English Français
Aidez maintenant !

Les tumulus de Cekeen

Date de soumission : 18/11/2005
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Minisère de la Culture et du Patrimoine Historque Classé
Coordonnées 14 42 N 15 57 W Région : Diourbel Département : Diourbel
Ref.: 2079
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Les tumulus de terre, communément appelés mbanaar en Wolof, sont des monuments funéraires réalisés avec du sable. C’est un mode opératoire qui a été décrit très tôt (XIe siècle) par le géographe Andalou Al Beckri parlant de la sépulture du roi de Ghana. à l’origine, le défunt, accompagné de certains membres de sa cour ainsi que d’un important mobilier et de généreuses offrandes, était placé sous le toit de sa case qui était ensuite couverte de terre pour former un tumulus. D’après un premier inventaire, publié par Martin et Becker en 1984, il existe au Sénégal plus de 10 316 tumulus répartis dans 1 896 sites, ce qui en fait l’une des plus grandes concentrations connues en Afrique. De tous les sites reconnus au Sénégal celui de Cekeen (Thiékène), village dans le centre du pays, est le plus remarquable. Il abrite le tumulus le plus élevé - environ 12 mètres -, appelé « Wago Fal », compris dans un ensemble qui en compte 56, soit l’un des plus spectaculaires sites à tumulus de tout l’ouest africain.