English Français

Centre historique de Praia

Date de soumission : 15/03/2016
Critères: (ii)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture
État, province ou région :
Santiago, ville de Praia
Coordonnées N14 55 15 W23 31 30
Ref.: 6103
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les États Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Le centre historique de Praia correspond à un centre de population primitive de 15 ha de surface, située au plateau naturellement fortifiée de Santa Maria da Vitoria, surplombant le port du même nom, où la ville s’est constituée. Considéré depuis ses débuts comme un site militaire stratégique, cet emplacement permettait le control des activités maritimes et commerciales dans la région. Le site, témoignage du passé colonial capverdien, se compose de nombreuses infrastructures de type administratif, militaire et religieux bien préservées et confinées dans ce petit espace.

Initialement intégré à la Capitainerie d'Alcatraz, Praia de Santa Maria, comme on l'appelait à cette époque, s’est développée avec le déclin de cette capitainerie dans la deuxième décennie du XVe siècle pour en devenir le siège de la Capitainerie du Nord. Plus tard, la ville a également profité de déclin de la ville de Ribeira Grande (Cidade Velha), en devenant le principal centre de population de la province du Cabo Verde, ceci en raison de sa localisation géographique privilégiée, son grand port, sa salubrité et ses meilleures conditions de défense contre les attaques des pirates et des corsaires.

Depuis sa création, la ville Praia de Santa Maria a été étroitement liée aux activités portuaires depuis 1515, date de l'arrivée de la caravelle "Santa Catarina" qui a déchargé 132 esclaves. À partir de là, grâce aux conditions naturelles et la position géocentrique de son port, elle a continué à jouer un rôle névralgique dans les liaisons transatlantiques, dans l’approvisionnement d'eau potable et de nourriture, comme abris lors des tempêtes et comme lieu de réparation des navires et de rétablissement des malades. C’est ainsi que de nombreux navigateurs en relation avec les grandes découvertes portugaises, des aventuriers, des pirates et des corsaires ainsi que des esclaves à destination des Amériques sont passés par ce port.

Cependant, vers la moitié du XVIe siècle, la population était encore insignifiante et vivait principalement dans des maisons et des huttes de paille qui se trouvaient autour de l'église de Notre-Dame de Grace. Petit à petit, le village de Praia de Santa Maria absorbe toute la technocratie initialement installée à Ribeira Grande qui était en déclin. En effet, le 14 Août, 1612, Philippe II a ordonné par charte que le gouverneur ou l’évêque devait résider alternativement dans le village de Praia Santa Maria comme prélude au transfert définitif du siège administratif et ecclésiastique.

Toutefois, la confirmation du village de Praia comme une véritable capitale de la province du Cabo Verde, ne sera réalité qu’en 1770. Malgré le changement de la capitale, Praia était dépourvue d'infrastructures compatibles avec la condition de capitale. Ainsi, le gouvernement central et local ont entrepris des efforts pour planifier le développement urbain du village avec des rues, des places et d’autres types d’infrastructures pertinentes tel que les quais, les douanes, la caserne, l’hôpital et la mairie entre autres. En matière d'hygiène, le séchage des principaux marais qui bordaient le village a été réalisé compte tenu des graves dommages que ceux-ci entraînaient en termes de santé publique. Pour cela, l'institution de la taxe de 3% ad valorem sur l'importation et l'exportation de tous le produits ont permis le financement de ces travaux.

Le 28 Avril 1855, le gouverneur Arrobas a fixé le village de Praia comme la capitale permanente de la province, mettant ainsi un terme à la « discussion éternelle » autour du changement de la capitale à d'autres endroits, en raison de l’insalubrité que le village avait lors de la saison des pluies. En 1858, le village de Praia a acquis le statut de ville, et plus tard en 1975, avec l'indépendance du pays, est devenue la capitale du Cabo Verde.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (ii) : En raison de sa position géostratégique par rapport à l'Europe, l'Afrique et l'Amérique, le Centre historique de Praia, tout comme Ribeira Grande de Santiago, a joué un rôle de premier plan dans le commerce des esclaves à partir du XVIe siècle. Compte tenu des bonnes conditions naturelles de son port ainsi que sa localisation sur un plateau, ce qui assure de meilleures conditions de protection, la ville de Praia, va progressivement devenir le principal centre économique, administratif, religieux et militaire de la province, avec la désintégration de Ribeira Grande de Santiago.

