jump to the content

Les Greniers des Grottes de Nok et de Mamproug

Date de soumission : 12/12/2000
Critères: (iv)(v)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministère de la Culture
Coordonnées N 10° 39, 613’; E 0° 8,836’ Dans la région des Savanes, et plus précisément dans la Préfecture de Tandjouaré à une trentaine de kilomètres de la ville de Dapaong
Ref.: 1504
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

De hautes falaises, dont les parois sont orientées au nord, dominent de leur à-pic la savane de cette partie septentrionale du Togo. Elles sont les derniers reliefs élevés avant cette immense étendue de savane qui se prolonge au Burkina. Cette formation appelée communément grès de Boumbouaka présente des escarpements de falaises d’âge protérozoïque supérieur d’une rare beauté avec à la base une alternance de pellites (argilites) et de psammites, l’ensemble reposant sur un socle cristallin daté du Birrimien. Des anfractuosités horizontales s’ouvrent au dernier quart supérieur de leur hauteur ; d’accès difficile, elles ont servi, de très longue date, d’abri et de refuge aux populations autochtones lors des périodes d’insécurités diverses qui ont sévi dans la région du XVIIe au XIXe siècle. Ces cavernes contiennent des greniers : cent trente-quatre à ?ôk, cent treize à Mamproug et soixante-dix à Bopak et dans les autres grottes périphériques. De forme cylindrique, oblongue ou semi-sphérique, ils s’ouvrent vers le haut ; leur hauteur est généralement de deux mètres et demi, leur diamètre de trois mètres. Avant que ces grottes n’aient été pillées, des armes traditionnelles telles que des arcs, des flèches et leurs carquois, y ont été trouvées. Les greniers, taillés dans le même style architectural traditionnel à partir des matériaux locaux (pierres, argile et paille) contenaient les récoltes et les grottes offraient un refuge aux populations menacées. Elles y avaient des vivres, de l’eau et leurs fétiches . Elles pouvaient donc y soutenir un véritable siège. Dans cette région de migrations et d’affrontements divers, les Konkomba, les Moba, les Mamprussi se combattirent, puis s’installèrent. Ils sont encore aujourd’hui les habitants de la région et furent, semble-t-il, les bâtisseurs des greniers. Sur le trajet d’un grand axe commercial dit Route de la cola, les populations du nord du Togo étaient assujetties à des ethnies dominantes telles les Anufom auxquelles ils versaient tribut. Devant l’alourdissement des charges et la répétition des exactions, ils organisèrent leur résistance et se réfugièrent dans les grottes de ?ôk et de Mamproug. Du moins le récit qu’en font les habitants actuels.