jump to the content

Le Tata de Sikasso

Date de soumission : 19/03/2009
Critères: (i)(ii)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Direction Nationale du Patrimoine Culturel du Mali
Etat, province ou région :
République du Mali, Région de Sikasso, Cercle et Commune urbaine de Sikasso
Ref.: 5443
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le Tata de Sikasso ou tarakoko selon une appellation locale, a été édifié sous le règne de Tièba, entre 1877 et 1897. L'ouvrage fut agrandi et renforcé par Babemba. Au moment du siège sans succès de Samory, quinze mois durant - de mars 1887 à juin 1888, il comptait trois enceintes concentriques :

- le tata extérieur mesurant 9 km, épais de 6m à la base et de 2m au sommet, sa hauteur variant entre 4 et 6m;

- le tata intermédiaire moins grand et moins épais, destiné à isoler les marchands, les soldats et les nobles;

- l'enceinte intérieure encerclant le Dionfoutou, partie de la ville habitée par le roi et sa famille.

La forteresse est encore visible dans le tracé actuel de la ville de Sikasso à travers des pans bien conservés dans les quartiers Mancourani, Médine, Wayerma, Bougoula ville et Fulaso. Des monuments sous forme de portes (au nombre de 7 (sept) ont été construites en matériaux modernes sur l'emplacement des passages d'antan pour en préserver la mémoire.

L'ouvrage est inscrit à l'inventaire par Décision N° 0444/MC - SG du 07 mai 2001.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (i):  Représenter un chef-d'oeuvre du génie créateur humain

La construction du Tata de Sikasso sous la forme d'une gigantesque muraille de 9km épaisse de 6m à la base et de 2m au sommet pour une hauteur variant entre 4 et 6m, complétée par deux structures intermédiaires, ainsi que les matériaux de construction (pierres sèches, gravier et banco) témoignent de l'ingéniosité et du génie créateur des populations locales à protéger leur culture et leur souveraineté.

Critère (ii): Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages

Selon plusieurs sources orales et écrites, la construction des murailles défensives autour des cités du Soudan occidental aurait un rapport avec la période d'insécurité liée aux guerres d'hégémonie et la recrudescence de la traite négrière qui a suivi la chute de l'Empire Songhoy, dernier grand empire médiéval du Mali actuel. La construction de ces murs d'enceinte a connu un essor au 18ème siècle, âge d'or de la traite négrière, et au milieu du 19ème siècle caractérisé par les conquêtes menées des royaumes héritiers des Grands Empires (Fouta, Ouassoulou, etc.).

Critère (iv): Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'esemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une période ou des périodes significatives de l'histoie humaine.  

Le Tata de Sikasso est un ouvrage conçu et construit pour la protection de la ville. Sa taille, son épaisseur et la qualité des matériaux de construction ont conféré au Tata un style militaire monumental. L'ouvrage qui cernait une surface estimée à 41 ha, devait ses dimensions aux ajouts successifs de murs de renforcement en terre, de barres et de lits de pierres alternées dont les intervalles étaient comblés de gravier ferrugineux, de  terre détrempée et d'autres pierres. Le Tata de Sikasso a, donc, été construit dans un contexte historique, technologique et culturel.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le Tata de Sikasso, malgré les facteurs naturels et la pression anthropique affectant son intgrité, a su garder son aspect authentique et sa qualité à travers de nombreux pans bien conservés.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Au plan régional, il existe plusieurs tatas, mais aucune autre fortification du Mali ou de la sous région ne présente les mêmes traits de caractère tant dans la structuration que dans l'aspect monumental.