jump to the content

La Cité Historique de Hamdallahi

Date de soumission : 19/03/2009
Critères: (i)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Direction Nationale du Patrimoine Culturel du Mali
Etat, province ou région :
République du Mali, Région de Mopti
Ref.: 5438
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

La Cité historique de Hamdallahi est constituée des vestiges de l'ancienne capitale de la Diina. Elle couvre une superficie de 246 ha et englobe les éléments suivants :

- les restes du Tata en briques de terre crue;

- le Palais de Sékou Amadou entouré d'une muraille de pierres;

- les mausolées se trouvant dans l'enceinte du Palais;

- la nouvelle Mosquée bâtie sur l'emplacement de la Mosquée historique de Hamdallahi.

La Cité historique de Hamdallahi classée dans le patrimoine national par le Décret N° 283 / P - RM du 08 août 2007.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (i): Représenter un chef-d'oeuvre du genie créateur humain

Hamdallahi représente encore à travers ses ruines un chef-d'œuvre du génie créateur humain. La ville est  créée express pour servir de capitale à un empire théocratique et a été structurée à ce dessein. Sa fondation en 1819-1821 est attribuée à Sékou Amadou qui en fait la capitale de la Diina.  A son apogée, Hamdallahi était entièrement fortifiée grâce à un rempart de 5600m de périmètre construit en briques crues. Elle comptait 60 quartiers et une population importante. Elle abritait la Grande Mosquée, le Palais de Sékou Amadou, dans lequel se trouvait le siège du Grand Conseil « Bâtou Maoudo » de la Diina, plusieurs marchés et près de 750 écoles coraniques encadrées par de grands lettrés.

Critère (vi): Etre directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des oeuvres artistiques et litteraires ayant une significatrion universelle exceptionnelle

Malgré son abandon en 1864, Hamdallahi est demeurée un site vivant. Elle est aujourd'hui considérée par les membres de la communauté du Delta Intérieur du Niger comme une ville sainte et éternelle. Chaque année au mois de mai ou de juin, elle abrite la Ziara, un pèlerinage qui regroupe de nombreuses personnes venues du Mali, des pays d'Afrique Occidentale et du Cameroun. Cette grande rencontre est marquée par plusieurs manifestations : lecture du coran, prêches, évocation des vertus de Sékou Ahmadou, recueillement sur les mausolées et prière dans la mosquée.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

La Cité de Hamdallahi garde encore des vestiges permettant de reconnaître et d'apprécier sa structuration d'antan.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Au plan régional, plusieurs villes de l'époque de l'époque étaient entourées de fortifications. Celle de Hamdallahi a la particularité d'avoir été intégrée à la structuration de base de la cité qui est partie de la mosquée à l'organisation spatiale de la ville, y compris ses limites. En plus, si la plupart des tatas étaient des constructions massives, la tata extérieure de Hamdallahi était plutôt raffinée par l'utilisation des briques cylindriques connues dans le Delta intérieur du Niger.