jump to the content

Œuvre urbaine et architecturale de Le Corbusier

Date de soumission : 28/12/2004
Critères: (i)(ii)(iv)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Office fédéral de la culture OFC Section Patrimoione culturel et monuments historiques
Coordonnées Villa Jeanneret-Perret N 47°06’ E 6°48’ Villa Schwob N 47°05’ E 6°49’ Petite villa au bord du lac Léman N 46°28’ E 6°46’ Immeuble Clarté N 46°12’ E 6°09’
Ref.: 2037
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Villa Jeanneret-Perret

Villa Schwob

Petite villa au bord du lac Léman

Immeuble Clarté


L'objet comprendra des bâtiments représentatifs de l'œuvre de le Corbusier, répartis sur quatre continents. Leur inscription sur la liste du patrimoine mondial est proposée au titre d'objet sériel transnational. Plus de 30 objets individuels dans plusieurs États parties seront regroupés en une seule entrée, les villas Jeanneret-Perret « Maison Blanche » et Schwob « Villa Turque » à La Chaux-de-Fonds, l'immeuble Clarté à Genève et la « Petite villa au bord du lac Léman » à Corseaux représentent la contribution suisse.

La Villa Jeanneret-Perret est la première œuvre réalisée par Charles-Edouard Jeanneret en pleine autonomie. Elle représente pour le futur Le Corbusier un authentique test architectural puisqu'elle lui permet de s'affranchir de l'influence « Art Nouveau » subie lors de ses études à l'Ecole d'Art à La Chaux-de-Fonds, et de mettre à l'épreuve toutes les expériences architecturales glanées au cours de ses multiples voyages, en particulier son très fécond Voyage d'Orient : Elle est un témoignage important dans le développement du jeune Jeanneret. La Maison blanche se trouve au chemin de Pouillerel n° 12. Implanté à l'orée de la forêt, sur un terrain très pentu, surplombant du Nord-Ouest la ville de La Chaux-de-Fonds, le site offre à la vue un large et lointain panorama. La Maison blanche est une maison familiale construite sur un plan rectangulaire et supportée par les murs extérieurs et quatre piliers centraux de 50x60 cm. Elle comprend deux niveaux, un attique et des combles. Ses espaces intérieurs sont séparés par des cloisons légères. La maison se présente comme un cube compact, du moins du côté Sud, avec un décrochement réservé à l'entrée et aux escaliers, surmonté d'une toiture épousant les différentes articulations. Stylistiquement, la Maison blanche se rattache à différents courants artistiques et présente un niveau élevé d'intertextualité : on invoque tour à tour l'influence de P. Behrens et de sa « clarté classique », celle de J. Hoffmann et de l' « école de Wagner » ou celle encore des projets de F. L. Wright.

Jeanneret a construit la Maison Anatole Schwob « Villa Schwob » ou « Villa Turque » en 1916/1917 pour l'industriel Anatole Schwob. En la réalisant, Jeanneret avait en vue une œuvre d'art globale. Le projet est un creuset où viennent se fondre des éléments modernes et traditionnels, des volumes symboliques, un traitement irrégulier des proportions. Bien que son aspect extérieur évoque d'autres modèles, la villa Schwob représente le vrai commencement du Le Corbusier moderne. La prestigieuse villa est située en tête d'une rangée de construction ; le terrain étant en pente, la maison occupe la partie amont d'une parcelle soutenue par des murs de terrasse. La construction de la villa est en béton armé alors que le revêtement extérieur est constitué partiellement de briques émaillées ocre jaune ; une corniche-balustrade en béton couronne l'édifice. Le bloc principal, en forme de croix grecque, présente deux absides latérales et est complété d'une aile en hors-oeuvre comprenant une cuisine et une serre à l'Ouest. Le rez-de-chaussée de la villa comprend un hall central haut de deux niveaux qui s'ouvre par une grande vitrée sur le jardin, un office et un vestiaire, une salle à manger, une salle de jeu, une bibliothèque et un coin feu. Le premier étage, quant à lui, renferme les chambres à coucher et leurs dépendances ; le deuxième étage est occupé par des chambres en attique, un solarium et un jardin-terrasse au Sud.

Le Corbusier a construit en 1923/24 la Petite villa au bord du lac Léman pour ses parents à Corseaux au bord du Léman. Elle représente la réalisation de l'idée dominante de Le Corbusier à cette époque, celle de la « machine à habiter » : sur un minimum de surface, des fonctions précises trouvent un répondant architectural. Sur le site finalement choisi, le paysage, la lumière et la construction forment une synthèse parfaite. La villa « Le Lac » est la première maison « moderne » de Le Corbusier en Suisse. Elle est située au bord du Lac Léman, dans la commune de Corseaux, sur une étroite parcelle entre la rive du lac et la route de Lavaux. Sur un terrain de forme longue et étroite (30 x 12 m) et d'une nature géologique plutôt mauvaise, la villa d'un étage occupe environ 60 m2 où de différents espaces sont repartis selon des critères fonctionnels. La construction est en maçonnerie crépie (plots de ciment creux), de dalles et de sommiers en béton armé ; le plancher de la partie non excavée est réalisé par une dalle détachée du sol pour des raisons de ventilation. Vers le Lac, une fenêtre de 11 mètres de longueur s'ouvre sur le panorama exceptionnel. Le jardin, protégé vers la route par un mur, fait partie intégrante de l'oeuvre : Le mur avec la fenêtre coupée pour limiter le panorama éblouissant est devenue une icône de l'architecture moderne.

L'Immeuble Clarté a été construit en 1931/1932 par le Corbusier et son cousin Pierre Jeanneret sur mandat de l'industriel genevois Edmond Wanner. L'immeuble Clarté occupe une position clé dans l'œuvre de l'architecte. Épisode capital dans un projet mené comme un travail de recherche, « la Clarté » représente d'une manière exemplaire la contribution apportée par Le Corbusier et Jeanneret à la rationalisation des travaux de construction proprement dits (« montage à sec »), au renouvellement des conceptions de la structure porteuse (squelette en acier, soudé) et au renouvellement de la culture de l'habitat des classes moyennes (« immeuble villa »). L'Immeuble Clarté est un immeuble locatif de 8 étages et ... appartements de tailles et formes différentes. Il présente, de l'extérieur, deux façades opposées entièrement vitrées. Toute la structure de l'immeuble Clarté repose sur des piliers. Cette charpente métallique libérant ainsi les façades et murs intérieurs de toute fonction portante accorde une grande liberté d'agencement des appartements de types divers. L'immeuble est pourvu d'une chaufferie centrale, de nombreuses caves, d'une dizaine de garages, de garages à vélos, etc. La cage d'escalier dans chaque allée est éclairée par une toiture voûtée en dalles de verre translucide. Chaque allée est pourvue d'un ascenseur. Tous les appartements sont aménagés en fonction des deux grandes baies vitrées les éclairant profondément. La polychromie dans les appartements se réduit à deux couleurs : la couleur brun fonçé et le bleu clair.