jump to the content

Assise, la Basilique de San Francesco et autres sites franciscains

Assisi, the Basilica of San Francesco and Other Franciscan Sites

Assisi, a medieval city built on a hill, is the birthplace of Saint Francis, closely associated with the work of the Franciscan Order. Its medieval art masterpieces, such as the Basilica of San Francesco and paintings by Cimabue, Pietro Lorenzetti, Simone Martini and Giotto, have made Assisi a fundamental reference point for the development of Italian and European art and architecture.

Assise, la Basilique de San Francesco et autres sites franciscains

Assise, ville médiévale édifiée sur une colline, est le lieu de naissance de Saint François et elle est étroitement associée au travail de l'Ordre des franciscains. Ses chefs-d'œuvre de l'art médiéval - basilique Saint-François et peintures de Cimabue, Pietro Lorenzetti, Simone Martini et Giotto - ont fait d'Assise une référence fondamentale du développement artistique et architectural de l'Italie et de l'Europe.

أسيزي، بازيليك القديس فرنسيس ومواقع فرنسيسكانية أخرى

أسيزي مدينة من القرون الوسطى شيِّدت على هضبة وشهدت ولادة القديس فرنسيس وهي متصلة اتصالاً وثيقًا بعمل الرهبنة الفرنسيسكانية. كما أن تحفها الفنية العائدة إلى القرون الوسطى – كبازيليك القديس فرنسيس، ورسوم تشيمابوي، وبييترو لورنزيتّي، وسيموني مارتيني ودجوتو– جعلت من المدينة مرجعًا أساسيًا للتطور الفني والمعماري في إيطاليا وأوروبا.

source: UNESCO/ERI

阿西西古镇的方济各会修道院与大教堂

阿西西古镇是建在山上的中世纪城市,它是方济各会的创始者意大利人圣方济各(Saint Francis)的出生地,与方济各会的建筑密切联系。这里有许多中世纪的艺术杰作,例如圣方济各大教堂,意大利画家契马布埃(Cimabue)、西蒙纳·马蒂尼(Simone Martini)、洛伦泽蒂(Pietro Lorenzetti)、乔托(Giotto)等大师的绘画作品。这些杰作使得阿西西古镇成为研究意大利以及欧洲艺术和建筑发展的一个重要参考。

source: UNESCO/ERI

Базилика Св. Франциска и другие францисканские памятники в городе Ассизи

Построенный на холме средневековый город Ассизи, родина Св. Франциска, находился в тесной связи с деятельностью францисканского ордена. Его шедевры средневекового искусства, такие как базилика Сан-Франциско, росписи Чимабуэ, Пьетро Лоренцетти, Симоне Мартини и Джотто, сделали Ассизи основной отправной точкой в развитии итальянского и европейского искусства и архитектуры.

source: UNESCO/ERI

Asís, la basílica de San Francisco y otros sitios franciscanos

Edificada en lo alto de una colina, la ciudad medieval de Asís, lugar natal de San Francisco, está estrechamente vinculada a la obra de la orden religiosa fundada por éste. Sus obras maestras del arte medieval –la basílica de San Francisco y las pinturas de Cimabue, Pietro Lorenzetti, Simone Martini y Giotto– hicieron de esta ciudad un elemento de referencia fundamental para el desarrollo de las artes y la arquitectura en Italia y Europa.

source: UNESCO/ERI

アッシージ、聖フランチェスコ聖堂と関連遺跡群

source: NFUAJ

Assisi, de Basiliek van San Francesco en andere Franciscaanse gebieden

Assisi is een middeleeuwse stad gebouwd op een heuvel en de geboorteplaats van de heilige Franciscus, stichter van van de Franciscaanse kloosterorde. De middeleeuwse meesterwerken in de stad, zoals de basiliek van San Francesco en schilderijen van Cimabue, Pietro Lorenzetti, Simone Martini en Giotto, hebben Assisi tot fundamenteel referentiepunt gemaakt wat betreft de ontwikkeling van Italiaanse en Europese kunst en architectuur. Het is een uniek voorbeeld van de continuïteit van een stadsheiligdom in zijn natuurlijke omgeving, van zijn Umbrisch-Romeinse en middeleeuwse oorsprong tot het heden. Dit komt tot uiting in het culturele landschap, de religieuze ensembles, communicatiesystemen en traditioneel landgebruik.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Assisi, the Basilica of San Francesco and Other Franciscan Sites (nomination file) © UNESCO
Justification d'inscription

Critère (i) : Assise représente un ensemble de chefs d’oeuvre du génie créateur humain, tels que la basilique Saint-François, qui en ont fait une référence fondamentale pour l’histoire de l’art en Europe et dans le monde.

