English Français

Complexe de conservation de l’Amazonie centrale

Central Amazon Conservation Complex

The Central Amazon Conservation Complex makes up the largest protected area in the Amazon Basin (over 6 million hectares) and is one of the planet’s richest regions in terms of biodiversity. It also includes an important sample of varzea ecosystems, igapó forests, lakes and channels which take the form of a constantly evolving aquatic mosaic that is home to the largest array of electric fish in the world. The site protects key threatened species, including giant arapaima fish, the Amazonian manatee, the black caiman and two species of river dolphin.

Complexe de conservation de l’Amazonie centrale

Ce site de plus de 6 millions d’hectares forme la plus grande zone protégée du bassin amazonien et l’une des régions les plus riches de la planète sur le plan de la biodiversité. On y trouve notamment un exemple significatif d’écosystèmes de varzea, des forêts d’igapó, des lacs et des cours d’eau qui forment une mosaïque aquatique où évolue la plus grande diversité de poissons électriques du monde. Le site abrite des espèces menacées d’une importance cruciale, notamment l’arapaima géant, le lamantin de l’Amazone, le caïman noir et deux espèces de dauphins d’eau douce.

مجمّع حفظ منطقة الأمازون الوسطى

يشكّل هذا الموقع الذي تفوق مساحته ٦ ملايين هكتار أكبر منطقة محمية في الحوض الأمازوني وأكثر المناطق الطبيعية غنىً في العالم على صعيد التنوع البيوليوجي. ويضم بشكل خاص عيّنات مهمة من أنظمة الفارزيا البيئية، وغابات الإيغابو، والبحيرات ومجاري المياه التي تؤلّف فسيفساء مائية حقيقية تشكل مرتعاً لأكبر سرب من الأسماك الكهربائية في العالم. كما يوّفر هذا الموقع ملاذاً آمناً لأجناس مهمة جداً ومهددة بالإنقراض، لا سيما سمك البنجاسيوس العملاق، وخروف البحر الأمازوني، والكيمان الأسود (نوع من التماسيح) وجنسين من الدلافين النهرية.

source: UNESCO/ERI

亚马逊河中心综合保护区

亚马逊河中心保护区占地超过600万公顷,是亚马逊盆地中最大的保护区,同时也是地球上生物多样性最丰富的地区之一。保护区内还有平坦耕地生态系统、洪泛森林生态系统,以及湖泊和河流的重要范例,多种水生动物不断进化,这里成为世界上最大的发电鱼类种群的栖息地。保护区为许多珍稀濒危动物提供保护,例如巨骨舌鱼、亚马逊海牛、黑凯门鳄和两种淡水豚类。

source: UNESCO/ERI

Комплекс резерватов Центральной Амазонии

Этот крупнейший во всем бассейне Амазонки комплекс охраняемых природных территорий (6 млн. га) с точки зрения биоразнообразия – один из богатейших регионов на планете. Здесь представлены такие экосистемы, как «варзея» и «игапо», а озера и протоки формируют мозаичную и находящуюся в состоянии постоянного развития аква-систему, которая служит местообитанием для самой крупной в мире популяции электрического угря. К числу редких и исчезающих видов относятся амазонский ламантин, черный кайман, два вида речных дельфинов, а также рыба – гигантская арапаима.

source: UNESCO/ERI

Complejo de conservación de la Amazonia Central

Este sitio de más de seis millones de hectáreas es la zona protegida más vasta de la cuenca del Amazonas y una de las regiones del planeta de más rica biodiversidad. Ofrece una muestra significativa de ecosistemas de varzea, bosques de igapó, lagos y ríos que forman un mosaico acuático donde vive la mayor variedad de especies de peces eléctricos del mundo. Además, el sitio alberga otras importantes especies animales en riesgo de extinción, por ejemplo el arapaima gigante, el manatí del Amazonas, el caimán negro y dos tipos de delfines fluviales.

