English Français
Aidez maintenant !

Île monastique de Reichenau

Monastic Island of Reichenau

The island of Reichenau on Lake Constance preserves the traces of the Benedictine monastery, founded in 724, which exercised remarkable spiritual, intellectual and artistic influence. The churches of St Mary and Marcus, St Peter and St Paul, and St George, mainly built between the 9th and 11th centuries, provide a panorama of early medieval monastic architecture in central Europe. Their wall paintings bear witness to impressive artistic activity.

Île monastique de Reichenau

L'île de Reichenau, sur le lac de Constance, conserve les vestiges d'un monastère bénédictin, fondé en 724, qui a connu un remarquable rayonnement spirituel, intellectuel et artistique. Les églises Sainte-Marie et Marcus, Saint-Pierre et Saint-Paul, et Saint-Georges, édifiées en majeure partie entre le IXe et le XIe siècle, offrent un panorama de l'architecture monastique du début du Moyen Age en Europe centrale. Leurs peintures murales attestent d'une impressionnante activité artistique.

جزيرة رايخيناو الرهبانية

تحتفظ جزيرة رايخيناو الواقعة على بحيرة كونستانس ببقايا دير لرهبان البينيدكتيين تأسس في العام 724وعرف إشعاعاً روحياً وفنياً وفكرياً كبيراً جداً. وتقدّم كنائس القديسة مريم وماركس والقديس بطرس والقديس بولس والقديس جاورجيوس، التي شيّدت في غالبيتها بين القرنين التاسع والحادي عشر، بانوراما عن الهندسة المعمارية الرهبانية التي تعود إلى بدايات العصور الوسطى في أوروبا الوسطى. وتشهد جدرانياتها على النشاط الفني الكبير.

source: UNESCO/ERI

赖谢瑙修道院之岛

德国康斯坦茨湖(Lake Constance)中的赖谢瑙岛上完好地保存着贝纳迪克汀修道院(Benedictine monastery)的历史遗迹。该修道院建于公元724年,在宗教、认知和艺术方面都曾有过巨大影响。岛上的圣玛丽与马库斯教堂、圣彼得教堂、圣保罗教堂和圣乔治教堂都建于公元9世纪至11世纪之间,为中世纪早期的修道院式建筑提供了一幅可贵的全景图。教堂里的壁画则是各种影响深远的艺术活动的见证。

source: UNESCO/ERI

Монастырский остров Райхенау

На острове Райхенау на Боденском озере сохранились остатки бенедектинского монастыря, основанного в 724 г. и имевшего большое духовное, интеллектуальное и художественное влияние. Церкви Св. Марии и Марка, Св. Петра и Павла и Св. Георгия, в основном построенные в IX-XI вв., создают картину монастырской архитектуры раннего средневековья в Центральной Европе. Их настенные росписи являются образцами высокого художественного мастерства.

source: UNESCO/ERI

Isla monástica de Reichenau

Situada en el lago Constanza, la Isla Reichenau conserva vestigios de un monasterio benedictino, fundado en el año 724, que ejerció una gran influencia espiritual, intelectual y artística. Las tres iglesias de Santa María y San Marcos, San Pedro y San Pablo, y San Jorge, construidas entre los siglos IX y XI, ofrecen una visión de conjunto de la arquitectura monástica medieval de Europa Central. Sus numerosos murales atestiguan la existencia de una extraordinaria actividad artística.

source: UNESCO/ERI

僧院の島ライヒェナウ
ドイツ南西部、コンスタンツ湖に浮かぶライヒェナウ島。最初の修道院は724年に創立されたベネディクト会修道院で、簡素なホール式教会と修道士集会所の遺構がある。ほかに9~11世紀に建設された聖マリア大聖堂、聖ペテロ教会、聖パウロ教会、聖ゲオルク修道院などもある。さながら中央ヨーロッパにおける中世初期の修道院・教会建築のパノラマの観を呈している。中世初期における修道院文化の重要な中心地であった。

