jump to the content

Parc des Aurès avec les établissements oasiens des gorges du Rhoufi et d’El Kantara

Date de soumission : 30/12/2002
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Ministere de la Communication et de la Culture.Direction du patrimoine culturel.
Etat, province ou région :
Sud est du Chott Melrhir dans le Sahara oriental.
Ref.: 1777
Thèmes
Paysages culturels
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

L’Aurès est limité à l’ouest par la grande dépression de Batna à l’est par la vallée de l’oued El Arab et tombant brutalement au dessus des plaines sur ses faces nord et sud. Ses crêtes culminent au nord est à plus de 2000 m.

Une végétation très variée traduit des contrastes climatiques comme il y en a peu en Algérie. Le versant nord porte des chênes verts et en altitude , de belles cedraies qui couronnent le sommet des grands anticlinaux sur sols gréseux silicieux. Le versant méridional porte des forêts de pins d’Alep et de genévriers de phénicie qui font place vers le sud à la steppe et dans le fond des vallées aux palmeraies.

L’Aurès fait cohabiter à 30km de distance le cèdre et le palmier, l’on moissonne le blé en juin dans le nord; en avril dans les palmeraies. De tels contrastes ne s’expliquent que parce que l’Aurès met directement en contact le Tell et le Sahara.

Cette région à une originalité humaine incontestable; c’est le pays Chaouia et présente une grande unité de comportement : société traditionnelle berbère qui a conservé sa langue, ses coutumes et son habitat à terrasses. Cette spécificité est due en partie à ce que l’Aurès a été longtemps un monde fermé. Il est protégé par ses hautes murailles et ses vallées peu ouvertes.

L’habitat en villages tassés sur les pentes (Dechras) et les terroirs de cultures en terrasses étagées soutenues par des murettes de pierres témoignent d’une implantation humaine ancienne bien adaptée en milieu montagnard. Nature et implantation humaine se conjuguent ici pour faire des Aurès un monde original.

-Ichoukkane à 17 km de Timgad ; ruines d’une vieille cité berbère et présence de plusieurs tombeaux circulaires « les chouchets » situés dans de très beaux paysages des djebels Boudricen et Kharouben.

-Kasserou : présence d’une source captée et éco- musée

-Parc de Belezma : gros massif montagneux situé au nord des Aurès, il culmine à 2138 m au dessus des plaines périphériques situées à 1000m . Il porte la plus vaste cedraie d’Algérie ( 8000 ha ).

-Menaa : village aurésien typique où la nature et les maisons se confondent .

-Merouana : place forte du système défensif romain et byzantin .

-Les Tamarins : long ruban de vergers le long de l’oued Fedhala et dechra aurasienne

-El Kantara : un des sites de débouchés sur le sahara la plus renommée : une très longue crête rocheuse redressée à la verticale est tranchée par l’oued ( village et palmeraie).

-Arris : capitale du massif des Aurès regorge de multiples dechras et jardins irrigués et étagés.

-Vallée de l’oued Abdi et la Guelaa d’Iguelfène.

-Vallée de l’oued El Abiod : vallée célèbre entre les djebels Krouma et Ahmar Khaddou, l’oued a incisé les assises géologiques horizontales en creusant un canyon profond au fond duquel s’allonge un ruban de palmeraie. Présence d’un habitat en dechras tassées sur une berge ou l’autre