English Français

Centre historique de Nova Sintra

Date de soumission : 15/03/2016
Critères: (iv)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture
État, province ou région :
Brava, ville de Nova Sintra
Coordonnées N14 49 - N14 54 W2440 - W24 44
Ref.: 6099
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les États Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

La ville de Nova Sintra, sur la petite île de Brava, de 64km2, reste vivante dans le temps comme un vestige d'un mode de vie traditionnel semi-rural, caractérisé par des maisons du XIXe siècle imprégnés de jardins cultivés ayant comme but la subsistance et un tracé urbain acclimatés aux jardins et paysagé arboré.

La découverte de l'île a eu lieu en 1462 par l’écuyer Diego Afonso qui était au service de la Couronne portugaise et est restée inhabitée pendant une longue période. Le peuplement de l'île a commencé à prospérer en 1620 par des colons en provenance de Madère et des Açores. Lors d’un tremblement de terre suivi d’une éruption volcanique sur l'île voisine de Fogo en 1680, de nombreux propriétaires et quelques couples de noirs libres, ont trouvé refuge dans l'île de Brava où ils se sont installés. Il est supposé que la localité de Furna, zone la plus proche de l'île de Fogo, est le lieu où l'occupation a commencé à germer. Cependant, quand les incursions des pirates commencent à devenir de plus en plus fréquentes (XVII-XVIII siècles), des tours fortifiés sur la baie extrême sont construites et des endroits plus protégés et élevés à l’intérieur de l'île pour se protéger des pillards sont recherchés. Ces endroits recherchés, plats et à l’intérieur de l’île, avaient une plus grande disponibilité d'eau et un climat plus favorable à l'agriculture de survie et à petite échelle. C’est à ce moment que le principal centre de population Vila Nova Sintra apparaît.

Sur le plan économique, l’île reste à l’écart de la traite négrière et suscite seulement l'intérêt lorsque le navigateur anglais George Roberts découvre, vers 1720, la Roccella tinctoria, matière première très apprécié pour teindre les textiles. Cette découverte mettra Brava, pour la première fois, dans l'agitation mercantile du monde moderne.

Par ailleurs, l'île de Brava, possédant un climat exceptionnellement sain qui lui a valu le nom de «paradis de l’archipel», a été souvent choisi comme résidence des gouverneurs généraux. Ce fut le cas du gouverneur et officier de la marine John Fontes Pereira de Melo qui a gouverné le Cabo Verde entre 1839 et 1842 à partir de l'île de Brava, en raison d'insalubrité qui existait à Praia. Ce fut le cas aussi de José Miguel de Noronha, qui en 1845 accompagné par 50 employés, sont partis de Praia vers Brava en raison de la fièvre jaune et en apportant l’imprimante du Journal officiel. La question de l’insalubrité de Praia, a fait qu’en 1849, le gouverneur transfert tous les employés du Secrétaire Général et de la comptabilité à l'île Brava. C’est ici que le Conseil des Finances, le Conseil de gouvernement, le Conseil de l'Agriculture et le Conseil de l'enseignement supérieur ont commencé à fonctionner. Cette itinérance de la capitale du Cabo Verde ne sera résolu définitivement qu’en 1855 avec la création de la capitale à Praia, dû à des réclamations du maire de Praia et à cause de la petite taille de Brava. A cette époque, l'île de Brava abritait l'école primaire du Cabo Verde qui a été inaugurée en 1848 et recevait des étudiants de toutes les îles et même des pays voisins de la côte africaine, tel que la Guinée-Bissau.

Au milieu du XVIIIe siècle, les pêcheurs des baleines de l’île de New Bedford, la mer du Sud, ont trouvé des conditions propices à Brava pour ravitailler leurs navires et renforcer leurs équipages. Dans ce sens, Furna et Faja d'Água, sont importantes du point de vue historique pour avoir joué un rôle primordial dans le développement de l'île. Dans ces ancrages, les navires baleiniers se protégeaient du mauvais temps, reprenaient de l'eau et servaient de port aux voiliers américains. L'incorporation de la population locale dans les équipages de ces navires a permis la connaissance et la familiarité avec les itinéraires et les techniques de pêche de la baleine. Ces faits expliquent l'origine de l’émigration de la population de Brava aux États-Unis, qui a donné une grande contribution au développement de l'île à travers l’envoie d’argent et certains investissements réalisés. Ces échanges ont généré une ambiance favorable sur l'île pour développer une forte intellectualité ainsi que les pratiques culturelles spécifiques, en particulier dans le domaine de la littérature et de la musique.