source: NFUAJ

Kloostereiland Reichenau

Het eiland Reichenau in het Bodenmeer bewaart de sporen van het Benedictijner klooster, dat in 724 werd gesticht en een opmerkelijke geestelijke, intellectuele en artistieke invloed uitoefende. De kerken van Maria en Marcus, Petrus en Paulus, en Gregorius, die voornamelijk tussen de 9e en 11e eeuw gebouwd zijn, zorgen voor een panorama van vroege middeleeuwse kloosterarchitectuur in Centraal-Europa. Hun muurschilderingen getuigen van een indrukwekkende artistieke activiteit. Het klooster van Reichenau was een artistiek centrum van grote betekenis voor de geschiedenis van de kunst in Europa in de 10e en 11e eeuw, zoals te zien is aan zijn muurschilderingen en ornamenten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Île monastique de Reichenau
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’Île monastique de Reichenau, située sur le lac de Constance, dans le sud-ouest de l’Allemagne, est un chef-d’œuvre du génie créatif humain, l’ensemble des trois églises implantées sur l’île monastique constituant un exemple exceptionnel de groupe intégré d’églises médiévales conservant des éléments d’architectures carolingienne, ottonienne et salienne, significatifs dans l’histoire de l’architecture. Important centre artistique en son temps, comme le montrent superbement ses monumentales peintures murales et ses enluminures, le monastère bénédictin est d’une grande importance pour l’histoire de l’art dans l’Europe des Xe et XIe siècles.

Exceptionnels par leur dimension et leur excellent état de conservation, la croisée, les transepts et le chœur de la basilique carolingienne cruciforme de Mittelzell, consacrée en 816, sont un exemple majeur de ce type particulier de croisée (ausgeschiedene Vierung) en Europe. Tout aussi remarquables, les vestiges qui nous sont parvenus du monastère carolingien avec son système de chauffage conçu selon d’anciens exemples romains. Les transepts et l’abside de l’église Sainte-Marie et Marc (1048), reliés aux parties carolingiennes par la nef, revêtent un intérêt tout aussi important au sein de l’histoire de l’architecture européenne. Les peintures murales de l’abside de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul à Niederzell sont d’une qualité exceptionnelle et constituent une des plus anciennes représentations du Christ en majesté encore existantes au nord des Alpes. Les fresques qui décorent la nef de l’église Saint-Georges à Oberzell, remarquables sur le plan artistique, sont le seul exemple au nord des Alpes d’une série complète et amplement préservée de peintures murales pittoresques antérieures à l’an mille.

Critère (iii) : Les vestiges de l’ensemble de Reichenau attestent de manière exceptionnelle de la fonction religieuse et culturelle d’un grand monastère bénédictin au début du Moyen-Âge.

Critère (iv) : Les églises de l'île de Reichenau, qui conservent des éléments remarquables de plusieurs étapes de construction, offrent des exemples éminents de l'architecture monastique du IXe au XIe siècle en Europe centrale.

Critère (vi) : Le monastère de Reichenau a constitué un foyer artistique extrêmement significatif pour l’histoire de l’art en Europe aux Xe et XIe siècles, comme cela est brillamment illustré par sa peinture monumentale et ses enluminures. 

Intégrité

Tous les éléments nécessaires pour exprimer sa valeur universelle exceptionnelle sont présents dans les édifices disséminés à travers l’île, un héritage de la structure socio-économique du Moyen-Âge, qui a façonné la silhouette de l’ensemble.

Authenticité

Les îlots d’habitations ne constituent de véritables groupes de bâtiments, une caractéristique qui a persisté même après la sécularisation et la vague de construction qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale. L’architecture séculaire est dominée par certaines modifications récentes et/ou constructions contemporaines. Toute structure originale qui a survécu a été révélée ou est accessible à la recherche architecturale. Les sites de conservation de la nature désignés pour séparer les secteurs de construction récente des terres agricoles (désormais largement dédiées aux serres) aident à donner une idée de l’aspect original de l’île. Les reconstructions de style médiéval caractéristiques du XIXe siècle, qui ont porté atteinte aux ajouts renaissants et baroques, ont largement été éliminées. Cette pratique a par conséquent réduit la complexe stratification historique de ces édifices, en particulier leurs intérieurs. Tandis que les surfaces architecturales des églises de Reichenau ont été entièrement remaniées et simplifiées, pour se conformer à l’image conventionnelle de l’architecture religieuse médiévale, l’authenticité des remarquables peintures murales dans les églises est, toutefois, un élément positif. 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les trois églises, les bâtiments monastiques et dix autres constructions sur l’île ont été désignés monuments culturels de valeur exceptionnelle en vertu de la Loi sur la protection des monuments culturels du Land de Bade-Württemberg (Denkmalschutzgesetz Baden-Württemberg du 25 mai 1971, révisée le 25 avril 2007). Cette même loi protège soixante-dix autres biens désignés monuments culturels. Selon les dispositions de cette loi, tout projet de construction ou toute modification apportée à un monument culturel doit être soumis à l’administration en charge de la protection des monuments historiques de Bade-Württemberg (division de Freiburg im Breisgau), représentée au niveau local par l’administration du district de Constance. Les monuments culturels de valeur exceptionnelle bénéficient d’une autre protection en étant inscrits sur l’Inventaire des monuments (Denkmalbuch), qui s’applique aux cas de reconstruction ou extension de ces monuments. Dans ces cas, une autorisation doit être obtenue pour tout projet affectant l’environnement d’un monument inscrit, si cet environnement est d’une importance particulière pour le monument.

