English Français
Aidez maintenant !

Centre historique de la ville de Goiás

Historic Centre of the Town of Goiás

Goiás testifies to the occupation and colonization of the lands of central Brazil in the 18th and 19th centuries. The urban layout is an example of the organic development of a mining town, adapted to the conditions of the site. Although modest, both public and private architecture form a harmonious whole, thanks to the coherent use of local materials and vernacular techniques.

Centre historique de la ville de Goiás

Goiás constitue un témoignage de l’occupation et de la colonisation de l’intérieur du Brésil aux XVIIIe et XIXe siècles. Sa conception urbaine est caractéristique des villes minières à développement organique, adaptées aux réalités de l’environnement. Bien que modeste, l’architecture des bâtiments publics et privés n’en présente pas moins une grande harmonie, fruit, entre autres, d’un emploi cohérent des matériaux et des techniques vernaculaires.

الوسط التاريخي لمدينة غويياس

تشهد مدينة غويياس على إحتلال الداخل البرازيلي واستعماره في القرنين الثامن عشر والتاسع عشر. وقد صُمّمت على غرار المدن المنجمية ذات التطور العضوي والمتكيّفة والوقائع البيئية. وتظهر المباني العامة والخاصة، في هندستها البسيطة، تناغماً هائلاً لعلّه ثمرة الإستخدام المتناسق للمعدات والتقنيات الوطنية.

source: UNESCO/ERI

戈亚斯城历史中心

戈亚斯城是18和19世纪巴西中部遭到占领和殖民统治的见证。其城市布局极具代表性,矿区集镇经过系统性的发展成为了与当地环境相适应的一座城市。由于城市建设时都采用了当地的材料和技术,使得城内公共建筑和私人住宅虽然简单质朴,却构成了和谐统一的整体。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр города Гояс

Город Гояс – свидетель освоения и колонизации центральной части Бразилии в XVIII-XIX веках. Планировка города является примером органичного развития шахтерского поселения, хорошо приспособленного к условиям местности. Общественная и частная архитектура города скромна, но образует гармоничное целое благодаря использованию местных материалов и традиционных приемов строительства.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de la ciudad de Goiás

Goiás constituye un testimonio de la ocupación y colonización del interior de Brasil en los siglos XVIII y XIX. Su diseño urbano es característico de las ciudades mineras de desarrollo orgánico, adaptadas a su entorno. Aunque modesta, la arquitectura de sus edificios públicos y privados presenta una gran armonía, que es fruto, entre otros factores, de un empleo coherente de materiales y técnicas locales.

source: UNESCO/ERI

ゴイアス歴史地区

source: NFUAJ

Historisch centrum van Goiás

De stad Goiás getuigt van de bezetting en kolonisatie van de centraal Braziliaanse landsdelen tijdens de 18e en 19e eeuw. Het stedenbouwkundige ontwerp toont de organische ontwikkeling van een mijnstadje, aangepast aan de omgevingsomstandigheden. De architectuur van het bescheiden stadje vormt een harmonieus geheel dankzij het coherente gebruik van lokale materialen en eigentijdse technieken. Goiás is gebouwd tussen heuvels en ligt langs de rivier Rio Vermelho. De oprichting van de stad is nauw verbonden met de expedities (bandeiras) vanuit São Paulo om het Braziliaanse binnenland te verkennen. In 1682 werd goud gevonden tijdens het verkennen van de regio van Goiás.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Centre historique de la ville de Goiás
Justification d'inscription

Critère ii: De par son tracé et son architecture, la ville historique de Goiás est un exemple exceptionnel de ville européenne admirablement adaptée aux contraintes climatiques, géographiques et culturelles du centre de l’Amérique du sud.

Critère iv: Goiás représente l’évolution d’une forme de structure urbaine et d’architecture typique des peuplements coloniaux d’Amérique du sud, tirant le meilleur parti possible des matériaux et techniques locaux et conservant son environnement exceptionnel.

Description longue

Par son plan et son architecture, la ville historique de Goiás forme un exemple remarquable de ville européenne admirablement adaptée aux contraintes climatiques, géographiques et culturelles du centre de l'Amérique du Sud. Elle représente l'évolution d'une forme de structure urbaine et d'architecture caractéristiques de l'occupation coloniale en Amérique du Sud, qui a su faire un usage complet des matériaux et des techniques locales, tout en préservant son site naturel exceptionnel. Le site offre un exemple de développement organique d'une ville minière adaptée à la physionomie du terrain. Bien que modestes, bâtiments publics et privés forment un ensemble harmonieux grâce à l'utilisation cohérente de matériaux locaux et de techniques vernaculaires.

Les origines de la ville de Goiás sont étroitement liées à l'histoire des expéditions, plus ou moins officielles (bandeiras ), parties de São Paulo pour explorer l'intérieur du territoire du Brésil. L'une d'entre elles, menée par Fernando Dias Pais, explora la région du Minas (1673-1681), tandis qu'une autre, sous le commandement de Bartolomeu Bueno da Silva, pénétra celle de Goiás (1682), et y découvrit de l'or. Les guerres menées le long des côtes ramenèrent l'attention vers l'intérieur du pays, et l'on trouva à nouveau de l'or à Cuiabá et au Rio Vermelho (mines de Goiás).

