English Français

Le centre historique de Bruges

Historic Centre of Brugge

Brugge is an outstanding example of a medieval historic settlement, which has maintained its historic fabric as this has evolved over the centuries, and where original Gothic constructions form part of the town's identity. As one of the commercial and cultural capitals of Europe, Brugge developed cultural links to different parts of the world. It is closely associated with the school of Flemish Primitive painting.

Le centre historique de Bruges

Bruges est un exemple exceptionnel d'habitat médiéval ayant bien conservé son tissu urbain historique tel qu'il a évolué avec les siècles et où le bâti gothique d'origine fait partie de l'identité de la ville. Bruges, l'une des capitales commerciales et culturelles européennes, a tissé des liens culturels avec différentes parties du monde. On associe cette cité à l'Ecole de peinture des Primitifs flamands.

وسط بروج التاريخي

تعطي مدينة بروج مثلاً إستثنائياً عن نمط السكن السائد في القرون الوسطى والذي حافظ جيداً على نسيجه الحضري التاريخي في تطوره عبر القرون بحيث أصبح البناء القوطي الأصلي جزءاً لا يتجزأ من هوية المدينة. وقد أرست بروج، التي تُعتبر إحدى العواصم التجارية والثقافية في أوروبا، علاقات ثقافية مع مناطق مختلفة من العالم. وغالباً ما تُربط هذه المدينة بمدرسة الرسم للفنانين الفلمنديين البدائيين.

source: UNESCO/ERI

布鲁日历史中心

布鲁日是中世纪人类聚落的杰出典范,虽历经数世纪沧桑,仍保留着大量历史建筑。在那里,早期哥特式建筑已经成为城市特征的一部分。作为欧洲商业与文化首都之一,布鲁日不断发展与世界各地的文化交流,同时,与佛兰芒原始绘画流派(Flemish Primitive painting)有着密切关系。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр города Брюгге

Брюгге – это яркий пример средневекового поселения, которое хорошо сохранило свою многовековую историческую застройку, в которой подлинные готические строения представляют важнейшую часть своеобразия города. Как одна из торговых и культурных столиц Европы, Брюгге развивал культурные связи с различными районами мира. Город был тесно связан с формированием фламандской школы живописи.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de Brujas

La ciudad de Brujas es un ejemplo excepcional de asentamiento humano medieval que ha conservado su tejido urbano histórico tal como ha ido evolucionando a lo largo de los siglos. Sus construcciones góticas primigenias forman parte de la identidad de esta capital comercial y cultural de la antigua Europa, que estableció vínculos culturales con distintas partes del mundo. El nombre de Brujas está estrechamente unido a la escuela de pintura de los primitivos flamencos.

source: UNESCO/ERI

ブリュージュ歴史地区
ベルギー北部の古都。1180年までフランドルの首都。ブルッヘともいう。毛織物工業と織物取引の中心地で、その巨大な利益から13~14世紀には西欧有数の商業都市として君臨した。救世主大聖堂、聖母聖堂など多くの聖堂建築、市場と高さ80mの鐘塔、市庁舎など、ゴシック様式の建築がほぼ完全に残されている。15世紀にブルゴーニュ公の宮廷が置かれて最盛期を迎え、この擁護のもとに多くの画家が活躍する舞台ともなった。

source: NFUAJ

Historisch centrum van Brugge

Brugge is een mooi voorbeeld van een middeleeuwse nederzetting die zijn historische vorm heeft behouden in de loop van de eeuwen, waarbij de oorspronkelijke, gotische constructies deel uitmaken van de identiteit van de stad. De historische binnenstad laat zien waardoor de architectuur beïnvloed werd. Zoals de baksteengotiek en innovatieve, artistieke invloeden van middeleeuwse schilderkunst zoals de Vlaamse Primitieven. Brugge geldt als de geboorteplaats van deze schilderschool waarvan kunstenaars als Jan van Eyck en Hans Memling deel uitmaken. Mede hierom werd Brugge een van de commerciële en culturele hoofdsteden van Europa met culturele banden over de hele wereld.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Le centre historique de Bruges (Belgique) © OUR PLACE The World Heritage Collection
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le centre historique de Bruges est un remarquable exemple de complexe architectural illustrant des étapes significatives de l’histoire commerciale et culturelle de l’Europe médiévale.

À l’époque médiévale, Bruges était connue comme la métropole commerciale au cœur de l’Europe.

La ville témoigne d’un échange considérable d’influences sur le développement de l’art et de l’architecture, en particulier du gothique de brique, qui est caractéristique de l’Europe du Nord et des régions de la Baltique. Cette architecture détermine fortement le caractère du centre historique de la ville.

