English Français
Aidez maintenant !

Parc National Moukalaba-Doudou

Date de soumission : 20/10/2005
Critères: (iv)(vii)(x)
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Ministère de la Culture, des Arts, Chargé de l’Education Populaire, Libreville
Etat, province ou région :
Gabon, Ngounié et Nyanga
Ref.: 2061
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le Parc National de Moukalaba Doudou fait la réunion de deux anciennes aires protégées, Moukalaba et Monts Doudou, qui ont été réunies en un parc national, par Décret n° 616 /PR/MEFEPEPN du 30 août 2002, «  portant classement du parc national de Moukalaba-Doudou », s'étendant sur 449.548 km2. Le site se trouve dans le Sud-Ouest du Gabon, entre les parcs nationaux de Loango et Mayumba ; il fait partie du complexe d'aires protégées de Gamba. On y accède grâce à un réseau de pistes et par des pistes d'atterrissage. Moukalaba-Doudou comporte des habitats très divers : forêts tropicales humides (forêts marécageuses de basse altitude, forêts de moyenne altitude, forêts galeries sur les hauteurs), savanes arbustives, dominées par des graminées comme : Andropogon chinensis, Andropogon Gayanus, Anadelphia afzeliana.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (iv) :

Les fouilles archélogiques effectuées  dans la zone de Mpanza attestent d'une longue pratique de la céramique par l'homme dans cette région. Aussi note-t-on l'existence de sanctuaires auquels se rapportent des structures et de croyances ancestrales auxquelles les habitants de la région restent attachés aussi bien qu'ils préservent ces lieux sacrés.

Par ailleurs, des lieux de refuge retrouvés à Moukalaba Doudou, offrent des témoignages de l'histoire d'une figure célèbre de l'histoire nationale, Mavouroulou (plus précisément Nyonda-Makita), personnage reconnu pour sa résistance à la pénétration coloniale européenne. Le Poste colonial de Bongo est aussi identifié dans la zone comme site historique majeur.

Critère (vii) :

Succession de forêts selon des lignes d'altitude évolutives, alternée par l'étendue des savanes arbustives complétant le panorama des collines couvertes par une couche arborescente, tel se présente le paysage exceptionnellement somptueux de Moukalaba Doudou.

Critère (x) :

L'endémisme floristique est élevé dans les Monts Doudou ; la densité de gorilles est la plus élevée au Gabon ; c'est le domaine d'oiseaux migrateurs comme l'hirondelle striée, la cigogne, etc. C'est le refuge du Cobe de fassa, des hippopotames et des éléphants. On note également la présence de végétation à papyrus.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

La présence longue et encore durable d'espèces animales et végétales caractéristiques atteste que Moukalaba Doudou  est bien leur habitat approprié, vivant et suffisant pour leur vie quotidienne et leur évolution continue. Le relief, le même depuis des millénaires, en effet très accidenté, s'érige en bouclier contre les prédateurs et le taux de fréquentation des mammifères, entre autres, est constamment élevé. Tout cela contribue à garantir l'authenticité du site ou du moins à préserver son intégrité. 

Comparaison avec d’autres biens similaires

Le Parc nationl de Moukalaba Doudou peut être comparé à la Zone de nature sauvage de Tasmanie, en Australie ou à la Zone de conservation de Guanacasta, à Costa Rica; toutefois, à la différence du second exemple, il s'agit ici d'un site situé sur le continent, avec des paramètres écologiques évidemment différents.