Pour s'assurer un meilleur contrôle des mines de Goiás, les autorités portugaises décidèrent de renforcer le gouvernement régional. En 1739, le gouverneur de São Paulo porta son choix sur Santana, qui prit le nom de Vila Boa de Goiás. La taille du village minier fut alors doublée par l'adjonction d'un petit quartier administratif. En 1748, Goiás fut choisie comme quartier général d'un nouveau sous-district dont le premier gouverneur fut Dom Marcos de Noronha (1749-1755), qui transforma le modeste village en une petite capitale. Ses premières constructions furent la casa de Fundição (1750), où se faisait le contrôle de l'or, le palais du gouverneur et les quartiers militaires. La ville continua à s'étendre, notamment avec la construction de la casa de Câmara e Cadeia , l'amélioration des rues et des routes, la construction des fontaines de Carioca et de Chafariz de Cauda, et l'inauguration d'un théâtre. En 1782, le gouverneur mit au point un plan directeur pour la ville, qui lui conféra sa physionomie actuelle. En 1770, le déclin de l'exploitation de l'or débuta et Goiás entra dans une longue période de stagnation. En 1935-1937, la ville perdit son statut administratif, mais son paysage urbain demeura intact.

La ville de Goiás est construite entre deux séries de collines le long d'une petite rivière, le Rio Vermelho. La rive droite de la rivière forme un ensemble clos par rapport aux collines nord-ouest ; son caractère populaire est souligné par la présence de l'église du Rosario, qui était traditionnellement réservée aux esclaves. La rive gauche, limitée par les collines au sud-est, est réservée aux groupes d'édifices les plus représentatifs, y compris l'église paroissiale (aujourd'hui la cathédrale) de Santana, le palais du gouverneur, les casernes, la casa de Fundição  ; elle s'étend jusqu'à la Plaça do Chafariz et remonte la colline de Chapeu do Padre. C'est également là que se trouve le quartier historique résidentiel, et une place de marché caractéristique.

La ville se distingue par l'harmonie de son architecture, due aux proportions et à la morphologie de ses édifices. L'histoire de sa construction peut également être lue comme une variation de style, depuis l'architecture classique du XVIIIe  siècle jusqu'à l'architecture ecclésiastique du XIXe  siècle.

Goiás a traversé une longue période de stagnation entre le XIXe  siècle et l'époque actuelle. Son paysage n'a donc pas subi de changements importants depuis cette date, à l'exception de la reconstruction de l'église du Rosario en style néogothique en 1933. Pour le reste, elle offre un remarquable exemple de ville minière des XVIIIe et XIXe  siècles demeurée intacte au cœur de son environnement naturel.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les origines de la ville de Goiás sont étroitement liées à l'histoire des expéditions d'aventuriers plus ou moins officielles (bandeiras), parties de São Paulo pour explorer et exploiter l'intérieur du Brésil. Celle dirigée par Fern Dias Pais explora l'actuelle région de Minas (1673-1681) et une autre, avec à sa tête Bartolomeu Bueno da Silva, explora l'actuelle région de Goiás (1682), y trouvant un peu d'or. Toutefois, il en fut découvert en quantités beaucoup plus importantes dans la région de Minas qui, dès 1700, attira un afflux d'aventuriers. La population du Brésil passe en quelques années de 80 000 à plus d'un million d'habitants. Du fait des guerres dans les régions côtières, la population se tourne de nouveau vers l'intérieur des terres ; en 1718, de l'or est trouvé à Cuiabá (actuelle capitale du Mato Grosso) et, trois ans plus tard, le fils de Bartolomeu Bueno en découvre dans le rio Vermelho, avant d'être nommé surintendant des mines de Goiás. L'année suivante, il fonde l'établissement de Santana, où une chapelle est construite en 1729.

Afin de mieux contrôler les mines de Goiás, les autorités portugaises décident de renforcer le gouvernement régional. En 1739, le gouverneur de São Paulo choisit Santana, qui prend le nom de Vila Boa de Goiás. Le village d'orpailleurs se double d'une petite bourgade administrative et multiplie par deux sa population. En 1748, Goiás devient le siège d'une nouvelle capitainerie. Le premier gouverneur en est Dom Marcos de Noronha (1749-1755), qui transforme la modeste bourgade en petite capitale. Parmi les premières constructions figurent la Casa de Fundiçao (1750), où est contrôlé l'or, le palais du Gouverneur (1751) et la Caserne (1751). Les gouverneurs se succèdent, chacun apportant une amélioration à la ville : ils édifient la Casa de Câmara e Cadeia (1761), reconstruisent les routes et les rues, construisent les fontaines Carioca et Chafariz de Cauda, et ouvrent un théâtre (1772-1777). Le gouverneur Luis da Cunha Meneses (1778-1783) arborise la ville, promulgue des mesures d'alignement des rues, aménage la grande place de Chafariz, ouvre un abattoir public (1778-1783). Il fait également dresser un plan directeur de la ville (1872) et donne à la ville la structure que nous lui connaissons.

Mais à partir de 1770 commence l'inexorable décadence de l'exploitation de l'or, et Goiás entre dans une longue période de stagnation. Si elle conserve son statut de capitale, elle reste loin derrière Rio de Janeiro et ne progresse plus. En 1935-1937, son statut administratif lui est enlevé, mais le paysage urbain conserve son apparence intacte. En 1950, l'IPHAN, l'autorité en charge de la conservation au Brésil, classe comme monuments historiques ses principales églises et sa caserne et, en 1951, la Casa da Camara, le palais et les principaux quartiers du centre. En 1960, l'inauguration de la nouvelle capitale brésilienne, Brasilia, apporte à toute la région un formidable élan. Goiás retrouve, à partir des années 1980, le chemin du développement, avec de nouvelles constructions. Heureusement, l'IPHAN a classé monument historique tout le centre ville en 1978.

Source : évaluation des Organisations consultatives