English Français
Aidez maintenant !

Les Diy-Gid-Biy du Mont Mandara

Date de soumission : 18/04/2006
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture
Etat, province ou région :
Province de l’extreme-nord
Coordonnées N 10 55 E 13 50
Ref.: 4017
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le nom Diy gid Biy d'où provient l'acronyme DGB est l'appellation que les MAFA donnent aux monuments en pierre sèche de la région signifiant « Oeil du Chef au sommet » DG131 est l'un des plus impressionnants des 16 sites d'architectures en pierre sèche qu'on trouve dans le Département du Mayo Tsanaga.

Les villageois désignent DGBl « le mâle » et par la même métaphore désignent DGB2 « la femelle » situé à 30 mètres de l'autre côté de la vallée. Le site se trouve au sommet d'un plateau orienté Nord/Sud. Les murs en pierre sèche ont des formes circulaires et semi circulaires surmontés d'une plateforme. Les Etudes entreprises sur le site montrent que les murs et les compartiments ont été construits à plusieurs étapes ou phases successives selon les besoins des propriétaires. Le modèle de construction varie d'un site à un autre. La caractéristique des sites DGB est 1.'utilisation des pierres sèches comme matériaux de construction pour les murs de parement ou blocaille pour le remplissage des plates formes ou terrasses

Les murs sont de deux types, les murs à double façades dont l'intérieur a été rempli des blocailles Et qui ont servi de clôture ou au cloisonnement des monuments. Tel est le cas du mur de la partie Sud Ouest dont le côté interne est rempli de pierres qui ne font pas généralement partie du mur et sont disposés de manière plus ou moins régulière. Les murs de soutènement sont élevés dans le cadre de construction des plates formes et des terrasses pour améliorer la qualité du relief du sol, pour renforcer certains murs. Les murs les plus hauts atteignent 6 mètres.

Dans DGBl on observe sur la façade nord un tunnel sous la plate forme en direction du sud. Un linteau en pierre soutient le dallage à l'entrée. A trois mètres à travers le tunnel se trouve une chambre carrée qui aurait pu servir de poste de garde. Au delà le tunnel conduit à une enceinte circulaire à une sortie sur une plate forme en terrasse sous forme d'amphi théâtre.

Les murs des monuments DGBII et 2 sont en cours de délabrement et d'écroulement dû l'action des phénomènes naturels (vieillissement, érosion) et à l'action anthropique (agriculture).

A une trentaine de mètre au nord ouest de DG131, il y a une plus petite plate forme, en ruine sur une butte, dénommé DGB2 que nous considérons comme faisant partie de DG131.

Les études archéologiques conduites sur le site DGB1 indiquent que le site à été abandonné au 15ème siècle de notre ère et ne semble pas avoir été l’œuvre des Mafa, actuels occupants de la région arrivés il y a trois siècles. Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour leurs différentes fonctions :
-   Poste de refuge ou forts de défense ;
-   Mausolées ou chambre funéraire des Chefs ;
-   Résidence des élites ;
-   Entrepôts ou centre commercial ;
-   Sanctuaire pour les « faiseurs de pluies ».

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Les Diy-Gid-Biy du Mont Mandara gardent leur authenticité. Il n’y a pas eu de transformation après leur construction. Cependant, près du tiers du site reste en état de délabrement et de ruine. Les menaces sont d’origine naturelle et anthropique (la végétation, l’érosion, l’agriculture et d’exploitation des pierres).

Comparaison avec d’autres biens similaires

Les Diy-Gid-Biy du Mont Mandara sont semblables aux structures du même type mis à jour au Zimbabwé (Great Zimbabwé, Kami), Botswana, (Domboshawa, Madjoko, Pickwe, …) et en Afrique de l’Est au Kenya (Thimilich Ohinga). Sur le plan structurel, les Diy-Gid-Biy du Mont Mandara ressemblent plus au site Kami constitué de plates formes contigues. L’élément commun à tous ces sites est l’utilisation du granite. Toutefois, les Diy-Gid-Biy se défèrent des autres par l’utilisation des pierres de callage « wadges ».