jump to the content

L'île de Carabane

Date de soumission : 18/11/2005
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Minisère de la Culture et du Patrimoine Historque Classé
Coordonnées 12 29 19.4 N 16 32 53.4 W
Ref.: 2075
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

L’île de Carabane est situé à l’extrême Sud du Sénégal dans l’estuaire du fleuve Casamance à 60 km de Ziguinchor, la capitale régionale, et à 30 mn de pirogue du village continental le plus proche, Elinkine. C’est un banc de terre de prés de 57 km2 couvert par une mangrove dense de palétuviers avec une végétation luxuriante peuplée d’espèces prestigieuses comme les fromagers, les baobabs, les palmiers et les cocotiers. Ancienne esclaverie, premier comptoir commercial français en 1836, Carabane fut aussi la première capitale administrative de la Casamance, jusqu’en 1904, date à la quelle elle fut remplacée par Ziguinchor. Sous l’Administrateur Emmanuel Bertrand BOCANDE, Carabane fut dotée d’un plan d’urbanisme en 1852 qui permit la construction de plusieurs bâtisses d’une magnifique architecture : La mission catholique en 1880 (devenue un grand hôtel), l’église de style breton en 1885, le pénitencier asile de déportation des résistants à la colonisation, pudiquement appelé « l’Ecole spéciale », etc. Les ruines des entrepôts des maisons de commerce et le célèbre cimetière où repose le Capitaine Protet, fondateur de Dakar, enterré debout, les yeux fixés au rivage comme il l’avait souhaité constituent des vestiges témoins du rôle historique de Carabane qui, par sa position stratégique privilégiée, fut une tête de pont de la pénétration française en Casamance. Mais autant que la valeur de témoignage de ces vestiges, c’est de leur inscription dans un site naturel de toute beauté que résulte le charme de l’île historique et fait de Carabane un site chargé de résonances indéfinissables.