Nova Sintra est le lieu de naissance de personnalités importante et clefs pour l’histoire du Cabo Verde. C’est le cas de l'homme politique, journaliste, compositeur, poète et dramaturge Eugenio Tavares, immortalisé dans l'histoire de la littérature capverdienne. Eugenio Tavares est surtout connu pour sa contribution à la popularisation de la «morna» (musique traditionnelle du Cabo Verde) dans la communauté lusophone et au-delà. Cristiano de Senna Barcelos, qui a travaillé pour le développement de l'archipel du Cap-Vert et auteur du monumental ouvrage «Soutien pour l'histoire du Cap-Vert et de la Guinée» entre 1892 et 1913 est aussi né à Nova Sintra. Louis Loff de Vasconcelos, qui est aussi né à Nova Sintra en 1860, fut l'un des grands militants politiques de Cabo Verde et est reconnu par avoir joué un rôle d'une importance capitale dans l'histoire de la presse nationale.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (iv) : L'île de Brava en général et la ville de Nova Sintra, en particulier, présentent des caractéristiques d'une «île jardin». Son climat particulier, très humide et entouré par une brume éternelle, offre des conditions naturelles exceptionnelles qui favorisent une flore idiosyncrasique. En effet, l'occupation de tout l'espace sur l’île issue d’une dialectique entre l'homme et l'environnement physique, s’est traduite dans une harmonie complète entre l'homme et l'environnement naturel, en provoquant la création de paysages architecturaux et une symbiose entre le patrimoine bâti et le patrimoine naturel. En ce sens, les maisons privées, en général d'un seul étage, ont dans leur cour des jardins où les habitants cultivent des tubercules, légumineuses et des arbres fruitiers.

L'élément commun est les différentes espèces de plantes utilisées pour l’ornementation des maisons privées et des espaces publics, une diversité de fleurs, qui donne un aspect polychrome de la ville, fait qui lui a valu le nom de l'île aux fleurs. Incidemment, le soin de la communauté avec le jardinage s’est développé de telle manière que partout il y a des parterres de fleurs abritant les nombreuses espèces endémiques de l'île, comme le romarin-Brabo (Campylanthus Glaber ssp. Glaber), contra-bruxa-branca (Limonium braunii ), (Campanula bravensis), la mélisse (Satureja de forbesii), de la vésicule-terre (Centaurium tenuiflorum ssp. Viridense), gestiba (sarcostemma daltonii), tortolho (Euphorbia Tuckeyana), Launaea thalassica (Asteraceae, Lactuceae), entre autres.

Le centre historique de Nova Sintra possède un tracé urbain du XIXe siècle, présentant une forme de croix dont l'épicentre coïncide avec la place centrale. C’est dans cette place centrale où se trouvent les bâtiments publics tels que la mairie, le bureau de poste, le tribunal, les églises, les écoles, entre autres, en ligne avec l'influence de l'architecture néoclassique. Cet ensemble de bâtiments publics et de résidences privées, possédant des éléments architecturaux homogènes, se trouvent intégrés au milieu d'une végétation luxuriante entre collines, forêts et ruisseaux qui contribuent à une unité de la surface s’adaptant aux contours culturels et environnementaux.

En effet, Nova Sintra est un exemple d’établissement humain traditionnel qui s’est adapté parfaitement à son environnement et à sa raison d’être sociale et économique.

