English Français
Aidez maintenant !

Ensemble et les estancias jésuites de Córdoba

Jesuit Block and Estancias of Córdoba

The Jesuit Block in Córdoba, heart of the former Jesuit Province of Paraguay, contains the core buildings of the Jesuit system: the university, the church and residence of the Society of Jesus, and the college. Along with the five estancias, or farming estates, they contain religious and secular buildings, which illustrate the unique religious, social, and economic experiment carried out in the world for a period of over 150 years in the 17th and 18th centuries.

Ensemble et les estancias jésuites de Córdoba

L'ensemble de Córdoba, noyau de l'ancienne province jésuite du Paraguay, comprend les principaux bâtiments du système jésuite : l'université, l'église, la résidence de la Compagnie de Jésus et le collège. Avec les cinq « estancias », ils abritent des édifices religieux et séculiers illustrant l'expérience religieuse, sociale et économique sans précédent menée à travers le monde pendant plus de 150 ans, aux XVIIe et XVIIIe siècles.

المجمّع والإستانسياس اليسوعية في قرطبة

يشمل مجمّع قرطبة، وهو نواة المقاطعة اليسوعية في الباراغوي، المباني الرئيسة الخاصة بالنظام اليسوعي: الجامعة، والكنيسة، ومقرّ اليسوعيين والمدرسة. كما أن الإستانسياس الخمس تحتضن المباني الدينية والعلمانية التي تعرض التجربة الدينية والاجتماعية والاقتصادية التي لا سابق لها والتي عرفها العالم خلال أكثر من 150 سنة في القرنين السابع عشر والثامن عشر.

source: UNESCO/ERI

科尔多巴耶稣会牧场和街区

科尔多巴耶稣会街区,坐落在巴拉圭的前耶酥会省中心,包括耶稣会的核心建筑:大学、教堂、耶稣教会住宅以及学院。沿着五个牧场,或者庄园,则是一些宗教和世俗建筑,诠释了17和18世纪的150多年间这片土地上进行的独一无二的宗教、社会和经济实验。

source: UNESCO/ERI

Постройки и фермы иезуитов в городе Кордова и окрестностях

Иезуитский квартал в Кордове – сердцевина бывшей Иезуитской провинции Парагвая – содержит основные здания, типичные для иезуитов: университет, церковь, резиденцию «Общества Иисуса», а также колледж. Вместе с пятью фермами – эстансиями - здесь находятся религиозные и светские здания, которые свидетельствуют об уникальном религиозном и социально-экономическом эксперименте, который проводился на протяжении 150 лет в XVII-XVIII вв.

source: UNESCO/ERI

Manzana y estancias jesuíticas de Córdoba

La manzana jesuítica de la ciudad de Córdoba, que fue uno de los núcleos de de la antigua provincia del Paraguay de la Compañía de Jesús, comprende la universidad, la iglesia, la residencia de los padres jesuitas y el colegio Montserrat. Este conjunto y las cinco estancias jesuíticas de las sierras cordobesas albergan edificios religiosos y seculares ilustrativos de una experiencia religiosa, social y económica sin precedentes, que se llevó a cabo entre los siglos XVII y XVIII y duró más de 150 años.

source: UNESCO/ERI

コルドバのイエズス会管区とエスタンシアス 

source: NFUAJ

Jezuïtisch huizenblok en verblijven in Córdoba

Het Jezuïtische huizenblok in Córdoba – het hart van de voormalige Jezuïtische provincie Paraguay – bevat de kerngebouwen van het Jezuïtische systeem: de universiteit, de kerk en het verblijf van de Sociëteit van Jezus en het college. Naast het huizenblok en de vijf estancias – landbouwverblijven – zijn er op deze plek ook religieuze en seculiere gebouwen te vinden. De Jezuïtische gebouwen zijn een uitzonderlijk voorbeeld van de fusie tussen Europese en inheemse waarden en culturen. Ze illustreren het unieke religieuze, sociale en economische experiment dat de katholieke orde in de 17e en 18e eeuw meer dan 150 jaar lang uitvoerde in Zuid-Amerika.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Santa Catilina © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les 38 ha de l’ensemble jésuite et de cinq de ses estancias (exploitations agricoles et fabriques) de la province de Córdoba, tout près du centre géographique de l’Argentine, abritent des édifices religieux et séculiers des XVIIe et XVIIIe siècles illustrant une expérience religieuse, sociale et économique sans précédent qui a duré 150 ans. L’ensemble jésuite de la ville de Córdoba comprend les principaux bâtiments de la capitale de l’ancienne province jésuite du Paraguay : l’église, la résidence des jésuites, l’université et le Colegio Convictorio de Montserrat. Les estancias qui complètent l’ensemble jésuite principal – Alta Gracia (à 36 km), Santa Catalina (à 70 km), Jesús María (à 48 km), La Candelaria (à 220 km) et Caroya (à 44 km) – comportaient toutes une église ou une chapelle, la résidence des prêtres, des quartiers pour les esclaves et les employés indigènes, des ateliers (camps, moulins, moulins à foulon, etc.), des systèmes d’irrigation (digues, fossés d’irrigation, canaux, etc.), des bâtiments agricoles et de vastes enclos à bétail.

