jump to the content

Partie nigérienne du lac Tchad

Date de soumission : 26/05/2006
Critères: (vii)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Ministère de l'Hydraulique, de l'Environnement et de la Lutte contre la Désertification - Direction
Etat, province ou région :

Région: Diffa

Département:  N'Guigmi


Coordonnées N14 15 E13 20
Ref.: 5052
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

La partie Nigérienne du Lac Tchad, couvre une superficie de 340 423 ha avec une altitude moyenne de 286 m et d'une profondeur estimée à 4 m.

Située en zone aride et semi-aride, la zone reçoit très peu de précipitations avec une moyenne annuelle de 1889,58 mm (environ vingt deux jours de pluies par an pour une saison hivernale qui dure trois mois de juillet à Septembre). Les Températures les plus élevées sont enregistrées au cours des mois d'avril, Mai et juillet dépassant 40°C.

Les plus basses sont enregistrées en janvier et sont nettement inférieures à 15°C et parfois avoisinent 0°C.

Les apports fluviaux du Lac Tchad proviennent essentiellement du Logone, du Chari et de la rivière El Bief à 89 %, des eaux de pluie à 10 % et de la Komadougou à 1 %.

Seulement, en raison de sa faible profondeur et de son faible volume, le lac amortit mal les variations importantes de l'hydrologie des tributaires. Ainsi, les crues faibles de 1972-1973; 1973-1974; et 1982-1983 ont entraîné une importante réduction de la superficie et l'isolement, puis l'assèchement de la cuvette Nord.

La végétation de la partie Nigérienne du lac Tchad se situe dans le secteur sahélo-saharien et se  caractérise par les espèces suivantes consignées dans le tableau ci-après.

Zone

Ligneux

Strate arbustive

herbacées

Au  Nord

Acacia raddiana, Leptadenia pyrotechnica et Commiphora africana

 très clairsemée

Tragusherteronianus, Enneapogon spp, Aristida mutabulis

Au  centre

Acacia raddiana, Leptadenia pyrotehnica, Commiphora africana, Balanites aegyptiaca, Ziziphus mauritiana, et Acacia senegal

Relativement bien fournie

Panicum turgidum, Cyperus jeminicus, Aristida pallida, Cymbopogan schoenathus, Aristida mutabilis, Aristida funiculata, Cenchhrus biflorus

Au  sud

Acacia raddiana, Acacia senegal, Acacia seyal, Acacia laeta, Commiphora africana, Salvadora persica, Leptadenia pyrotechnica, Piliostigma reticulatum

Prosopis spp

Aristida mutabilis, Scheonefilda gracilis, Cenchrus biflorus  Dactyloctenium aegyptium

Il faut noter qu'en plus de l'introduction du Prosopis, d'autres espèces ont été également introduites. Il s'agit de Phoenix dactilifera, Azadirachta indica, Eucalyptus camaldulensis et Moringa oleifera.

La faune est constituée de mammifères, d'oiseaux et de reptiles:

Mammifères

 On rencontre fréquemment la gazelle à front roux, le phacochère, le chacal, le lièvre, les singes patas. D'autres par contre sont en voie de disparition: fennec, lycaon, gazelle dama.

Oiseaux

Le lac Tchad accueille habituellement 200 000 oiseaux ou plus. En effet, au cours des deux (2) derniers recensements (2000-2001), il a été dénombré respectivement     1050 500 oiseaux  (comptage aérien) et 59 562 oiseaux (comptage terrestre).

Reptiles

On y rencontre très peu les espèces suivantes: crocodile du Nil, varan du Nil et des tortues.

Poissons

Le lac abrite une grande population de poissons estimée à environ 120 espèces.

La population du département de Nguigmi est estimée en 1997 à 30 382 personnes composées en majorité de kanouri de Toubous et de Peulhs. Elle est répartie en deux (2) grands groupes: les agro - pasteurs et les pasteurs.

L'élevage occupe le premier rang dans l'économie du département avec une valeur estimée à une cinquantaine de milliards de francs. On y rencontre des bovins, des camelins, des asins, des équins, des ovins.

Les systèmes de production animale sont de type pastorale au Nord et agropastoral au Sud.

Les terres cultivables représentent 119 000 ha alors que la superficie cultivée est de  5 403 ha. Les principales cultures sont: mil, blé, niébé, maïs, mélon, chou, oignon, tomate, poivron, ail. On y pratique aussi l'irrigation. La culture de sorgho est développée (6 000 ha). L'arboriculture est également pratiquée (dattier).

La pêche est dépendante de la montée des eaux  dans la partie Nigérienne du lac. Elle constitue une des activités les plus rémunératrices de la zone. La quasi totalité de la production est fumée, puis exportée vers le Nigeria.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le Lac Tchad est symboliquement le cœur du Bassin conventionnel. Il offre l'exemple le plus spectaculaire des conséquences des changements de conditions climatiques en Afrique tropicale. Ce qui conduit à son assèchement progressif et donc à sa transformation.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Le Lac Tchad est le deuxième lac africain riche et caractérisé par sa biodiversité. Toutefois, sa superficie d'environ 3.000 km2 est inférieure à celle du Lac Victoria (68.000 km2) partagé par 3 pays : Tanzanie, Ouganda, et Kenya. Contrairement à ce dernier, la diversité en espèces de poissons du Lac Tchad est plus importante.