English Français

Parc National des îles de la Madeleine

Date de soumission : 18/11/2005
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Minisère de la Culture et du Patrimoine Historque Classé
Coordonnées 14 39 17 N17 28 21 WRégiion : DakarDépartment : Dakar
Ref.: 2077
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Le Parc National des îles de la Madeleine, à la fois paradis naturel et site culturel pour la collectivité de pêcheurs Lebou, est à environ 4 km à l'ouest de Dakar dans l'océan atlantique. Il abrite le génie protecteur « Ndoek-Daour » de la ville de Dakar d'après les traditions de cette collectivité.

Ce parc, d'une superficie de 15 ha, est composé de deux îlots ceinturés par une frange maritime de 50 mètres. La falaise atteint une hauteur de 35 mètres et entoure un plateau horizontal, dominé au sud par deux petits chicots rocheux, dont l'un porte les ruines d'une très ancienne construction datant au moins de plusieurs siècles. Au sud, le plateau tombe en pente assez douce vers une crique, parfois nommée « crique HUBERT », seul endroit où l'accostage est possible. En arrière de cette crique se trouve un bassin naturel, sorte d'aquarium long de 30 m, large de 10 m et d'une profondeur qui atteint 4 m, et « où l'on peut se baigner en sûreté » (Adanson, 1749).

A 250 m au sud-est, quelques rochers inaccessibles, formant deux groupes d'inégales importances, justifient l'expression « les Iles de la Madeleine ». Sur certaines cartes ces récifs sont souvent appelés « îles Lougnes ».