jump to the content

Jabal Haraz

Date de soumission : 08/07/2002
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Min. of Culture - General Organization for the Preservation of Historic Cities - President Office
Coordonnées 15°10' N - 43°45' E Située à 90km sud de Sana'a
Ref.: 1722
Thèmes
Paysages culturels
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le Haraz est sans conteste la région la plus pelle et la plus accueillante du Yémen. De par sa position entre la plaine côtière de la Tihama et Sanaa, le massif montagneux a toujours été stratégique. Etape caravanière du royaume Himyarite, le Haraz fut aussi le bastion de la dynastie des Sulayhides qui s'établit au Yémen en 1037. La renommée du Haraz tient autant à la beauté de ses paysages qu'à celles des villages fortifies accrochés aux pitons rocheux les plus inaccessibles. Leur architecture imposante répond à une double nécessité : assurer la défense des villageois tout en laissant un maximum de place aux cultures. Chaque ville est protégée comme un bastion ; les maisons forment elles-mêmes le rempart, muni d'une ou deux portes aisément défendables. Construites avec des matériaux, grès ou basalte, les maisons s'intègrent parfaitement aux paysages et il est difficile de discerner ou finit le roc et ou commence le village. Les hommes ont su parfaitement consolider leur environnement. La montagne est découpée en terrasses de quelques arpents ou de plusieurs hectares, bordées de murs parfois hauts de plusieurs mètres. Sur ces remarquables champs étagés poussent de la luzerne destinée au bétail, du millet, de forge, des lentilles, les grandes surfaces pour le café et bien sûr le qat. Le Jabal Haraz est sans conteste la région la plus belle et la plus accueillante du pays, celle aussi ou l'on peut se promener en toute sécurité. En une journée de marche, on peut visiter Kahil, Al-jabal, Banu Mora et AI-Kadi situés sur la crête qui domine Manakha. Manakha au coeur de ce splendide massif prospère, ce gros bourg commerçant dont le marche attire les villageois de tous les environs. La vieille ville du 12ème siècle s'étend de la grande place du marche au pied du djebel Shibam. AI-Hajjara, superbe village fortifié à l'ouest de Manakha. Sa citadelle fut fondée au 12ème siècle par les Sulayhides, Hajjara offre sans doute I'un des plus beaux exemples d'architecture de montagne au Yémen. La cite est installée au sommet d'une falaise impressionnante et ses hautes maisons sont érigées à même le rocher et sans fondations. La pierre est presque noire, ce qui rend d'autant plus belles les décorations des façades. De la, d'autres villages sont accessibles Bayt al-Qanus et Bayt Shimran. AI-Hutayb, le village est construit sur une plateforme de grès rouge, face à un splendide panorama de buttes sur lesquelles s'étagent une vingtaine de villages. Au pied d'un piton rocheux, coiffé d'une mosquée, des eucalyptus abritent quelques maisons et le mausolée du troisième "dai" yéménite Hatim al-Hamdi (12ème siecle) en ce lieu viennent se recueillir des Bohras venus d'Inde, de Srilanka, de Singapour et de Madagascar. Un sentier vertigineux qui surplombe le village offre encore une vue plus admirable. Les fidèles ismaéliens ont goudronné les routes, ont pave les rues pour leurs fidèles, sans abîmer le paysage. Sous I'effet des mutations actuelles, ces ensembles architecturaux, terrasses et villages, deviennent vulnérables.