jump to the content

Architecture rurale de Basse-Casamance : Les cases à impluvium du royaume Bandial

Date de soumission : 18/11/2005
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture et du Patrimoine Historique Classé
Etat, province ou région :
Région : Ziguinchor Département : Ziguinchor
Coordonnées N12 34 45.6 W16 16 54.3
Ref.: 2076
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

En Basse-Casamance, région africaine considérée comme un des “berceaux primaires” de la riziculture, se sont développées des formes d’habitat remarquables, aussi sophistiquées que les types d’aménagements agricoles réalisés dans une vaste zone de mangrove estuarienne. Dans toute cette zone, les grandes maisons en banco, aux charpentes solides et élaborées, aux plans variés traduisent une grande maîtrise de techniques architecturales perfectionnées. Dans le royaume de Bandial, appelé communauté du Mof Ëwi, une forme architecturale totalement originale en Afrique a été créée : la maison en couronne à impluvium central. Chaque grande famille disposait autrefois d’une seule maison dont tous les éléments rassemblés sous un même toit à double pente sont disposés en cercle ; les différentes pièces de la maison forment ainsi une couronne autour d’une petite cour centrale sur laquelle la face intérieure du toit tombe en entonnoir, dont le diamètre est très variable, laisse passer la lumière et recueille la pluie qui tombe dans une auge de terre d’où elle s’écoule à l’extérieur par un drain de rônier enterré. Pour multiplier les pièces au fur et à mesure du développement de la famille, on a parfois dédoublé la maison par la création d’un second impluvium jumelé au premier. Ces maisons en couronne à impluvium central ne se rencontrent pratiquement plus qu’à quelques exemplaires, alors qu’elles étaient autrefois répandues aussi sur la rive nord de la Casamance. La société agraire qui est à l’origine de cette architecture de terre unique conserve aussi des traditions culturelles et des biens matériels d’une grande richesse, remarquablement conservés et donc eux aussi susceptibles d’une inscription au patrimoine.