L’ensemble et les extensions jésuites de Córdoba constituent un exemple exceptionnel de vaste système religieux, politique, économique, judiciaire et culturel. C’est aussi une excellente illustration de la fusion des cultures européennes et autochtones d’Amérique, sans compter les apports des travailleurs africains esclaves, lors d’une période déterminante pour l’Amérique du Sud. Cet ensemble constitue un exemple particulier d’organisation territoriale, de complémentarité économique entre les établissements urbains et ruraux qui a permis à la Compagnie de Jésus de poursuivre ses objectifs éducatifs et missionnaires.

Le caractère exceptionnel de cet ensemble est manifeste dans la convergence de deux typologies : d’une part, le plan d’un couvent européen, avec une église principale, une résidence des prêtres et un collège dans la ville ; et, d’autre part, de nouvelles formes d’établissements ruraux, où l’église, la résidence et le comptoir commercial se complétaient à l’intérieur d’un territoire productif et générateur d’étroites relations. Ce genre d’organisation, dans laquelle les diverses spécialisations de la production de chaque estancia étaient soutenues par la construction de systèmes hydrauliques complexes, est unique dans le contexte culturel américain.

Les réalisations remarquables de l’ensemble et des extensions jésuites de Córdoba incluent le développement de techniques fondées sur les ressources locales, matérielles et humaines, et sur l’utilisation des connaissances respectives des participants – l’ordre religieux, les employés autochtones et les esclaves africains – ce qui a abouti à un mélange d’expressions  architecturales, techniques et artistiques reflétant les influences maniéristes et baroques adaptées à la région.

Critère (ii) : Les édifices et les ensembles jésuites de Córdoba et des estancias sont des exemples exceptionnels de la fusion des valeurs et cultures européennes et autochtones en Amérique du Sud à une époque déterminante.

Critère (iv) : L’expérience religieuse, sociale et économique menée en Amérique du Sud pendant plus de 150 ans par la Compagnie de Jésus donna naissance à une forme unique d’expression matérielle qui se traduit dans les édifices et ensembles jésuites de Córdoba et dans les estancias.

Intégrité

On trouve à l’intérieur des limites du bien tous les éléments nécessaires permettant d’incarner la valeur universelle exceptionnelle de l’ensemble et des extensions jésuites de Córdoba. Cela garantit une représentation complète de leur importance en tant qu’ensembles architecturaux et paysagers dans leurs cadres respectifs. L’ensemble jésuite conserve ses fonctions religieuses, résidentielles, éducatives et culturelles, tandis que les estancias continuent à jouer un rôle de centres régionaux de développement, bien qu’elles aient en grande partie perdu leur caractère productif. Sur les cinq estancias que compte le bien, deux (Santa Catalina et La Candelaria) ont conservé leur cadre rural d’origine, deux autres (Caroya et Jesús María) sont restées dans des cadres semi-urbains, et une (Alta Gracia) est devenue le centre d’une structure urbaine.

Authenticité

L’Ensemble et les extensions jésuites de Córdoba est un bien authentique en termes de formes et de conceptions de l’ensemble, de matériaux et de substances, de lieux et de cadres. Tous les éléments du bien ont conservé leurs typologies d’origine et leurs caractéristiques constructives, morphologiques et spatiales, ainsi que leur caractère de référence dans les communautés locales.