La planification urbaine du centre historique, qui est du XIXe siècle, reflète les normes de civilité européenne, culture et urbanisme de cette époque car la métrique, la disposition des rues et avenues, les places et la géométrie des bâtiments sont témoignages de l'architecture coloniale. Ainsi, le Palais du Président de la République, la mairie, l'église, le Palais de la Culture, la caserne Jaime Mota, le Musée ethnographique, la place Alexandre Albuquerque sont le reflet des idéaux européens du siècle de lumières, avec le but de fournir les infrastructures de la ville qui s’accordait avec son statut de ville / capitale de la province.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le centre historique de Praia conserve en général son tracé urbain original datant du début du XIXe siècle, avec des rues et de larges avenues, places et jardins.

On remarque l'existence d'ensembles architecturaux traditionnels intactes, conservant sa volumétrie et altimétrique disposée d'un maximum de deux étages. La plupart des imposants bâtiments de nature administrative conservent encore aujourd’hui les mêmes fonctions d’utilisation initiale, tandis que d'autres ont reçu des utilisations compatibles, devenant ainsi des musées, centres culturels, salle d'artisanat, bibliothèques, cinéma, centres universitaires, entre autres.

Malgré un certain nombre de dangers inhérents à un site qui est une capitale, y compris la pression démographique et la spéculation immobilière qui renforcent un ensemble de risques des efforts de protection sont faits dans ce sens et le site présent un bon état de conservation. Cependant, plus d’efforts doivent être engagés afin de préserver l’authenticité et intégrité du site.

Protection et gestion

En ce qui concerne la protection juridique, le centre historique de Plateau est au sens strict préservé par la Résolution n°67/2013 du 17 mai, qui le classe comme patrimoine culturel national ainsi que par la loi de Base de Patrimoine 102/III/90 du 29 décembre.

De plus, toute une gamme de règlements protège le centre historique de Praia, tels que la règle nationale d'aménagement du territoire national, la norme régionale de l’aménagement du territoire, le Plan directeur de la municipalité, le Plan de gestion urbain et le Plan environnemental. Tous ces instruments juridiques visent la protection et la valorisation du Centre historique de Praia.

Malgré les dispositions juridiques pour protéger le patrimoine, ce centre a été victime d’une attaque systématique en particulier en ce qui concerne les nouveaux bâtiments qui cherchent à augmenter le volume et l’altimétrie (mettant en péril d’une part le style traditionnel des bâtiments anciens, dont la majorité sont d'un étage) et d'autre part, le style des façades et l’utilisation de matériaux de construction différents cherchant à reproduire les normes de construction modernes, au lieu de chercher un équilibre entre ce qui était l'héritage et ce qu’on veut construire à partir de zéro .

Il faut souligner que les autorités compétentes ont fait des efforts pour sauver le patrimoine, en particulier avec la résolution 35/12 qui permet l'existence de l'Office technique mixte d'examen des projets situés dans le centre historique. Cependant, dans la pratique, dans de nombreux cas les recommandations ne sont pas suivies, la supervision des travaux est insuffisante et les interventions dans les bâtiments, sauf ceux ayant un degré de protection élevé, passent dans son ensemble, pour l'expansion verticale. Dans ce sens, s’il n'y a pas de changement significatif dans les années à venir, l’intégrité du site pourrait être mise en cause.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Le centre historique de Praia équivaut à de nombreuses villes côtières fondée par les Portugais, la hausse sur un plateau, ce qui en soi est un système naturel de défense contre les attaques des pirates et des corsaires. En même temps, il a cherché à créer une zone privilégiée pour servir de la résidence pour les colons libres et la population en général, contrairement à la zone adjacente à l'agitation du port. En effet, la planification et le développement urbain, suit la logique existant dans de nombreuses villes brésiliennes, et le Centre historique d'Olinda au Brésil est symptomatique de cette pratique effectuée par les Portugais. Les deux villes qui se dressent sur un plateau, reflète la stratégie coloniale de l'utilisation des terres et ont par conséquent des répercussions sur l'aménagement urbain des deux villes, qui se ressemblent.