jump to the content

La Mosquée de Komoguel

Date de soumission : 19/03/2009
Critères: (iii)(iv)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Direction Nationale du Patrimoine Culturel du Mali
Etat, province ou région :
République du Mali, Région de Mopti
Ref.: 5442
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

De style architecturale soudanais, la grande mosquée de Mopti, communément appelée mosquée de Komoguel, a une superficie de 12 a 76 ca. La construction de la mosquée remonte entre 1933 et 1935. Elle est construite à la place d'une autre qui datait de 1908.

La Mosquée s'étend sur près de 100m² et mesure 15m de haut. Elle se compose de deux parties : la première est couverte et la seconde constitue la cour. L'édifice est entouré d'un mur d'enceinte dont la hauteur varie entre 2m40 et 2m90. La toiture est portée par des piliers massifs alignés parallèlement au mur de la qibla (l'indication de la direction de la Mecque).

La mosquée Komoguel accueille le plus grand nombre de fidèles à Mopti pendant les heures de prière, en particulier pendant la grande prière du vendredi. Ce caractère fédérateur fait de ce monument cultuel un instrument de maintien et de renforcement des liens sociaux.

Au regard de son importance, à la fois historique, architecturale, touristique, esthétique, culturelle et spirituelle, la mosquée de Komoguel a été inscrite à l'inventaire par Décision N° 1593 /MC - SG du 14 octobre 2004 et classée dans le patrimoine culturel national par Décret N° 05-480/P-RM du 28 septembre 2005.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

critère (iii): Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou un civilisation vivante ou disparue

Bien qu'inspirée du modèle de construction de la mosquée de Djenné, la mosquée Komoguel constitue un apport original, dans la mesure où le thème des trois tours et du portail d'entrée est repris sur deux faces de la construction créant ainsi un rapport de symétrie entre les coupoles nord-sud et est-ouest. Par ailleurs, la Mosquée Komoguel de Mopti représente la synthèse de l'architecture de terre de la ville de Mopti qui, de sa position au cœur du Delta intérieur du fleuve Niger, a connu plusieurs influences sous les différentes occupations de la cité par des formations étatiques : Empire du Mali, Empire Songhoy, États théocratiques Peul et Toucouleur.

critère (iv): Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'esemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une période ou des périodes significatives de l'histoie humaine

Tout autour de la Mosquée Komoguel s'est développé une architecture de terre aux traits raffinés, comme par réplique au style de construction du joyau. Ce tissu urbain tout autour de la mosquée présente une certaine harmonie, toutes les ruelles convergeant vers le monument, donnant à ce quartier de Mopti le label de lieu d'expression et de perfection du style soudanais.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

La Grande Mosquée de Mopti a été restaurée d'octobre 2004 à juin 2006. En effet, bien que relativement jeune, ce monument en terre datant des années 1930 avait été mis en péril par un manque prolongé d'entretien et des applications inadéquates de revêtements en ciment. Le travail de restauration a consisté non seulement en des activités de réparation de l'ouvrage, mais également de à la formation de jeunes apprentis en maçonnerie, crépissage, menuiserie, y compris leur alphabétisation pour leur permettre d'apprendre d'autres langues et d'écrire les leurs. A la fin des travaux, approximativement 30 apprentis ont reçu une formation complète dans les différents métiers liés à la restauration, garantissant à l'ouvrage des réparations et des travaux d'entretiens respectant les matériaux d'origine : terre, paille et bois.

Comparaison avec d’autres biens similaires

La mosquée de Komoguel ressemble à beaucoup d'autres constructions architecturales du point de vue style, architecture et des matériaux de construction. Il s'agit en l'occurrence de la grande mosquée de Djenné dont on dit qu'elle est la sœur jumelle ou la reprise en miniature. Toutefois, comparée à la mosquée de Djenné, la mosquée Komoguel présente un thème différent au niveau des trois tours et son portail d'entrée est identique au niveau des deux cotés de la mosquée créant ainsi un autre style soudanais.