English Français

Parc archéologique d'Ahouakro

Date de soumission : 29/11/2006
Critères: (iii)(vi)(vii)
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Ministère de la Culture et de la Francophonie
État, province ou région :
Région des Lagunes, Département de Tiassalé 
Coordonnées N6 08 W4 50
Ref.: 5087
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Le Parc archéologique d'Ahouakro est situé au Nord de la Sous-préfecture de Tiassalé, à 145 km d'Abidjan.

Le site, qui s'étend sur une superficie de 120 hectares est dominé par des formations végétales caractéristiques de la lisière forêt-savane (parcelles de savane guinéenne à dominante de rôniers, îlots de forêts galeries, etc.). Le Parc archéologique d'Ahouakro se trouve au sein d'un massif fait de mégalithes magmatiques (méthanoïque) essentiellement composées d'oligoclase, de quartz, de hornblende et de biotites vertes.

Cet ensemble est daté du ryacien inférieur à moyen, c'est-à-dire du paléo protérozoïque moyen (birimien) : soit de -2300 à -2150 millions d'années.

La disposition des rochers est naturelle, les formes le sont aussi, sauf que celles-ci sont dues à un processus d'érosion, ce qui leur confère un statut particulier qui leur donne sens et signification.

Les populations locales baoulé, riveraines et gestionnaires du site, ont adopté des toponymies singulières et originales, en fonction des configurations particulières (« doigt de Nanan Koffi Ahoua », « intelligence en équilibre », « rocher correcteur », etc.) ou en fonction des significations religieuses (résidence du génie mâle « diandia-yassoa », résidence du génie femelle « diandia bla », place de l'assemblée des génies « awlokloun », etc.). Outre ces mégalithes, le Parc archéologique d'Ahouakro abrite de nombreux vestiges de civilisations disparues. On y découvre ici et là des ateliers de polissage, des traces d'affûtage d'outils, des monuments striés à décor artistique et des rochers à parois décoratifs, d'époque néolithique.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le Parc archéologique d'Ahouakro n'a pas subi de détérioration d'origine anthropique. Les roches sont intactes et les vestiges sont en place. Cependant, deux principales menaces pourraient peser sur le site à savoir les feux de brousse et la proximité des carrières granitiques. Mais depuis quelques années, les feux de brousse sont interdits par les gestionnaires traditionnels dans les environs du site et la carrière n'est plus exploitée. Des démarches sont en cours pour doter le site d'un statut juridique et réglementaire.

  

Comparaison avec d’autres biens similaires

Il n'existe pas dans la sous-région de biens du patrimoine mondial ou de biens inscrits sur les listes indicatives comparables au Parc archéologique d'Ahouakro. Cependant, les cercles mégalithiques de la Sénégambie, présentent des caractéristiques similaires. La spécificité du Parc archéologique d'Ahouakro réside dans la disposition naturelle des monuments, l'immensité de leur taille et la diversité de leurs formes. Par ailleurs, le site d'Ahouakro est le lieu d'activités religieuses des populations locales.