jump to the content

Le site métallurgique de Begon II

Date de soumission : 21/07/2005
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture de la Jeunesse et des Sports Ndjaména Tchad
Coordonnées N 90°52'45" E 64°97'82'' Région : Logone oriental Département : Mont de Lam
Ref.: 2049
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le site métallurgique de Begon II est situé dans la partie sud du Tchad à environ 150 km de Moundou. L'agglomération la plus proche, Bessao, est à 50 km du site. Le site se trouve à 1,5 km du village de Begon II. Le site couvre une superficie de près de 1800m², et se trouve exactement sur les deux berges d'une vallée appelée « Ka-Ngoi-Bar ». Les populations qui travaillaient le fer sur ce site habitaient le village de Bembaïda Manda qui se trouve à 4.5 km au Nord du site. Le fer provenant de ce site, produit entre les 9eme et 11eme siècles, servait à l’époque, à la fabrication des outils aratoires, des armes, et de monnaies d'échanges pour les peuples Sara. Ce foyer industriel est une ancienne batterie de fourneaux de réduction de fer, qui était ponctuée de zone de déjection de scories de fer. Un inventaire de 53 fourneaux a été effectué en 2003. Il existe toujours sur ce site l’espèce arborée qui avait fourni le charbon pour la fonte.