English Français
Aidez maintenant !

Complexe des parcs nationaux de Boumba Bek et de Nki

Date de soumission : 18/04/2006
Critères: (vii)(ix)(x)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Ministère des Forêts et de la Faune
Coordonnées 2 05 - 2 50 N et 14 05 - 15 50 E
Ref.: 4024
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Boumba Bek et Nki sont deux parcs nationaux contiguës crées par décrets du Premier Ministre du 6 octobre 2005. Ils couvrent une superficie de 547.617 ha, soit respectivement 309.362 ha pour Nki et 238.255 ha pour Boumba Bek. Associés, ces parcs nationaux constituent l’aire protégée la plus vaste du Cameroun. Le climat de la région est du type équatorial caractérisé par une alternance 4 saisons, dont deux saisons de pluies et deux saisons sèches. La pluviométrie est d’environ 1.500 mm/an. Les moyennes mensuelles de températures varient de 23,1°C à 25°C, avec une moyenne annuelle de 24°C. L’humidité relative de l’air varie de 60 à 90 %. Il est admis que ces parcs sont situés sur le versant nord-ouest de la cuvette congolaise, caractérisée par des formations métamorphiques typiques d’âge Précambrien à Cambrien appartenant à la série du Dja inférieur. Ces formations métamorphiques sont composées essentiellement de tillites, quartzites, schistes, calcaires et dolérites. Les sols de la région appartiennent au sous-ordre des sols ferrallitiques typiques définis par une séparation du fer et de l’oxyde d’alumine. Ils sont argileux et la fine couche superficielle d’humus contient peu de matière organique. Ils sont acides et pauvres en azote et bases échangeables. Le relief est accidenté avec par endroit des collines. Cependant, l’altitude d’ensemble varie entre 400 et 700 m. De par cette forme, ce relief a une influence sur le système hydrographique dont les eaux des principaux cours d’eau coulent vers le sud pour rejoindre les rivières Dja et Ngoko, par ailleurs affluents du grand fleuve Congo. Les parcs nationaux de Nki et de Boumba Bek sont constitués par un mélange de forêt sempervirente, de forêt semi-décidue et d’une forêt mixte. Entre ces trois grands écosystèmes sont disséminées des savanes sèches, des savanes humides, des prairies sèches, des prairies humides, des forêts à Raphia spp, des forêts à Gilbertiodendron dewewrei…etc. Près de 14 types de formations végétales y ont été trouvées avec près de 831 espèces de plantes à diamètre à hauteur de poitrine supérieure à 10 cm. En terme de biodiversité, les recherches sont récentes, cependant, les résultats des inventaires de la faune mammalienne confirment la présence de 34 espèces de grands mammifères communs aux sites. Les chercheurs estiment à environ 180 mammifères dont la présence reste à confirmer. Les inventaires complets des oiseaux ne sont pas encore effectués. On pense néanmoins que ces parcs regorgent d’une avifaune importante, car ils sont situés entre la Réserve de Faune du Dja et le parc national de Lobeké où 320 et 305 espèces d’oiseaux ont respectivement été identifiées. On rencontre d'importantes colonies de perroquets à queue rouge dans le parc national de Boumba Bek. Près de 121 espèces de poissons (deux étant nouvelles à la science : Aphyosemion sp. nov. et Phenacogrammus sp. nov.) et 96 espèces de Lépidoptères y ont déjà été identifiées.