Critère (ii) : La diffusion du message artistique et spirituel de l’Ordre des franciscains a contribué de façon significative aux développements de l’art et de l’architecture dans le monde.

Critère (iii) : Assise représente un exemple unique de continuité d’une ville sanctuaire dans son environnement naturel depuis ses origines ombro-romaines et médiévales jusqu’à nos jours, représentée dans le paysage culturel, les ensembles religieux, les systèmes de communication et l'occupation traditionnelle des sols.

Critère (iv) : La basilique Saint-François est un exemple remarquable d’un type d’ensemble architectural qui a influencé de façon significative le développement de l’art et de l’architecture.

Critère (vi) : Assise, lieu de naissance de l’ordre des franciscains, a été étroitement associé depuis le Moyen-Âge au culte et à la diffusion du mouvement franciscain dans le monde, délivrant un message universel de paix et de tolérance même à l’égard des autres religions et croyances.

Description longue

Assise est un exemple unique de continuité d'une ville-sanctuaire et de son environnement depuis son origine ombrienne, romaine et médiévale jusqu'à l'époque actuelle, dont témoignent son paysage culturel, ses ensembles sacrés, son système de communications et son exploitation traditionnelle de la terre. La basilique San Francesco est un exemple remarquable d'un type d'ensemble architectural qui a profondément influencé le développement de l'art et de l'architecture. La diffusion du message spirituel et artistique de l'Ordre franciscain a exercé une influence considérable sur le patrimoine culturel du monde entier.

La ville d'Assise est construite sur les pentes de la colline d'Asio, au pied de la montagne de Subasio. Elle occupe un site allongé, s'étendant du sud-est au nord-ouest ; le plan roman de la ville a été établi sur une série de terrasses.

L'événement le plus important de l'histoire d'Assise au Moyen Âge est assurément la vie et l'œuvre de saint François (1182-1226), qui créa l'Ordre franciscain et fut canonisé en 1228. Son amie Claire, canonisée plus tard, fonda l'Ordre des sœurs franciscaines. Après la canonisation de saint François, on décida de construire une église monumentale en son honneur, et plus tard la basilique Santa Chiara, en l'honneur de Claire. La construction de la basilique San Francesco commença en 1228. On accède à la basilique inférieure par un magnifique portique gothique ; son intérieur est entièrement peint à fresques dont les plus anciennes datent de 1253 et sont l'œuvre d'un artiste anonyme, connu sous le nom de Maestro di San Francesco. Ce cycle pictural comporte aussi des allégories attribuées à Giotto et à son école, dans le presbytère, la Vierge à l'Enfant en trône de Cimabue et la Crucifixion de Giotto, les peintures de Pietro Lorenzetti et de ses assistants, ainsi que la chapelle San Martino, de Simone Martini. La basilique supérieure présente une magnifique façade de calcaire blanc, à l'est, dont le centre est occupé par une grande rosace. À l'intérieur, ses murs sont décorés d'une série de peintures en rapport avec la foi et la vie du saint.

L'église San Rufino, qui date probablement du VIIIe  siècle, a été reconstruite comme cathédrale par l'évêque Ugone vers 1036. Sa façade occidentale est un chef-d'œuvre de l'architecture romane ombrienne, en relation avec la cathédrale et l'église San Pietro à Spolète. L'intérieur de l'église a été complètement restructuré par Galeazzo Alessi en 1571, dans un style dépouillé de la Renaissance. La construction de la basilique en l'honneur de sainte Claire commença en 1257, sous la direction de Fra' Filippo da Campello. Son extérieur se caractérise par trois imposants arcs-boutants et par le campanile situé près de l'abside. Le plan de l'église se fonde sur la croix latine, et tout l'intérieur est décoré par un cycle de fresques représentant la légende de sainte Claire, de la main de différents artistes. Construite à l'origine à l'extérieur des murs de la ville, l'abbaye bénédictine de San Pietro est mentionnée à partir de 1029 ; au milieu du XIIe  siècle, elle adopta la réforme de Cluny et passa ensuite aux Cisterciens. Son intérieur est austère, divisé en trois nefs par des piliers massifs. Le temple romain, que l'on pense consacré à Minerve, est relativement bien conservé ; transformé d'abord en église, il fut ensuite utilisé comme prison. L'édifice est redevenu une église en 1456, dédiée à Santa Maria della Minerva en 1539.