Plusieurs interventions ont été réalisées sur les éléments constitutifs du bien depuis l’expulsion de la Compagnie de Jésus en 1767. D’autre part, depuis que ces éléments ont été classés monuments historiques nationaux en 1938, plusieurs opérations les concernant ont été effectuées en toute rigueur scientifique, selon les standards des différentes époques.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’ensemble jésuite de la ville de Córdoba et les cinq estancias d’Alta Gracia, Jesús María, Santa Catalina, Caroya et La Candelaria ont différents types de propriétaires : le gouvernement fédéral, la province de Córdoba, l’Église catholique et des propriétaires privés. Ils sont gérés par des entités fédérales, provinciales, ecclésiastiques, municipales et privées, et par décret présidentiel pour Santa Catalina. Tous les éléments du bien sont juridiquement protégés au niveau national depuis 1938 (le Colegio Convictorio de Montserrat par décret 80-860/38) et selon la loi fédérale n° 12.665 et son décret de réglementation n° 84-005/41, amendé en 1993 ; au niveau provincial, depuis 1973, aux termes de la loi provinciale n° 5543 sur la protection des ressources culturelles de la province ; et/ou au niveau municipal depuis les années 80.

Le plan de gestion d’ensemble du bien est en cours de discussion et n’a pas encore été approuvé. Le plan de gestion de chaque élément présente des mesures en vue de préserver la valeur universelle exceptionnelle du bien, son intégrité et son authenticité. Un plan directeur pour le tourisme culturel offre un cadre général d’interprétation de l’ensemble, et de promotion du tourisme culturel.

Le maintien de la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps va exiger de finaliser, d’approuver et d’appliquer le plan de gestion d’ensemble ; de planifier l’aménagement du territoire et l’utilisation des terres ; de passer en revue et d’actualiser les cadres réglementaires ; de rédiger des manuels de procédures de conservation et d’entretien ; de planifier l’accès du public ; de développer la protection du cadre, en consultation avec d’autres institutions ; d’élaborer des stratégies pour renforcer la propriété au niveau local ; de générer des ressources financières ; et de traiter les risques environnementaux.

Description longue

Les bâtiments et les ensembles jésuites de Córdoba, ainsi que les estancias , sont des exemples exceptionnels de fusion entre valeurs et cultures européennes et indigènes au cours d'une période déterminante pour le sud de l'Amérique. Les Jésuites arrivèrent tardivement dans les colonies espagnoles d'Amérique, où les avaient précédés d'autres ordres, comme les Franciscains et les Dominicains. Cependant, à la fin du XVIe  siècle, la partie sud du continent devait encore être explorée, ce qui constitua pour eux une opportunité. Le moine espagnol Diego de Torres fut envoyé par l'Ordre pour organiser la nouvelle province du Paraguay en 1607 (des missions itinérantes étaient à l'œuvre dans cette région dès 1588). Des missions furent envoyées depuis Córdoba, le centre de la nouvelle province, pour établir des collèges et prêcher le message jésuite. Córdoba même, fondée par Jerónimo Luis de Cabrera en 1573, a été planifiée selon un modèle standard pour les colonies espagnoles. Comme les autres ordres, les Jésuites reçurent l'un des 70 îlots d'habitation de la première ville.

L'ensemble jésuite de Córdoba renferme les édifices fondamentaux du système jésuite : l'université, l'église, la résidence de la Société de Jésus et le collège. l'Université nationale de Córdoba (précédemment Colegio Máximo de la Société de Jésus) se dispose en rond autour d'un espace central ouvert (c'était à l'origine un jardin botanique) ; elle est construite en pierre et en brique, avec de vastes portiques autour de la cour. L'église de la Société de Jésus est un édifice massif, couvert par une coupole, avec deux tours trapues à son extrémité ouest ; construit essentiellement en pierre, avec des briques aux étages supérieurs, c'est un bâtiment à une seule nef dont l'intérieur est richement décoré : le retable du maître-autel et le pupitre sont de remarquables exemples d'art baroque. Comme ceux de l'université, les bâtiments du Colegio Nacional de Nuestra Señora de Montserrat se disposent en cercle autour de deux espaces ouverts ; il est construit dans le même style que les autres édifices de l'ensemble.

Les cinq estancias témoignent de l'expérience religieuse, sociale et économique unique au monde menée dans cette région durant plus de 150 ans, aux XVIIe et XVIIIe  siècles. L'estancia Alta Gracia comporte une église, la résidence du prêtre, des quartiers pour les esclaves et les ouvriers (aujourd'hui détruits), des enclos pour le bétail, des jardins potagers (dont l'emplacement est perdu), des filatures, un réservoir et différentes fabriques. L'estancia est au cœur de la ville, et comporte deux vastes patios. Les deux bâtiments de la résidence et l'église forment trois des côtés d'un patio carré, dont le quatrième est fermé par un mur élevé dans lequel s'ouvre l'entrée principale.