La propriété des édifices religieux présents sur l’île de Reichenau est partagée entre diverses institutions. L’abbaye de Sainte-Marie et Marc et le presbytère à Mittelzell appartiennent à la paroisse Notre-Dame, l’Hôtel de ville au Conseil municipal de Reichenau, l’église Saint-Georges à l’Église catholique du Fonds Saint-Georges et l’église Saint-Pierre et Paul au Fonds de l’Église catholique. La plupart des autres édifices de l’île sont de propriété privée. La protection des biens détenus par le Land de Bade-Württemberg relève du Regierungspräsidium de Fribourg et du Landesamt für Denkmalpflege im Regierungspräsidium Stuttgart, en liaison avec l’administration fédérale des biens.

L’augmentation du nombre de visiteurs dans la célèbre église Saint-Georges, à l’origine d’une modification des conditions climatiques intérieures, s’avère problématique. L’augmentation de l’humidité, avec pollution et formation de moisissures concomitantes, provoque d’importants dommages sur les biens du patrimoine culturels, notamment sur les fresques ottoniennes. Depuis le début des années 1980, les conditions climatiques à l’intérieur de Saint-Georges ont été enregistrées de manière continue. En coopération avec l’université technique de Darmstadt – aujourd’hui université de Stuttgart, Institut des Matériaux d’Architecture –, le Landesamt für Denkmalpflege réalise un suivi très précis des fresques ottoniennes pour analyser le climat intérieur, les impacts microclimatiques, les déplacements d’air, l’influence du rayonnement et l’influence des visites sur le microclimat. Les données collectées servent à étayer un concept et de nouvelles stratégies d’optimisation du climat intérieur, de même qu’à mettre en place une stratégie visant à contrôler l’accès des visiteurs (gestion des visiteurs). La gestion des visiteurs pour Saint-Georges prévoit de remplacer les visites individuelles par des visites guidées lors des saisons critiques.

En consultation avec la communauté politique, l’Organisation de la préservation du patrimoine culturel a conçu un programme de développement envisageant un développement immobilier prudent, afin de traiter tout risque de pressions due aux aménagements, notamment aux implantations de serres.

Plusieurs secteurs de l’île de Reichenau (quelque 230 ha sur une superficie totale de 460 ha) ont été désignés réserves naturelles en vertu de la Loi sur la conservation de la nature de Bade-Württemberg (Naturschutzgesetz Baden-Württemberg) du 13 décembre 2005, révisée le 17 décembre 2009. De plus, la Loi fédérale sur la conservation de la nature (Bundesnaturschutzgesetz) du 29 Juillet 2009, révisée le 28 Juillet 2011, protège les paysages d’intérêt culturel historique, ce qui inclut les environs des monuments inscrits. Les dispositions du Code de la construction (Baugesetzbuch du 23 septembre 2004, révisé le 22 Juillet 2011) concernant la conservation de la nature et la protection des paysages et monuments s’appliquent à plusieurs secteurs sensibles de l’île, tandis que les règlementations en matière de construction du Land de Bade-Württemberg (Landesbauordnung für Baden-Württemberg du 8 août 1995, révisées le 17 décembre 2009) s’appliquent à l’ensemble de l’île. Les divers plans de développement pour la municipalité de Reichenau, le district de Constance et le plan régional fixent des restrictions strictes en matière de développement de nouvelles constructions, destinées à encourager la préservation de l’organisation traditionnelle du paysage.

Il n’y a pas de zone tampon officielle pour le bien, mais son implantation sur l’île de Reichenau, au milieu de la partie nord du lac de Constance, offre une protection équivalente adéquate. Qui plus est, les bords du lac dans les environs (Gnadensee, Zellersee et Untersee) sont protégés par les législations allemande et suisse en matière de conservation de la nature et de planification.

La politique active et continue suivie par les administrations en charge de la protection des monuments historiques, de la conservation de la nature et des autorisations de construction, en vertu des dispositions légales en place, correspond aux exigences légitimes envers un plan de gestion prescrit. La politique garantit le contrôle de l’État sur la conservation des biens culturels et naturels sur l’île de Reichenau et la mise en œuvre continue des mesures de conservation et de restauration nécessaires. L’administration d’État pour la protection des monuments historiques est dotée d’un personnel hautement qualifié, garantissant le niveau professionnel de conception et d’exécution de toutes les mesures de conservation nécessaires requis pour un système de gestion approprié.

