jump to the content

Parc national de Korup

Date de soumission : 18/04/2006
Critères: (ix)(x)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Ministère des Forêts et de la Faune
Etat, province ou région :
Province du Sud ouest
Coordonnées 4 54 - 5 30 28 N et 8 42 - 9 16 E
Ref.: 4020
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le parc national de Korup (PNK) a été crée par décret présidentiel n° 86/1283 du 30 Octobre 1986 et dispose d’un plan d’aménagement. Il est situé dans la province du Sud ouest, partage une frontière commune avec le parc national de Cross River au Nigeria et couvre une superficie de 126 000 ha.

Il est caractérisé par un climat extrêmement humide avec une pluviosité annuelle de plus de 5000 mm. L’humidité relative varie entre 66 et 98% avec une moyenne de 83%. La température moyenne annuelle est de 27°C.
Le PNK est couverte par une forêt ancienne de basse altitude dont la partie sud est primaire. L’altitude de la zone varie entre le niveau de la mer et 1 079m, avec une moyenne d’environ 400m.

Il est admis que Korup se situerait au cœur du refuge forestier Guinéen-Congolien, qui fait partie des deux seuls refuges de l’ère pléistocène d’Afrique. Il est également considéré comme le vestige de l’immense forêt atlantique biafrèene de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en raison de son taux d’endémisme très élevé. Il n’y a pas une distinction évidente de types de forêts, cependant on y rencontre 4 types d’associations végétales. La forêt atlantique biafrèene, la forêt marécageuse, la forêt submontagnarde et la forêt de piedmont

En termes de biodiversité, Korup se présente comme la forêt d’Afrique la plus riche avec 1.700 espèces de plantes, dont 30% endémiques, déjà répertoriés. C’est également la zone de basse altitude la plus riche en ce qui concerne les oiseaux (avec 410 espèces représentant 53 familles), les papillons (480 espèces) et les reptiles (82 espèces). Pour ce qui concerne les grands mammifères, 161 espèces y sont représentées dont plusieurs menacées de disparition (éléphant, chimpanzé, drill, le léopard…). Enfin, c’est un site d’importance capitale pour la conservation des primates car il abrite le quart de toutes les espèces de primates d’Afrique.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le parc a des limites qui lui permettent de procurer un habitat viable aux animaux et aux plantes qu’il abrite. Forêts primaires jamais exploitées, faible taux de braconnage. Cependant, la pauvreté ambiante de la région incite de plus en plus le développement du braconnage. Le personnel de surveillance est insuffisant pour assurer un contrôle efficace. On observe de fréquentes incursions de braconniers nigérians dans le parc. Pour améliorer l’efficacité de gestion, il y a lieu d’accélérer la coopération entre le Cameroun et le Nigeria pour une collaboration transfrontalière afin de sauvegarder les ressources du PNK et le parc national de Cross River (Nigeria).

Comparaison avec d’autres biens similaires

Au point de vue phyto-géographique le parc National de Korup est comparable au Parc national de la Cross River, au Nigeria à la seule différence que ce dernier est plus dégradé. Comparé à la Réserve de Faune du Dja (Cameoun) qui est un site du Patrimoine Mondial le PNK détient le taux d’endémisme le plus élevé du pays. Au niveau du continent africain, on estime que les statistiques en termes de biodiversité du PNK sont supérieures à celles de la plupart des forêts de basse altitude. En effet, on y a déjà répertorié : - 1.700 espèces d’arbres, dont 30% endémiques ; - 161 espèces de mammifères appartenant à 33 familles ; - 410 espèces d’oiseaux appartenant à 53 familles ; - 82 espèces de reptiles ; - 92 espèces d’amphibiens ; - 130 espèces de poissons ; - 480 espèces de papillons (les recherches sont encore en cours, on estime qu’il existerait environ 950). A l’échelle internationale, la densité des plantes du PNK est estimée à 7.500 arbres/ha contre 6.700 arbres/ha en Malaisie, 6.000 arbres/ha en Equateur et 4.880 arbres/ha au Panama.