L'estancia Santa Catalina est un établissement rural situé dans le magnifique paysage des sierras de Córdoba  ; elle comporte une église, la résidence du prêtre, les quartiers des ouvriers, la maison des novices (aujourd'hui en ruine), une fabrique et un réservoir. C'est la plus grande de toutes les estancias . Son plan forme trois patios, dont celui du centre est le principal. L'église, en croix latine, présente une imposante façade baroque.

Les bâtiments qui forment l'estancia Jesús María sont identiques à ceux de Santa Catalina. Des cloîtres entourent deux des côtés du patio central, les autres étant formés par un entrepôt et par un mur élevé. L'estancia agricole de Candelaria se situe plus loin de Córdoba. À la différence des autres, elle se trouve dans une partie reculée de la région ; plus petite, elle se compose d'une chapelle, de la résidence du prêtre, des quartiers des ouvriers (aujourd'hui détruits) et de d'enclos à bétail. Au contraire, l'estancia Caroya forme un imposant ensemble, dans un paysage plus luxuriant ; sa fabrique et son réservoir sont aujourd'hui détruits, mais son patio, entouré par des cloîtres et par les quartiers des internes du Colegio Nacional de Nuestra Señora de Montserrat, présente des proportions et des dimensions remarquables.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La Compagnie de Jésus est fondée en 1540 par saint Ignace de Loyola, dans le cadre de la Contre-Réforme. Les missions établies par cette organisation hiérarchique dans les pays non chrétiens sont principalement destinées à jouer un rôle de guide spirituel au moyen de retraites et d’un enseignement. L’organisation est régie par ses propres lois.  

Les jésuites n’arrivèrent que tardivement dans les colonies espagnoles des Amériques, précédés par d’autres ordres tels les franciscains et les dominicains. Mais à la fin du XVIe siècle, la partie sud du continent n’a toujours pas dévoilé tous ses secrets ; l’exploration se poursuit et les jésuites ont donc des opportunités. En 1607, l’ordre envoie le moine espagnol Diego de Torres pour organiser la nouvelle province du Paraguay. Des missions itinérantes parcourent déjà la région depuis 1588. Elles sont envoyées depuis Córdoba, centre de la nouvelle province, pour fonder des collèges et prêcher le message jésuite.  

La ville de Córdoba est établie par Jerónimo Luis de Cabrera en 1573 ; elle présente le plan traditionnel en échiquier caractéristique des villes coloniales espagnoles. Les jésuites se voient allouer, comme les autres ordres, l’une des soixante-dix parcelles de la ville d’origine, mais ils n’en prennent possession qu’en 1599.  

La construction du Colégio Máximo (qui devait devenir à la décennie suivante l’Université royale et pontificale), en 1610, figure parmi les premières initiatives prises par les jésuites. L’enseignement y est conforme au programme d’enseignement Ratio atque Instituto Studiorum Societatis Jesu (méthode et système d’étude de la Compagnie de Jésus), créé en 1599 et appliqué aux quatre coins du monde par l’ordre. D’autres édifices monastiques s’ensuivent, dont l’université, l’église et la résidence des pères. Ils subissent plusieurs transformations et reconstructions, à la fois avant et après l’expulsion de l’ordre, en 1767.  

Les estancias qui associent à leurs fonctions spirituelles, l’agriculture, la production textile et l’élevage de mules, connaissent un énorme succès économique. La Compagnie est entrée en possession des estancias de diverses manières, parfois en les achetant, parfois dans le cadre d’un legs. Alta Gracia est un ranch à bétail qui appartient à Alonso Nieto de Herrera. Devenu membre de la Compagnie, il lui lègue son exploitation à sa mort. La Candelaria, pour sa part, est construite sur des terres offertes par Francisco de Vera y Mujica en 1678. Caroya est achetée en 1616, Jesús María en 1618, et Santa Catalina en 1616. Toutes seront revendues à des particuliers lorsque le conseil des biens temporels met les biens de la Compagnie aux enchères après l’expulsion de l’ordre.

Source : évaluation des Organisations consultatives