English Français

Pont sur la gorge du Salgina

Date de soumission : 31/01/2017
Critères: (i)(iv)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Office fédéral de la culture
État, province ou région :
Canton des Grisons
Coordonnées 554'627 5'203'385
Ref.: 6191
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Le bien proposé pour inscription comprend le pont routier enjambant la gorge du Salgina entre Schiers et Schuders, dans le canton des Grisons, ainsi que son environnement immédiat.

Cet ouvrage d'art a été réalisé à la suite d'un concours architectural lancé en 1928, trois ans après la levée de l'interdiction de circulation des véhicules privés dans le canton des Grisons. Dessiné par l'ingénieur civil suisse Robert Maillart (1872-1949), il est formé d'un arc caissonné à trois articulations en béton armé d'une longueur de 90 rn, soit le plus grand arc de ce type existant au temps de sa construction. D'une longueur totale de 132 m, le pont enjambe la gorge du Salgina à une hauteur de 93 m au-dessus de l'eau, nécessitant la construction d'un échafaudage particulièrement aérien. L'arc, d'une largeur de 6 m aux extrémités et de 3 m seulement en son centre, dessine sur le plan vertical une courbe d'une grande élégance.

Les limites exactes du périmètre ainsi que de sa zone tampon doivent encore être précisées.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

Réalisé en un temps record entre l'été 1929 et 1930, cet ouvrage d'art est un chef-d’œuvre de l'ingénierie et de l'architecture du 20e s. Il représente l'aboutissement d'une recherche continue dans la conception esthétique et structurelle en béton armé, initiée par Robert Maillart lors de la construction du pont de Zuoz en 1901. Fusionnant sur ce dernier la voûte, les murs latéraux et le tablier, le tout en béton armé, Robert Maillart y développe le système de poutre en caisson, permettant une économie de matériau conséquente et un important gain en légèreté.

Par cette innovation fondamentale et tenant compte des propriétés du béton armé, alors particulièrement récent, Robert Maillart a créé une nouvelle forme de ponts - entièrement affranchie de celles héritées de la construction en pierres - et fait de ce nouveau matériau une forme d'art parallèle à la sculpture et à l'architecture. Le pont sur la gorge du Salgina en est l'expression la plus manifeste.

Critère (i) : Bien que peu reconnu à sa mort, Robert Maillart est aujourd'hui considéré comme l'un des ingénieurs les plus influents du 20e s. Ses fines arches de béton sont devenues un landmark du paysage alpin helvétique. Le pont sur la gorge du Salgina est un chef-d’œuvre du génie créateur humain. Il est reconnu depuis 1991 comme « World Monument » par 1 'American Society of Civil Engineers - au même titre que la Tour Eiffel, le canal de Panama et la Statue de la Liberté. Il est enseigné dans les écoles techniques du monde entier.

Critère (iv) : Le pont sur la gorge du Salgina est un jalon historique exceptionnel de l'ingénierie civile en béton armé et l'exemple éminent et précoce des possibilités techniques et esthétiques offertes par ce nouveau matériau pour la construction de ponts.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

En dépit d'une intervention d'assainissement en 1997/1998, le pont a conservé l'essentiel de sa substance historique et ainsi de son authenticité : seuls les parapets ont été renouvelés. Les surfaces de l'ouvrage ont quant à elles été rénovées par la projection d'une mince couche de béton, en prenant soin de restituer à l'aide de photographies anciennes les motifs du coffrage en bois d'origine.

Ce pont, l'un des jalons les plus importants de l'ingénierie civile mondiale, est demeuré intact, blotti au cœur du paysage escarpé du canton des Grisons. Sa légèreté apparente, sa simplicité s'accordent parfaitement avec le site environnant, à ce jour non compromis par d'autres constructions, et dont il contribue à mettre en valeur la beauté.

Le pont sur la gorge du Salgina sera mis sous protection dans le cadre de l'élaboration de la candidature et désigné comme objet à protéger, avec une zone tampon qui reste à définir, dans les plans directeurs et les plans d'affectation du canton et de la commune. L'inscription sur la Liste du patrimoine mondial ne remettra nullement en question la fonction du pont dans le réseau routier cantonal. Le plan de gestion qu'il s'agira d'établir reprendra pour l'essentielles procédures et les structures de conservation actuellement existantes. Un groupe de coordination sera créé pour assurer les échanges des autorités concernées de la Confédération, du canton et de la commune et il conviendra de mettre en œuvre certaines mesures en matière d'information, de médiation et de coordination.

Le canton des Grisons et la commune de Schiers soutiennent cette inscription ainsi que les démarches nécessaires.

Comparaison avec d’autres biens similaires

En 1996, un rapport intitulé Context for World Heritage Bridges a été publié conjointement par le Conseil international des monuments et des sites ICOMOS et le Comité international pour la conservation du patrimoine industriel TICCIH. Cette étude a défini les paramètres nécessaires à une évaluation rigoureuse de l'importance patrimoniale de ces ouvrages d'art. Elle a également mis en évidence les ouvrages qui témoignent de façon éloquente de l'histoire de la construction des ponts, et souligne notamment la valeur universelle exceptionnelle potentielle du pont sur la gorge du Salgina.

La Liste du patrimoine mondial comporte un nombre restreint de ponts inscrits pour leur qualités intrinsèques, panni lesquels figurent notamment le pont Mehmed Pacha Sokolovié de Visegrad (Bosnie Herzégovine, fin 16e s., pont à arches maçonnées), le Iron Bridge (Angleterre, 1779, premier pont métallique), le pont ferroviaire du Forth (Ecosse, 1890, premier grand pont cantilever à travées multiples) et le pont Vizcaya (Espagne, 1893, premier pont à nacelle de transbordement suspendue). Les raisons justifiant l'inscription de ces biens sont diverses mais aucune ne recouvre les arguments pour l'inscription du pont sur la gorge du Salgina. Celui-ci constitue un jalon supplémentaire dans l'histoire de la construction de ce type d'ouvrages d'art.