jump to the content

Gisements des dinosauriens

Date de soumission : 26/05/2006
Critères: (ix)
Catégorie : Mixte
Etat, province ou région :

Région : Agadez

Département : Tchighozérine


Coordonnées N16 - 17 E6 - 10
Ref.: 5056
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Au Crétacé Inférieur il y a plus de 120 Millions d'années, une mer peu profonde ou fluviatile recouvrait l'Afrique Saharienne et Sahélienne,  la Méditerranée et le Golfe de Guinée  communiquaient alors par le bassin de la Bénoué. Les dépôts qui en résultèrent, formèrent  les  groupes  des  argiles  de l'Ighazer et  des   grès du Tégama .

Le Crétacé Supérieur et l'Eocène connurent trois transgressions marines venant du Massif de l'Aïr , relief alors érodé et très pénéplané , et deux autres venant du détroit de Gao, dont les sédiments  composés d'argiles , de marnes et de calcaires argileux  fossilifères  furent recouverts au Mio-Pliocène par des dépôts  du Continental Terminal.

Ce sont les sédiments du Continental Intercalaire, déposés de la fin du Trias au Crétacé Inférieur, qui contiennent les gisements de bois silicifiés et de dinosauriens, dont le plus important est celui de Gadoufaoua à 150 km au Sud-Est d'Agadez et de la région d'In Gall.

Le nord du territoire du Niger offre une chance en Afrique de suivre la dynamique évolutive des vertébrés continentaux sur toute la période Crétacé. Le groupe des gisements d'In Gall correspond à la période où l'Amérique du Sud était encore rattachée à l'Afrique ; un peu plus tard, le groupe des gisements d'In Abangarit correspond à la période où la séparation des deux continents était en action ; plus tard encore, le groupe des gisements d'In Becceten correspond à la période où l'Afrique était devenue une méga-île, complètement isolée de l'Amérique du Sud et de l'Eurasie ; et enfin, le groupe des gisements de Tillia correspond à la période où des ponts étaient à nouveau établis entre l'Afrique  et l'Eurasie. C'est du moins le schéma que nous donne Paul Sereno, paléontologue de l'Université de Chicago.

De nombreux gisements de fossiles végétaux, animaux et surtout de vertébrés ont été mis à jour de 1960 à 2005 au Niger dans diverses couches géologiques.

Les principaux gisements sont : région de Tillia, In Abangharit, Gadoufaoua, In Gall- Marandet.

Actuellement, cinq squelettes de dinosaures et de croccodiliens sont exposés au Musée National du Niger à Niamey.

  • - Le crocodilien Sarcosuchus imperator,
  • - Le dinosaurien herbivore Ouranosaurus nigériensis,
  • - Le dinosaurien carnivore Afrovenator abakensis,
  • - Le dinosaurien carnivore Suchomimus tenerensis, (11m Long ).
  • - Le grand dinosaurien herbivore Jobaria tiguidensis (20m Long et 11m Haut).

Le squelette du crocodilien Supercroc est en étude à Chicago.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

La qualité des gisements des dinosaures est liée à la préservation remarquable des squelettes mais également au fait qu'ils n'ont pas pour l'instant été visité. Mais certains sites comme Gadoufaoua sont continuellement balayés par les vents de sable soufflant du Ténéré et l'ensablement des gisements y est quotidien.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Site comparable à la Basse vallée de l'Aouache ou à la basse vallée de l'Omo en Ethiopie tous deux inscrits en 1980 ou encore au gisement de Tandagourou en Tanzanie ; et d'autres sites aux Etats-Unis.