jump to the content

Grottes de Lastourville

Date de soumission : 20/10/2005
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Ministère de la Culture, des Arts, Chargé de l’Education Populaire, Libreville
Etat, province ou région :
Gabon, Ogooué-Lolo, Mouloundou (Lastourville)
Ref.: 2059
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Les grottes de Lastoursville constituent est un paysage culturel associatif, occupant une superficie de 9.000 hectares. Elles se situent dans la zone forestière dense du centre-est, deuxième zone climatique équatoriale de transition du centre du Gabon. La région est uniformément couverte de forêt.  C'est la région de la grande forêt dite des « Abeilles », zone occupée par une forêt primaire non encore entamée par l'homme. Cette monotonie forestière est parfois interrompue par l'existence de savanes.

La région est traversée d'est en ouest par l'Ogooué, fleuve qui draine dans son bassin d'importants affluents : la Sébé et la Lassio à droite ; la Leyou et la Lolo à gauche. Entre autres, la chute de Doumé, dont les rapides de Sessengué et de Matemo entrecoupent le profil du fleuve. Elle constitue avec le Sud-Gabon les deux régions karstiques du pays. La formation dolomitique de Lastourville, de type francevillien, est un bassin sédimentaire, en majeure partie grésopélitique, présentant en particulier des formations carbonatées à caractère dolomitique. Sur une aire de 150 km², ont été identifiées, près de 35 cavités réparties dans 4 zones à concentration : Lihouma, Lastoursville, Kessipougou et Bambikani

Deux ensembles structuraux dominent la région, à savoir le massif du Chaillu (socle granito gneissique d'âge précambrien inférieur) et le bassin de Lastoursville, appelé francevillien à cause d'une ressemblance de faciès avec celui de Franceville. Les seuls affleurements dolomitiques sont les falaises qui bordent la ville de Lastoursville et qui sont à l'origine des grottes de la région (falaise de Lipopa et de Voudi). La rencontre de ces deux ensembles structuraux provoque un relief tourmenté.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critères (iii):

Des recherches archéologiques attestent la présence de chasseurs cueilleurs dans la grotte de Pahon. Dans les coins les plus reculés et  les plus obscurs de cette cavité, ces hommes à la lumière de torches, préparaient du poison végétal qu'ils appliquaient sur les pointes de flèches en pierre utilisées pour la chasse. Ce sont les premières fouilles archéologiques réalisées dans un contexte forestier sempervirent pour l'ensemble du bloc forestier d'Afrique centrale. La grotte de Pahon a abrité des cérémonies rituelles de l'Age de la pierre comme certaines cavités de Lastoursville accueillent encore de nos jours des rites initiatiques.

Critères (vi):

Les grottes ont été toujours utilisées par les populations anciennes et actuelles ; elles sont des lieux de cérémonie, de sépulture et autres pratiques rituelles telles le « Ndjobi » (danse initiatique) ; le site se caractérise aussi par la situation surprenante des occupations humaines, toujours au-delà de la lumière naturelle et loin de l'entrée de la grotte.

Critères (vii):

Seul endroit au monde en forêt tropicale, découvert, datant de deux milliards d'années. Présence de voûtes de 100 à 150  metres de haut. Un karst tropical sous forêt dans des roches aussi anciennes et l'existence de cavités exceptionnellement grandioses constituent des phénomènes naturels des plus remarquables.

Critères (viii):

Site karstique évoquant  l'histoire géologique de la terre sur 2 milliards d'années, ce bassin présente des caractéristiques significatives de processus géologiques en cours. 

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Les composants distinctifs naturels aussi bien que les témoignages culturels des Grottes de Lastoursville sont durablement en place. Les grottes sont protégées par des traditions anciennes transmises  de génération en génération. La grotte de Paoun, par exemple, fut pour les chasseurs-cueilleurs un endroit particulier pour des pratiques médico-magiques. La forêt constitue pour ces sociétés, Pygmées et Bantu, à la fois l'habitat, le lieu de vie et la sphère culturelle et spirituelle de leurs croyances. Ce paysage prend encore toute son importance devant la menace de disparition de la culture Babongo (Pygmée).

Ces formations dolomitiques érigées par la nature sont difficiles d'accès, empêchant ainsi le développement d'actions humaines de destruction. L'absence de voies de communication et le sous-peuplement relatif  de la région sont aussi favorables à la préservation de l'intégrité du site.

Comparaison avec d’autres biens similaires

En tant qu'exemples représentatifs, d'une part, de processus géologiques en cours et d'éléments géomorphiques ou physiographiques d'une grande signification et, d'autre part, des phénomènes naturels remarquables ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles, les valeurs des Grotte de Lastoursville sont proches de celles des sites de la Zone de nature sauvage de Tasmanie ou des Réserves de forêts ombrophiles centre-orientales de l'Australie.

On peut comparer aussi le site karstique de Lastoursville à d'autres sites karstiques comme le Parc national de Gunnung Mulu  (Malaisie) avec un pic karstique très haut, et le Parc National de Phong Nha -Ke Bang (Vietnam) dominé par un karst datant de 400 Millions d'années.