source: UNESCO/ERI

中央アマゾン保全地域群
ジャウー国立公園はアマゾン川流域最大の国立公園で、地球上最も豊かな生態系をもつ地域の一つである。1986年にジャウー川の全水域を保護するために設立され、面積は、227万2000haにおよぶ。ジャウー川はブラックウォーター生態系(有機物の分解や堆積物の不足による水の色によって名づけられた)の典型として知られる。この国立公園はジャウー川の水流域のみならず、ブラックウォーター生態系に関連する生態系の大半が保護対象。

source: NFUAJ

Beschermd Centraal-Amazonegebied

Het beschermd Centraal-Amazonegebied is het grootste beschermde gebied in het Amazonebekken (meer dan 6 miljoen hectare groot) en kent een bijzonder rijke biodiversiteit. Het omvat jaarlijks overstroomde (varzea) ecosystemen, igapó bossen, meren en kanalen die samen een voortdurend evoluerend watermozaïek vormen, dat de thuisbasis is van de grootste reeks elektrische vissen ter wereld. Het gebied beschermt verschillende (bedreigde) diersoorten, die veelvuldig voorkomen in zwartwaterrivieren. Onder de zeer bedreigde diersoorten vallen de reuze arapaima, de Amazone zeekoe, de zwarte kaaiman en twee soorten rivierdolfijnen. In totaal komen er 120 soorten zoogdieren, 411 vogelsoorten, 15 reptielensoorten en 320 vissensoorten voor in dit beschermde gebied.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Complexe de conservation de l’Amazonie centrale © Public Domain
Valeur universelle exceptionnelle

Brève description

Ce site de plus de 6 millions d’hectares constitue la plus grande zone protégée du bassin amazonien et l’une des régions les plus riches de la planète en termes de biodiversité. A l’origine, le Parc National de Jaú a été inscrit en 2000. Le bien a ensuite été élargi en 2003 avec l’addition de trois autres aires protégées (le Parc National d’Anavilhanas, la Réserve de développement durable Amanã et la Réserve de développement durable Mamirauá). Comme résultat, le classement de ces quatre sites a matérialisé le bien actuel, nommé Complexe de conservation de l’Amazonie centrale.

Situé principalement au confluent des fleuves Solimões et Negro, le bien abrite la majeure partie des écosystèmes répertoriés en Amazonie, y compris des forêts de terre ferme et des forêts de plaine périodiquement inondées (várzea et d’igapó) ainsi que des cours d’eau à eau noire ou à eau blanche, des cascades, des marécages, des lacs et des plages. L’archipel d’Anavilhanas, l’un des plus grands archipels fluviaux du monde, est en évolution constante et abrite la plus grande diversité de poissons électriques du monde. Le site protège une grande diversité de faune et de flore, y compris des espèces rares ou menacées d’extinction comme l’arapaima géant (le plus gros poisson d'eau douce d'Amérique du Sud), la loutre géante, le lamantin de l’Amazone, le caïman noir et deux espèces de dauphins d’eau douce.

Critère (ix): Les forêts inondées de várzea et d’igapó, les lacs, les cours d’eau et les îles du site illustrent des processus écologiques en cours du point de vue de l’évolution des écosystèmes terrestres et d’eau douce. On y trouve une mosaïque de bras de cours d’eau, de lacs et de formes de relief qui changent constamment. En mouvement permanent, les tapis de végétation flottants typique des cours d’eau à várzea comprennent un nombre important d’espèces endémiques, y compris la plus grande diversité de poissons électriques du monde. Anavilhanas contient le deuxième archipel fluvial du monde par la taille, beaucoup mieux préservé que l’archipel plus grand de Mariuá, qui se trouve au même rivière en amont Anavilhanas. Il illustre bien des processus de colonisation et d’évolution de la végétation sur des formes de relief changeantes.