Les Carceri se trouvent dans une vallée du mont Subasio ; c'était à l'origine une série de grottes occupées par saint François et par ses compagnons. Du XVe  siècle au début du XIXe  siècle, un petit couvent fut peu à peu construit sur le site de la grotte du saint. San Damiano est un complexe monastique essentiel pour comprendre l'itinéraire mystique de saint François, de même que le couvent de sainte Claire, où mourut celle-ci. Santa Maria degli Angeli est une église de la Renaissance dessinée par Galeazzo Alessi au XVIe  siècle pour abriter la chapelle de la Porziuncola, le site d'où saint François envoya ses compagnons en mission et où il mourut. Les trois chapelles conservées contiennent d'importantes peintures anciennes, et sont soigneusement conservées comme des reliques sacrées. Le sanctuaire de Rivotorto renferme un petit complexe médiéval, préservé comme une relique, et rattaché au site d'un pèlerinage franciscain.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le plan romain de la ville est basé sur un ensemble de terrasses, dont la construction commença dans la partie nord-est de la ville (près de San Rufino), s'étendant par la suite vers l'ouest. Culturellement, cette région appartenait à l'Ombrie bien qu'elle fut à la frontière de l'Étrurie. De nombreuses découvertes archéologiques montrent en effet que de la ville fut fondée durant la période ombrienne et qu'elle fut ensuite colonisée par les Romains. Parmi les monuments romains se trouve le temple de Minerve qui fut construit entre le début du Ier siècle av. J.-C. et l'époque d'Auguste. Il fait partie d'un sanctuaire important dans la zone du forum, au côté de théâtres, de bains et d'autres bâtiments publics. Les anciens murs de la ville avaient une longueur d'environ 2300 m, entourant une zone de 55 ha, avec de vastes étendues non-édifiées à l'intérieur. L'ampleur du site et le fait qu'on lui ait accordé le municipium en 89 av. J.-C. prouvent non seulement son rôle en tant que centre religieux mais aussi son importance politique et économique. À partir du IIIe siècle de notre ère, la ville se développa peu jusqu'au nouveau millénaire. Le site continuait néanmoins d'être associé à la religion. Le développement et la diffusion du christianisme caractérisent profondément l'ensemble, en association étroite avec les rituels antiques et les traitements thérapeutiques thermaux. Les premiers martyrs chrétiens furent mis à mort dans l'eau et, selon la légende, l'Évêque Rufino fut l'un d'entre eux.

Après la période des invasions barbares, qui provoquèrent une réduction considérable de la population, la réorganisation régionale d'Assise se caractérisa par l'affirmation du christianisme qui reprit les sites associés à l'eau et au martyre des saints. L'eau devint le symbole de la vie après la mort, et son contrôle prit un caractère liturgique. Le territoire fut redessiné selon une trame d'établissements religieux, de centres monastiques, autour desquels se fixait la population, comme autour de San Vittorino et San Benedetto, et d'ermitages, par exemple le Carceri. La région fut soumise à de profonds changements entre le XIe et le XIIe siècle lorsque les propriétés terriennes appartenant à de puissantes seigneuries passèrent aux mains d'artisans et de négociants. Cette mutation s'accompagna de nouvelles pratiques de culture et d'un déboisement, témoignant d'un nouveau dynamisme du marché. De nombreux châteaux furent construits dans la campagne et dans les collines où de nouveaux territoires furent mis en culture. On assista à de nouveaux aménagements ruraux et à la construction de bâtiments caractéristiques de l'Ombrie, notamment les maisons-tours, qui caractérisent encore aujourd'hui le patrimoine architectural et paysager d'Assise.

