jump to the content

Áísínai’pi

Date de soumission : 01/10/2004
Critères: (i)(iii)(iv)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Parks Canada Agency
Etat, province ou région :
ALBERTA
Coordonnées N49 W111,63
Ref.: 1935
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Au sein du territoire traditionnel des Niitsítapi (Pieds-Noirs : Kainai, Piikáni et Siksika), Áísínai'pi (« c'est dessiné/écrit ») est un lieu sacré où les formations géologiques abritent des esprits, dont les « écrits » se reflètent dans plus d'une cinquantaine de sites d'art rupestre. Le parc provincial Writing-On-Stone (Áísínai'pi), dont les 1718 hectares s'étendent dans la vallée de la rivière Milk, est une enclave spectaculaire dans le paysage de la prairie mixte qui couvre le centre-sud de l'Alberta et s'étend jusqu'aux puissants monts Kátoyissiksi (Sweetgrass Hills, Montana, États-Unis). Défini par les anciennes falaises de grès érodées de la vallée, le site est caractérisé par des vues saisissantes, des lueurs et des sons fantastiques, des formations de «cheminées de fées», des coulées adjacentes, de même que par des habitats des Prairies riches en espèces mammifères, aviaires et végétales. Pendant 4000 ans au moins, des Autochtones se sont arrêtés en ce lieu au cours de leurs migrations saisonnières. Les sites de pétroglyphes et de pictogrammes que l'on aperçoit sur les parois de la vallée comprennent plusieurs milliers de motifs répartis en des centaines de scènes, surtout des motifs anthropomorphes, zoomorphes et matériels. Les images illustrent des figures cérémonielles et rituelles, les exploits de chasseurs et de guerriers, ainsi que des animaux divers. De nouveaux motifs, créés après le contact avec les Européens au début du XIIXe siècle, comprennent des fusils, des chevaux et des figures humaines dynamiques, les instruments des contacts entre Autochtones et Blancs et les changements culturels. Des lieux de sépulture, des lieux de recherche de visions ainsi qu'un cercle d'influences, en bordure de la vallée, marquent également la spiritualité des lieux. Les connaissances traditionnelles décrivent les origines et l'histoire. Un poste de la Gendarmerie royale du Canada a été reconstruit sur l'emplacement du poste originel. L'identification, par les Niitsítapi, des monts Kátoyissiksi (situés aux États-Unis) en tant qu'élément intégrant du paysage culturel, de même que leur souhait de voir cet endroit inclus dans une proposition d'inscription, nécessiteront une étude plus approfondie.