Critère (x): Le bien protège un échantillon vaste et représentatif de la flore et de la faune des forêts de la plaine centrale amazonienne, avec un nombre important d’écosystèmes terrestres et aquatiques liés avec la forêt périodiquement inondée par les crues et comprenant aussi des marécages. Connu comme une des plus importantes Zones d'oiseaux endémiques et aussi comme un Centre de diversité des plantes, le bien protège une variété impressionnante d’espèces de flore et de faune dont environ 60% des espèces de poissons vivant dans le bassin versant du rio Negro et 60% des oiseaux répertoriés en Amazonie centrale. Caractérisée par un haut degré d'endémisme, une grande partie de la faune est nocturne. Le bien représente une des régions les plus diverses pour les primates avec des espèces menacées comme l’ouakari chauve (Cacajao calvus) et le saïmiri noir (Saimiri vanzolinii) ainsi que certaines espèces menacées liées à l’eau comme la loutre géante (Pteronura brasiliensis), le lamantin d’Amazonie (Trichechus inunguis) et le caïman noir (Melanosuchus niger). D’autres espèces remarquables sont l’ouakari à tête noire (Cacajao melanocephalus), le caïman jaune (Caiman crocodilus), le jaguar (Panthera onca) et la harpie féroce (Harpie harpyja), les deux derniers étant « quasi menacés », selon la liste rouge de l’IUCN. Le « pirarucu » (Arapaima gigas), plus gros poisson d'eau douce d'Amérique du Sud, et deux espèces de dauphins de l’Amazone (Inia geoffrensis et Sotalia fluviatilis), tout trois avec un statut de « données insuffisantes », se trouvent aussi dans le bien. En outre 64 espèces de poissons électriques, soit la plus forte diversité connue pour ce groupe unique au monde et qui présente un niveau de rayonnement et un taux d’adaptation comparables à ceux des cichlidés dans la Vallée du Rift africain, ont été identifiées dans le bien.

Intégrité

Les dimensions du bien sont suffisantes pour permettre le maintien d'importants processus écologiques et biologiques, tels que les chablis, les fluctuations dans la dynamique des crues et les incendies naturels, ce qui offre des occasions uniques d'étudier leurs effets sur la diversité biologique dans des écosystèmes naturels. Les forêts de terre ferme qui constituent une grande partie de Jaú et d’Amanã sont des zones sauvages pratiquement vierges couvrant des millions d’hectares.

Le site présente un excellent degré de conservation en termes de biodiversité, résultant de l'ampleur territoriale du bien et de l'effet protecteur engendré par le couloir écologique formé par les aires protégées. Les limites du bien sont pour la plupart naturellement définies par les cours d’eau de la région et enserrent de grandes zones dans lesquelles les niveaux d'impact anthropique sont faibles. Toutefois, certaines d’entres elles ne disposent pas de protection ou de gestion active et comptent quelques milliers d’habitants dont la survie dépend de l’exploitation des ressources. Il est important que toutes les mesures nécessaires pour garantir la conservation des écosystèmes exceptionnels de la région ainsi que l’utilisation durable de leurs ressources soient prises en coopération avec les parties prenantes. Il n'existe aucun projet de développement futur susceptible de compromettre l’intégrité du site.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les aires protégées qui font partie du Complexe de conservation de l'Amazonie centrale ont été créées à des périodes distinctes : le Parc national de Jaú en 1980, la Station écologique d'Anavilhanas en 1981 (recatégorisée comme Parc national en 2008), la Réserve de développement durable Mamirauá en 1990 et la Réserve de développement durable d’Amanã en 1998. Les Parcs nationaux sont gérés par l'Institut Chico Mendes de Conservation de la Biodiversité (ICMBio), organisme fédéral autonome rattaché au Ministère de l'environnement. Les Réserves de développement durables sont liées à l'Etat, gérées par le Centre des unités de conservation de l’Etat d’Amazonas (CEUC). A l’exception de la Réserve Amanã, les trois autres aires protégées possèdent un plan de gestion. La disponibilité de ressources techniques, humaines et financières est indispensable pour consolider la gestion du bien.

Dans le but d'assurer une gestion participative, comme stipulé dans la législation brésilienne, les parcs nationaux possèdent des Conseils consultatifs pour leur fonctionnement, et les réserves de développement durable disposent de Conseils délibérants. Il est important de continuer d’engager les populations indigènes dans la gestion du bien, tout en reconnaissant qu’il s’agit d’une activité de longue haleine. Les besoins liés au tourisme international et à ceux de la recherche font que Jaú et Mamirauá disposent de plans d'utilisation publique bien définis.

Afin de garantir la conservation des aires protégées, des plans de protection sont mis en œuvre par les différentes agences responsables. Des recherches scientifiques et des activités d'éducation environnementale sont encouragées et développées dans le Complexe. Toutes les aires protégées du bien font aussi partie de la Réserve de Biosphère qui compose, avec d’autres zones, la « Mosaïque des aires protégés du bas Rio Negro ». L’ensemble s’intègre dans un programme de grand couloir écologique régional, au sein des programmes et des politiques environnementales destinés à garantir l'intégration de la gestion et la conservation de cette vaste partie du biome amazonien.
Notes
  • Extension du bien « Parc national Jaú ».