Du XIe au XIVe siècle, la ville ancienne d'Assise subit d'importants changements. La ville se développa autour de quatre noyaux principaux : la Piazza del Mercato, le Murorupto, Sainte-Marie-Majeure et San Rufino. Le quartier du marché devint celui des familles nobles, il compte de nombreuses églises (San Nicolo, San Paolo, Sant'Agata). La citadelle épiscopale fut édifiée près de l'ancienne cathédrale Sainte-Marie-Majeure. San Rufino fut élevée au rang de cathédrale au XIe siècle puis reconstruite au XIIIe siècle. En 1260 et en 1316, les murs de la ville furent agrandis, témoignant d'un accroissement démographique.

L'événement le plus important de l'histoire médiévale d'Assise fut assurément la vie et l'oeuvre de saint François d'Assise (1182-1226) qui fonda l'ordre des Franciscains, un des ordres monastiques les plus influents du monde Chrétien, et fut canonisé en 1228. François naquit à Assise et bien qu'il ait beaucoup voyagé, certains des témoignages-clés de sa foi se trouvent à Assise, en particulier les grottes des Carceri, de Saint-Damien et de Porziuncola où il mourut. Claire, sa contemporaine et amie, canonisée par la suite, fonda l'ordre des soeurs franciscaines. Après la canonisation de saint François, l'église de Rome et la ville d'Assise décidèrent de construire une église monumentale en son honneur. Cette construction fut suivie par celle de la Basilique Sainte- Claire en l'honneur de sainte Claire.

La construction des deux basiliques, Saint-François et Sainte-Claire, apporta un renouveau urbanistique à la ville et transforma la physionomie de l'ancien petit centre médiéval. La place centrale fut agrandie à l'emplacement de l'ancien Forum où se trouve le temple de Minerve. La construction de la basilique Saint-François, en particulier, transforma le symbole d'humilité franciscain en une exaltation de la figure du saint et permit ainsi à l'ordre d'affirmer sa mission dans le monde. Au XIVe siècle, les murs d'enceinte furent de nouveau agrandis, la forteresse de la Rocca sur la colline fut reconstruite ainsi que d'autres châteaux afin de protéger les intérêts de la papauté dans la région.

Les événements sociaux et politiques dans la période allant du XVe siècle au XVIIIe siècle marquèrent Assise et se traduisirent par de nouvelles constructions ainsi que l'assèchement des marais et l'amélioration de la gestion des terres arables. Aux XIVe et XVe siècles, Assise fut en guerre contre la ville de Pérouse, elle fut aussi le lieu de conflits continuels entre les Guelfes et les Gibelins et la proie de nombreux saccages et incendies. Durant cette période, l'importance symbolique d'Assise en référence à saint François ne perdit pourtant pas sa force. Le premier plan détaillé de la ville qui nous soit parvenu, établi par Giacomo Lauro en 1599, indique Assise comme étant la patrie de saint François. Vers la fin du XVe siècle, le projet urbain le plus important fut la construction des places publiques devant la basilique Saint-François. Au XVIe siècle, Galeazzo Alessi dessina la grande basilique Sainte-Marie-des-Anges, en contrebas dans la vallée pour renfermer le refuge du Porziuncola de saint François. De même, il restructura la cathédrale San Rufino et conçut le tabernacle de l'église inférieure de la basilique Saint- François. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la ville continua de se développer et de nombreuses familles nobles construisirent des palais baroques. Au XVIIe siècle, l'architecte Giacomo Giorgetti construisit l'église Saint- François Convers.

Au XIXe siècle, la découverte des corps de saint François et de sainte Claire donna un nouvel essor aux activités de construction, incluant la restauration des couvents Saint- Damien et Santa Maria di Rivotorto. Le centre d'Assise connu quelques modifications, notamment le nouveau bureau de poste sur la piazza del Comune. Après la Seconde Guerre mondiale, le renouveau de l'intérêt pour Assise incita à la protection de la ville historique et de ses environs. En 1954, Assise fut l'objet du premier plan directeur de conservation dans l'Italie d'après-guerre. En même temps, la totalité du territoire de la commune fut déclarée zone de protection de la nature.

Source : évaluation des Organisations consultatives