 1995 et des documents d'orientation de la Fédération de Russie – des normes de restauration scientifique.

Il est important de notter que, comme le soulignent de nombreux experts, lors de classification des centres historiques et des petites villes historiques d’une catégorie protégés essentiel de la notion de « pittoresque de la valeur », qui a proposé de nous, Gorohovets.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Les villes historiques constituent une petite partie bien du patrimoine mondial. Dans la plupart des cas, les villes reçoivent un statut de protection comme les antiques ou comme des fragments des colonies historiques, quand la protection concerne un seul ou quelques sites historiques. Cela souligne non seulement la valeur des colonies historiques, mais reflète à quel point elles sont dans la difficulté de répondre aux critères de patrimoine mondial unique. Comparer le centre historique de Gorokhovets avec des entités similaires en Fédération de Russie, ex. le centre historique de la ville de Yaroslavl ou le centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes, n’est pas correcte, la raison n'est ni les superficies ni les dimensions.

Saint-Pétersbourg, la capitale de l'Empire Russe, a été construite à l'origine comme une ville impériale axée sur la tradition européenne de l'urbanisme. A Yaroslavl, qui a assimilé la tradition européenne de l'aménagement régulière du XVIIIe siècle, ils ont été partialement appliqués certaines modèles d'urbanisme de Saint-Pétersbourg sous forme de « trois rayons », régularité des parcs, des jardins et de grands boulevards, tout en préservant les fragments de la planification irrégulière.

La différence de Gorokhovets est celle que grâce à un développement rapide de son architecture dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la ville s'orientait en général à l'urbanisme dans les traditions adoptées à Moscou en tant qu’un cité-jardin, mais elle avait plus de capacité d’adaptation au paysage naturel et, surtout, a conservé jusqu'à nos jours presque entièrement l'ensemble architectural d’aménagement paysager très harmonieux.

Dans cette sa spécialité Gorokhovets possède des similitudes exclusives avec de petites villes européennes situées dans l'est et le nord de l'Europe qui ont aussi eu dans leur histoire de courtes périodes de prospérité, mais, pour une raison quelconque, ont rapidement perdu leur vecteurs de croissance et de développement, et ont gardé des paysages urbains uniques liés à l'environnement naturel. Malgré une énorme différence dans des traditions d'urbanisme parmi ces villes, ils portent des traits communs avec Gorokhovets dans leur authenticité, leur saveur unique de l'architecture dans sa relation avec la nature, leur caractéristiques spatiales figuratives.

Parmi telles villes européennes, inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, il convient de noter les villes tchèques - Český Krumlov, Telč, Kutná Hora, Holašovice, polonaises – Zamość et Torun, norvégienne - Bryggen, allemandes - Regensburg, Stralsund et Wismar, bulgare - Nessebar, slovaques - Banská Štiavnica et Bardejov, finlandaises - Ancienne Rauma, roumaines - Sighișoara et Brasov.

Le centre historique de Gorokhovets pourrait être comparé avec de tels exotiques sites du patrimoine mondial comme les centres historiques, d'Agadez (Niger), Gjirokastër (Albanie) et Ribeira Grande (Cap-Vert).

Les villes extrêmement différentes dans leurs histoires, cultures, religions, elles sont rapprochées par la période de création en XVe -XVIIe siècles, l’ère de l'épanouissement rapide des échanges, de commerce et industrie, l’époque du développement des traditions religieuses et nationales, de l’expansion de la construction architecturale et urbaine. Surtout, le plus important, la période de la création des ensembles urbains en fonction des spécifications géographiques, naturelles et paysagères de ces territoires, qui demeurent et sont arrivés jusqu'à notre temps.

C'est dans ces villes classées par l'UNESCO, tout comme à Gorohovets, des valeurs du patrimoine matériel et immatériel, selon de nombreux experts, forment l'ESPRIT du LIEU, unique et inimitable, c'est ici que s'incarnent les fonctions importantes concernant l'identité sociale, l'industrie créative et le tourisme.

Dans son ouvrage « Image de la cité » Kevin Lynch a déclaré: «.. nous avons besoin de l'environnement bien organisé qui possède des symboles et de la poétique. Cet environnement doit témoigner de l'identité et de la société en général, des traditions historiques et des rêves d'avenir, du milieu naturel et de la complexité fonctionnelle de la nature du monde urbain. » En se manifestant dans toutes ses relations comme un lieu remarquable, le centre historique de la ville acquiert le caractère d’une base pour le regroupement et l'organisation des connaissances et des associations. Cet ESPRIT du LIEU favorise lui-même toute sorte d’activité humaine qui s’y produit et stimule sa fixation dans la mémoire humaine.