Critère (vi) : Au XVII siècle, l’Île Brava a été témoin d’une grande échange culturelle à travers les chasseurs de baleines de New Bedford (Etats-Unis) qui ont influencé le modus vivendi des habitants de Brava. En effet, la chasse à la baleine a permis l'incorporation d'autochtones dans les vaisseaux, en déclenchant l'émigration vers le Nouveau Monde. En outre, cette interaction a donné à la population de Brava l'expertise, non seulement dans l'art de la navigation, mais aussi dans l'installation d'une industrie de la construction navale sur l'île. Comme résultat de l'émigration, la langue vernaculaire, le créole de brava, possède une quantité importante de mots étrangers. Un autre phénomène remarquable est que Brava était la porte d’entrée de la religion protestante au Cabo Verde, et inversement, un natif de Brava (Marcelino Manuel da Graça) a fondé une secte religieuse « maison-Unie de prières de toutes les personnes » aux Etats-Unis.

Le microclimat humide offre des conditions favorables à une caractéristique du paysage. Il n’est pas donc surprenant que l'île a été élu souvent par les gouverneurs et les évêques comme refuge, et où le grand poète Eugenio Tavares a trouvé l'inspiration pour ses productions littéraires, mais, avant tout, la source de la motivation pour ses compositions musicales, aujourd'hui est considéré comme le poète et le « père de la morna ».

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

L’île de Brava a ses propres particularités qui la différencie des autres îles de l'archipel du Cabo Verde. Il s’agit en particulier de la typologie des bâtiments propres de l'architecture traditionnelle, avec des évidences nettes et les marques de la période coloniale. On peut témoigner ces remarques mentionnées dans le centre historique Nova Sintra, où est visible l'homogénéité et l'harmonie des ensembles architecturaux, l'intégrité de la structure urbaine, la distinguant des autres centres historiques du pays. Il convient de noter que, les ensembles architecturaux sont en bon état de conservation et authentique.

Protection et gestion

En tenant compte des valeurs historiques et patrimoniales inhérentes de Nova Sintra, le gouvernement du Cabo Verde, à travers le Ministère de la Culture, l’a officiellement déclaré comme patrimoine national, par la Résolution   n°35/2012 du 21 juin. Le but de cette protection est de promouvoir une gestion axée sur la préservation et la valorisation de son héritage patrimonial mais aussi de permettre la participation des populations locales dans le processus, de manière à concilier la protection du patrimoine avec des profits socio-économiques, favorisant ainsi le développement durable.

Au-delà de sa reconnaissance juridique, l'île est protégée par d'autres outils de gestion urbaine, à savoir, le plan directeur, le plan d’aménagement du territoire et de la politique nationale de l'aménagement du territoire qui assurent la préservation des caractéristiques essentielles de la ville de Nova Sintra.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Le centre historique Nova Sintra est un exemple exceptionnel d'habitat traditionnel dans une parfaite symbiose entre l'environnement, l’homme et la survie. Ainsi, par ses caractéristiques propres, nous pouvons inclure le centre historique Nova Sintra dans l'ensemble de quelques villes rurales figurant sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le centre historique de Nova Sintra possède certaines similitudes à d’autres sites au Cabo Verde où la place centrale rassemble tout autour les bâtiments principaux à caractère administratif et religieux. Par contre, Nova Sintra possède la particularité que d’autres centres historiques sur d’autres îles n’ont pas d’être une ville-jardin où les bâtiments publics sont entourés de plantes et fleurs et les maisons, possèdent une structure incluant un jardin où fruits et légumes étaient et sont cultivés pour assurer la subsistance. De plus, une autre particularité de Nova Sintra a été l’influence américaine à travers les pécheurs de baleines et l’émigration des habitants aux Etats-Unis qui ont créé un échange particulier qui se reflète sur le centre historique et l’île en général.

Du point de vue international, le site possède des similitudes aux villages historiques de Shirakawa-go et Gokayama (Japon) où en raison d’isolement et du climat, un type particulier d’habitat s’est développé pour s’adapter à l’environnement naturel et au contexte socioéconomique et géographique. La différence avec ce site classé en 1995 sur la Liste du patrimoine mondial est d’un côté le fait qui se trouve sur une île mais aussi le type de culture pratiquée pour la subsistance.