Le mur d’enceinte de la ville, datant du XIIe siècle, a marqué les limites de la cité médiévale. Bien que les murs aient aujourd’hui disparu, ils demeurent clairement visibles, soulignés par les quatre portes encore debout, les remparts et un des châteaux d’eau défensifs. Le plan des rues médiéval, dont les principaux axes mènent vers les grandes places publiques, a pour l’essentiel été préservé, ainsi que le réseau de canaux qui, jadis utilisé à des fins mercantiles, a joué un rôle important dans le développement de la ville.

Au XVe siècle, Bruges fut le berceau des Primitifs flamands et un centre de mécénat et de développement pictural dont bénéficièrent des artistes tels que Jan van Eyck et Hans Memling. Bon nombre de leurs œuvres furent exportées et influencèrent les styles picturaux de l’Europe entière. Des collections d’une importance exceptionnelle sont restées dans la ville jusqu’à ce jour.

Si l’essor immobilier et urbain de la ville se poursuivit après son apogée économique et artistique à la fin du Moyen-Âge, Bruges n’a quasiment pas été touchée par la révolution industrielle du XIXe siècle. Aux XVIIIe et XIXe siècles, de nombreuses parcelles médiévales furent réunies en lots plus importants et de nouveaux quartiers apparurent également. Les exemples les plus saisissants d’interventions postmédiévales de grande envergure dans le centre historique sont l’urbanisation de Coupure (1751-1755), le Zand et la première gare ferroviaire (1838), le quartier du Théâtre (1867), le Koningin Elisabethlaan et le Gulden Vlieslaan (1897) et la création du quartier de Guido Gezelle (1920-1930).

Lors de la seconde moitié du XXe siècle, certains changements majeurs intervinrent avec Zilverpand (1976), la nouvelle bibliothèque publique (1975-1978), le nouveau palais de Justice et Kartuizerswijk (1980), Clarendam (1990) et Colettijnenhof (1997).

Bruges est caractérisée par une continuité qui se reflète dans l’harmonie relative des changements. Dans le cadre de cette continuité, la rénovation des façades de la fin du XIXe siècle a introduit un style néo-gothique particulier à Bruges. Le style de construction ‘néo-brugeois’ et sa philosophie de restauration sont devenus un sujet d’intérêt, d’étude et d’inspiration.

Ville toujours active et vivante aujourd’hui, Bruges a préservé les structures architecturales et urbaines qui documentent les différentes phases de son développement, dont la place centrale du marché avec son beffroi, les béguinages, ainsi que les hôpitaux, les complexes religieux et commerciaux et le tissu urbain historique. 

Critère (ii) : La ville historique de Bruges témoigne sur une longue période d'un échange d'influences considérable sur le développement de l'architecture, et en particulier sur le gothique en brique. Berceau de l'école des Primitifs flamands, elle a également favorisé des influences artistiques novatrices dans le développement de la peinture médiévale.

Critère (iv) : Le centre historique de Bruges est un remarquable exemple d’ensemble architectural. Les institutions publiques, sociales et religieuses de la ville illustrent des étapes significatives de l’histoire commerciale et culturelle de l’Europe médiévale.

Critère (vi) : Le centre historique de Bruges a été le berceau des Primitifs flamands et un centre de mécénat et de développement de la peinture au Moyen-Âge, dont des artistes tels que Jan van Eyck et Hans Memling ont bénéficié. 

Authenticité

Le centre historique de Bruges témoigne d’une continuité sur un site urbain occupé depuis le début du Moyen-Âge. Les archives municipales renferment des règlements et documents historiques de l’administration de la ville, condensés depuis le XIIIe siècle.

Habité en permanence, le centre historique de Bruges a conservé le tracé original des rues et places, canaux et espaces ouverts. C’est une silhouette très spécifique de tours et de grands édifices publics (tels que la cathédrale, le beffroi et les églises) qui domine la ville. Pour la plupart, les constructions ont conservé les parcelles de terre originales. Les transformations qui ont eu lieu au fil du temps respectent les changements fonctionnels dans la ville et ont été intégrées dans son authenticité historique, à l’instar des autres cités historiques telles que Sienne en Italie.

L’histoire de la ville est bien représentée dans les structures urbaines et architecturales qui unifient harmonieusement toutes les périodes de l’histoire depuis l’origine de la ville.

Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, une grande attention a été accordée à l’histoire et à l’architecture de la ville et les grands débats sur les modalités ont suivi les tendances internationales dans le domaine de la restauration et de la conservation. Cette stratification chronologique et historique est clairement reconnaissable dans la morphologie et dans l’architecture urbaines et fait partie du caractère actuel de Bruges.

Certaines transformations modernes ont eu lieu au sein du bien mais leur impact sur l’ensemble du site est jugé mineur. 

