English Français
Aidez maintenant !

Les sites paléo-métallurgiques de Bangui

Date de soumission : 11/04/2006
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Direction du Patrimoine Culturel, Bangui, République Centrafricaine
Etat, province ou région :
Préfecture de Bangui
Sous- préfecture de Ombella M'Poko
Commune de Bangui 4e arrodissement
Ville/quartier : Gobongo
Coordonnées N 4° 25’ 59’’, E 18° 33’ 17’’
Ref.: 4005
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Créée le 24 juillet 1889, la ville de Bangui est très bien connue à travers les divers témoignages historiques (villes, bâtiments, routes,...).

La prospection archéologique effectuée dans la ville de Bangui a permis de découvrir vingt six (26) gisements de l'âge du fer tels Plateau-Cattin, Ngola, Ndrès, Pendèrè-Senguè. Parmi ces gisements, celui de Pendèrè-Senguè a fait l'objet d'une étude approfondie. Ce site est facile d'accès. Il est en effet situé à 800m environ de l'Avenue de l'Indépendance, au point dit PK 9, dans le quartier Gobongo et se trouve dans une sorte d'île formée par la confluence des eaux du  marigot Ngongonon et celle de la source Pendéré-Sengué. Cinq points importants ont été remarqués dans la chaîne opératoire. Spatialement, ils se présentent par une distribution d'activités centrales entourées d'occupations secondaires. En effet, on observe par exemple des scories de réduction à un endroit et près de celles-ci, se distinguent des tessons de céramique en association avec d'autres artefacts.

Les gisements sont des associations de scories et de fragments de tuyères au Point I ; des tessons de céramique, de scories de forge, de pièces lithiques au Point II ; des pièces métalliques, des pots fragmentés en place contenant des pièces métalliques au Point III ; des fragments de céramique, des pièces lithiques, des objets organiques (végétaux,  ossements) au Point IV et des tessons de céramique au Point V. Seuls les Points I, II et III ont été fouillés.

Les fouilles ont permis d'exhumer plus de trois mille (3000) pièces composées pour l'essentiel, de résidus de traitement du fer dont 1740 tessons de céramiques et des objets métalliques. Dans cette catégorie, des lames de hache, de couteau, de sagaie, des anneaux et de bracelets (un de 2 kg) et une barre de fer spatulée de 9 kg ont été recensés. Les ateliers de production de fer désignés par les affleurements des matériaux se concentrent sur les berges d'un petit ruisseau  et s'étalent sur 250 m de long.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le site archéologique de Pendèrè-Senguè comme les autres sites de paléométallurgie de Bangui est resté sans perturbation, hors mis l'action naturelle de l'érosion et le poids de la démographie galopante de la ville. Le secteur de la M'Poko offre cependant des conditions de conservation spécifique car les sites ne sont pas encore assaillis par l'urbanisation. On remarque cependant quelques dégradations dues aux travaux agricoles.

Toutefois, une Association (Association pour la Conservation du Site Archéologique de Pendèrè-Sengè : ACSAPS) qui milite pour la conservation des sites archéologiques de Bangui s'est donnée l'objectif d'aider à la gestion de ce patrimoine ancien.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Les sites paléométallurgiques de Bangui peuvent être comparés à ceux de Taruga dans la zone de la civilisation du Nok au Nigéria. Mais la différence réside dans la conservation de certains fourneaux qui ont servi à l'extraction du fer par réduction. Il est n'est de même pour le site Méroé au Soudan qui est un vaste complexe métallurgique du IVe siècle avant notre ère. Enfin, dans la zone mégalithique de Bouar, le site de Gbabiri (IXe siècle BC) donne un aperçu du savoir-faire métallurgique africaine et centrafricaine à des périodes anciennes.