jump to the content

Noréas de Hama

Date de soumission : 08/06/1999
Critères: (i)(iv)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Direction Générale des Antiquités et des Musées (Damas) avec le concours du WHC / UNESCO
Coordonnées Hama à 226 km au Nord de Damas sur la riviere Oronte.
Ref.: 1291
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

La rivière Oronte, de son nom assyrien « Aranton », conserve de part et d'autre de son parcours à partir de la région montagneuse de Baalbek au Liban où elle prend naissance jusqu'à la Méditerranée à 30 km en aval de la ville de Latakié, les vestiges d'un nombre considérable d'anciens petits lacs, retenues d'eau, barrages canaux, acqueducs, ponts, terres irriguées, cités disparues ou encore vivantes et noréas dont seule la ville de Hama. traversée par la rivière détient encore quelques importants spécimens (au nombre de dix sept) qui font desormais partie intégrante de son paysage urbain et qui consacrent sa renommée mondiale. Le nom arabe de l'Oronte « El- c Assi » qui signifie « le rebelle » est expliqué au XlIle siècle par Yaqut al-Hamoui ( de Hama) du fait que cette rivière,contrairement à la plupart des rivières, circule dans le sens Sud-Nord et par Abu'l Fida du XIV e siècle par l'usage de la roue pour faire monter l'eau a rebelle » et la distribuer dans la ville et la campagne. Dans la campagne, sur les deux rives de l'Oronte, se trouvent en effet les a Azwar », terres très fertiles plantées de divers arbres fruitiers et irriguées jadis par le système des noréas, une, deux ou plus pour chaque a zùr » selon la superficie du terrain et les besoins en eau. Malheureusement, il ne reste plus grand chose des noréas des Azwar, ce qui ajoute à la valeur de celles de Hamas qui demeurent uniques, pas seulement sur l'Oronte et en Syrie, mais probablement dans le tout monde. La noréa est en effet un mécanisme qui permet d'élever l'eau de la rivière grâce à une roue en bois plus ou moins grande installée au bord de la rivière et dôtée de caissons en bois qui se remplissent d'eau chaque fois que la roue s'enfonce dans le liquide et qui se vident quand ils se trouvent au sommet, en déversant leur contenu dans un bassin ou un acqueduc qui véhicule l'eau aux endroits désirés. A Hama les noréas ont un diamètre qui varie entre 10 et 12 mètres; certaines peuvent atteindre les 22 mètres. On leur attribue souvent des origines médiévales arabes (en arabe na' ùra), mais il est aujourd'huicertainqu'ellesontexisté bien avant comme l'atteste une mosa~que de 469 J.C. trouvée à Apamée sur laquelle est dessinée une noréa dont la ressemblance est des plus frappantes avec celles de Hama. Mue par la puissance hydraulique du cours d'eau, les noréasde Hama se distinguent de celles qu'on voit encore dans plusieurs régions du monde où la force de rotation est soit animale ( boeuf, chameau...) soit humaine, et où les godets en terre cuite ou en cuir remplacent les caissons en bois; elle se distinguent surtout par leur qinantisme et par le complexe système hydraulique qu'elles ennendrent: bassins. aqueducs, canaux d'irrination souterraines, barranes. ponts... Les noréas de Hama continuent à fonctionner d'une manière saisonnière (elles s'arrêtent pendant la saison sèche quand la rivière est au plus bas de son niveau).Plusieurs sont datées et attribuées à des princes ou des gouverneurs qui les ont aménagées pour l'irrigation de leurs propriétés ou pour l'approvisionnement des palais,demeures, mosquées, hammams, caravansérails... Celle appelée la Ma ~muréyya est datée de 1453, a un diamètre de 21 mètres et porte sur son extrados 120 caissons en bois. Elle était destinée à alimenter plusieurs jardins et parcs, neuf mosquées, quatre hammams et cent puits. La Muhammadia est la plus anciennement datée (elle date de 1361), et la plus grande de Hama (22 mètres). Elle était destinée à alimenter la Grande Mosquée, le hammam ad-dhahab, des jardins et des habitations du quartier. Le mot dùlab ( roue) remplace parfois celui de na' ùra dans certaines inscriptions de fondation.