Intégrité

La structure urbaine générale représente toujours le modèle médiéval « en forme d’œuf » que l’on voit sur la carte de Marcus Gerards (1562). En dehors des guerres de religion au XVIe siècle et de la Révolution française, Bruges a plus ou moins échappé à la dévastation associée aux autres conflits qui ont marqué cette partie de l’Europe, notamment les Première et Deuxième Guerres mondiales. De la même manière, la révolution industrielle du XIXe siècle n’a eu presque aucun impact sur la structure de base de la ville historique, à l’exception de la gare ferroviaire dans le sud-est de la ville.

Le bien inclut toutes les structures urbaines, ensembles connexes et constructions individuelles qui témoignent de son développement commercial et artistique et de l’héritage des philosophies de restauration du XIXe siècle.

La remarquable cohérence visuelle qui caractérise sa forme urbaine est sensible aux reconstructions. Des projets d’aménagement de grande envergure à proximité du bien pourraient avoir un impact négatif sur la relation entre le bien et son environnement. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Depuis 1972, le Département municipal en charge de la conservation et de la gestion du patrimoine guide, évalue et surveille étroitement toutes les modifications apportées à l’environnement urbain, en collaboration avec les services régionaux du patrimoine. Les règlements municipaux spécifiques en matière d’urbanisme sont très stricts et incluent un accord non modificandi lorsque des fonds municipaux sont alloués pour effectuer les travaux de restauration.

Près de la moitié des édifices au sein du centre historique sont classés ou inscrits à l’inventaire flamand du patrimoine bâti et sur la carte d’évaluation du patrimoine de la ville (un outil dynamique), qui sert d’instrument politique et de gestion. Dans le cas des bâtiments et sites classés, il y a un avis obligatoire et contraignant des autorités régionales du patrimoine.

La coordination, la communication et la promotion du bien du patrimoine mondial sont assumées, comme auparavant, par le Département municipal en charge de la conservation et de la gestion du patrimoine, en étroite collaboration avec tous les partenaires aux niveaux municipal et régional.

La conservation et la restauration des sites et monuments reposent sur une philosophie et une tradition de restauration où matériaux et techniques de construction d’origine sont le point de départ. Il n’y a jamais de nouvelles constructions au cœur de la ville sans évaluation artistico-historique minutieuse et tout se fait dans le respect constant de l’authenticité historique. En règle générale, les nouvelles constructions respectent le plan de lotissement, le schéma, les hauteurs, les matériaux etc. des environs. Les projets d’aménagement de grande envergure à proximité du bien restent une menace possible et nécessitent donc une attention particulière.

En conséquence, un plan de gestion du patrimoine mondial a été établi en 2012, coordonné par la ville de Bruges et son Département en charge de la conservation et de la gestion du patrimoine, composé d’une équipe de spécialistes qualifiés en histoire de l’art, en histoire de Bruges en général et en philosophie et pratique de restauration. Ce plan de gestion vise à encourager un développement approprié au sein de contraintes convenues par rapport aux caractéristiques reconnues de zones définies. Une commission d’experts pour l’UNESCO, mise en place par le conseil municipal en 2011, a soutenu l’élaboration du plan de gestion en 2012 et continue de donner des conseils.

Dans le prolongement du plan de gestion, des plans de conservation sont préparés ainsi que des plans de préservation, des plans d’enquête détaillée et un plan thématique d’aménagement du territoire pour le paysage urbain historique, couvrant l’intégralité du bien du patrimoine mondial.

Sur le plan historique et typologique, la ville abrite un mélange de fonctions. Cette diversité est une caractéristique urbaine essentielle qui doit être préservée et protégée. Cet élément, tout comme la structure urbaine historique et les caractéristiques architecturales spécifiques et diverses qui témoignent de l’évolution de Bruges, est au cœur même de la gestion future du bien. Néanmoins, Bruges est une ville vivante, où les développements et les changements devraient être possibles mais uniquement dans des lieux appropriés et dans le respect de la morphologie urbaine de parcelles citadines fermées limitées par des rues et ruelles dans le centre historique.

L’expansion est possible dans la région du grand Bruges qui, historiquement et politiquement, était liée à la ville (« Brugs Ommeland », ou les environs de Bruges) et du ZeeBruges (le port de Bruges). Afin de protéger le cadre du bien, des liens effectifs entre les intérêts de cette grande ville de Bruges et le bien, en termes de planification et de protection, sont requis et en cours. D’importantes vues de et sur le bien doivent être protégées et seront incorporées dans les outils d’urbanisme.

D’un point de vue touristique, Bruges a fait de considérables efforts pour gérer l’impact des visiteurs. Le développement d’un tourisme culturel durable de grande qualité continuera de rester la base de la politique municipale à cet égard, avec une attention spécifique aux événements et activités en rapport avec les Primitifs flamands.

Actualités rss (1)