English Français

La Réserve de biodiversité du Parc du Bafing Makana

Date de soumission : 07/09/2016
Critères: (viii)(x)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Délégation permanente de la République du Mali auprès de l'UNESCO
État, province ou région :
Région de Kayes
Coordonnées N14 05 00 O8 53 00
Ref.: 6161
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les États Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

D’une superficie d’environ 176 469 ha, la Réserve de biodiversité du Parc du Bafing Makana a été créée en 1990. Il se situe dans la région de Kayes, à cheval sur les cercles de Kéniéba, Bafoulabé et Kita. En 2002, pour mieux circonscrire l’aire protégée du Parc, des réserves de biotopes ont été créées en son sein. Il s’agit des réserves de Kouroufing et de Wongo et le sanctuaire des chimpanzés.

Le Parc est caractérisé également par une succession de plateaux cuirassés, des plaines alluviales et de bas-fonds. Le climat est de type soudanien au nord et soudano-guinéen au sud. L'ensemble des cours d'eau du Parc appartient à l'hydro système du bassin versant du fleuve Sénégal, notamment son principal affluent qu’est le Bafing, et un réseau de petits cours d'eau.

Le Parc regroupe une grande quantité d'animaux dont des grands mammifères. Les lions qui, jadis, rôdaient dans d’autres régions, préfèrent rester dans la réserve, à l’abri des braconniers. On y observe aussi des léopards, loutres, buffles, antilopes, de nombreux oiseaux et une multitude de singes dont une forte population de chimpanzés. Sur les rives du Bafing, on peut y voir les hippopotames et dans les mares du parc des crocodiles sont visibles par endroit.

La végétation est constituée principalement de divers types de savanes sèches et de forêts claires, mais largement dégradées en savanes, formations buissonnantes et mosaïques de végétation anthropique (cultures, jachères, friches).

La réserve de faune du Bafing fait partie du patrimoine naturel de la zone de Manantali qui abrite un grand barrage hydroélectrique. Elle couvre une aire protégée avec une biodiversité remarquable. C’est un écosystème constitué d’un important réseau hydrographique, de forêts galeries et de savanes boisées où vivent encore des lions, des léopards, des phacochères, des hippopotames d’importantes hordes de chimpanzés, des crocodiles et des nombreux oiseaux.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (viii) : La Réserve de biodiversité du Parc du Bafing Makana est une formation faunique et végétale très ancienne, ayant connu toutes les étapes de l’histoire. Elle a subi des évolutions géologiques diverses. Elle est située sur le socle précambrien du craton ouest-africain, couvert par de sédiments gréseux primaires du plateau Manding. Dans la moitié sud du Parc, il existe des intrusions de roches éruptives mésozoïques.

Les traces et vestiges de l’histoire confirment la longue présence humaine dans les environs du Parc. Des tumulus construits avec des blocs de latérite et de blocs de grès de formes et de dimensions diverses existent dans le Parc.

Aujourd’hui, dans la périphérie du Parc, 44 villages et hameaux importants ont été identifiés. Les populations (majoritairement Malinké) de ces villages pratiquent essentiellement l’agriculture extensive, l’exploitation des ressources forestières et l’élevage des animaux de trait.

Critère (x) : 
La Réserve de biodiversité du Parc du Bafing est une vaste zone de concentration de plusieurs espèces fauniques et floristiques. Plus d’une cinquantaine d’espèces de grande faune y vivent. La richesse de l'avifaune est estimée à 260 espèces. Parmi cette faune riche et variée, des espèces menacées ont été identifiées. Il s’agit notamment de l’élan de Derby de l'ouest (Taurotragus derbianus derbianus), du lycaon (Lycaon pictus), du chimpanzé de l'ouest (Pan troglodytes verus).

Les conditions écologiques et les potentialités naturelles végétales et herbacées ont favorisé la reproduction et la conservation de ces espèces.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

S'il est une réserve animalière qu'il faut visiter au Mali, c'est sans nul doute celle du Parc du Bafing car c’est l’une des mieux préservées. La bonne conservation de cette réserve est le résultat d’une gestion concertée entre les autorités administratives, les gestionnaires de la réserve et notamment les populations riveraines. La forte implication des populations qui vivent dans la périphérie de la réserve et qui exploitent certaines ressources de la réserve à beaucoup contribué à sa préservation. L’état de conservation de la réserve est globalement bon.

Cependant, le braconnage, effectué dans le cadre de véritables expéditions à but commercial, constitue une menace sérieuse pour les ressources fauniques de la réserve. La multiplication des hameaux de culture, pendant ces dernières années, une source de dérangement des animaux et de dégradation des ressources ligneuses et herbacées.

La Réserve de biodiversité du Parc du Bafing relève de la catégorie UICN Ib. Elle est inscrite à l’inventaire du patrimoine national par Décision N°00444 / MC-SG du 07 mai 2001 portant inscription de biens culturels et naturels à l’inventaire pour son intérêt historique, naturel et culturel.

En vue de circonscrire les menaces, il est une nécessité d’élaborer et de mettre en œuvre un plan d’aménagement et un plan de gestion de la réserve du Parc du Bafing.

Comparaison avec d’autres biens similaires

La Réserve de biodiversité du Parc du Bafing et ses aires adjacentes seraient l'une des rares zones au Mali qui recèle encore un potentiel faunique satisfaisant. En plus des mammifères représentatifs de la grande faune des savanes soudaniennes, elle abrite les dernières populations d'une espèce en voie de disparition à savoir le chimpanzé occidental (Pan troglodytes verus). Plusieurs espèces de grands ongulés sont encore présentes ; même l'élan de Derby de l'ouest (Taurotragus derbianus derbianus) et le lycaon (Lycaon pictus), menacés de disparition, sont identifiés dans la réserve.

Le Parc du Bafing s’apparente à celle du Niokolo Koba au Sénégal dont elle est une sorte de continuité naturelle et environnementale. Sur le plan de la végétation et de la faune les deux parcs ont en commun d’appartenir à la même zone climatique et sont des réserves de la biosphère du programme MAB de l’UNESCO. La Falémé qui est un défluent du fleuve Sénégal traverse les deux régions naturelles qui ne forment en réalité qu’un même écosystème.

Les populations riveraines de la réserve comptent sur la beauté et la préservation de leur environnement pour attirer un tourisme vert et responsable. L’endroit le plus mieux indiqué pour découvrir le Parc est le village de Kouroukoto. Son accès a été amélioré par la construction du barrage de Manantali qui abrite en aval une réserve d’hippopotames vivant dans un biotope remarquable.