Description longue

Les vestiges de l'établissement de Reichenau témoignent de manière exemplaire du rôle culturel et religieux d'un grand monastère bénédictin du début du Moyen Âge. Le monastère de Reichenau fut un centre artistique de toute première importance pour l'histoire de l'art européen aux Xe et XIIe  siècles, comme l'illustrent magnifiquement ses peintures murales monumentales et les enluminures qui y ont été peintes. Ses églises renferment de remarquables témoignages de différentes étapes de sa construction, tout en offrant d'importants exemples d'architecture de l'Europe centrale entre le IXe et le XIe  siècle.

Pendant plus d'un millénaire, l'histoire de l'île de Reichenau, qui se trouve au nord du lac de Constance, a été étroitement liée à celle du monastère. Son premier abbé, Pirmin, reçut pour mission de construire un monastère en l'honneur de la Vierge Marie et des saints Pierre et Paul. Il supervisa la construction de la première abbaye, qui était un édifice en bois, à Mittelzell sur la rive nord de l'île, ainsi que celle d'un cloître formé de trois galeries contre le côté nord de l'église. La totalité de l'édifice fut peu à peu reconstruite en pierre à partir de 746. Le monastère reçut de généreuses donations en terrain et l'île, qui formait une partie intégrante du domaine de l'abbaye, fut mise en culture. Le monastère devint un centre célèbre d'enseignement et de création dans les domaines de la littérature, des sciences et des arts. L'église fut consacrée en 1048, en présence de l'empereur Henri II.

Egino, un ancien évêque de Vérone, bâtit à l'extrémité occidentale de l'île la première église Saint-Pierre, consacrée en 799 à Niederzell. L'église fut reconstruite à deux reprises, et légèrement altérée aux IXe et Xe  siècles. Les constructions du monastère se trouvent au nord, près du lac. Vers la fin du XIe  siècle et au début du XIIe  siècle, l'église fut rebâtie et ses deux tours orientales complétées dans le courant du XVe  siècle. Aujourd'hui consacrée à saint Pierre et à saint Paul, elle est devenue église paroissiale et a été décorée en style rococo au XVIIIe  siècle. L'abbé Heito III construisit l'église Saint-Georges à Oberzell, dans la partie orientale de l'île, en l'honneur de la relique de la tête de ce saint qu'il rapporta d'un voyage à Rome en 896, l'année de la consécration de l'église.

L'ancienne abbatiale Sainte-Marie à Mittelzell comporte trois nefs, et des transepts opposés. Elle a conservé son large transept oriental et sa tour rectangulaire occidentale, flanquée par d'étroits porches, sous laquelle se trouve l'abside. La nef du XIIe  siècle avec son plafond en bois donne dans le transept oriental, dont le croisement est marqué par quatre larges arcs identiques, et dans le chœur de l'église, consacré en 816, qui est sa partie la plus ancienne. Ce chœur de style gothique flamboyant est flanqué par la sacristie et par le trésor. Le monastère construit au sud dans le courant du XVIIe  siècle abrite aujourd'hui la mairie et le presbytère.

L'église Saints-Pierre-et-Paul à Niederzell est une structure romane à trois nefs qui s'achèvent, à leur extrémité orientale, par trois absides hémisphériques dissimulées dans le corps de bâtiment central, et flanquée de deux impressionnants clochers. L'abside centrale a conservé de belles peintures murales datant de 1104-1134, disposées sur trois registres. Une représentation du Christ en majesté, figuré dans une mandorle, est entourée par les symboles des Évangélistes, des saints patrons de l'église, et par des chérubins. Ce décor est surmonté par une file d'apôtres et, au-dessus encore, de prophètes. D'autres fragments de peintures murales du XIIe  siècle sont conservés ailleurs, notamment dans la chapelle nord, avec une représentation du cycle de la Passion.

Dans l'église Saint-Georges à Oberzell, un porche sur deux étages et l'abside occidentale datant du tout début de la période romane donnent accès à l'église carolingienne, formée de trois nefs et, à l'est, d'un chœur à l'architecture complexe, surmonté par une tour. Les murs de la nef sont décorés de remarquables peintures médiévales qui représentent les miracles du Christ. Chacune des scènes est encadrée de bandeaux décoratifs, tandis que des bustes sont peints entre les arcs, et des figures d'apôtres entre les fenêtres. La chapelle Saint-Michel, au premier étage du porche, est également décorée de peintures représentant la Cène.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Pendant plus d'un millénaire, l'histoire de l'île de Reichenau, située dans la partie septentrionale du lac de Constance, est intimement liée à celle du monastère.

L'acte de fondation de l'abbaye bénédictine de Reichenau date du 25 avril 724. Pirmin, son premier abbé, venant probablement de Meaux, fut chargé de construire un monastère en l'honneur de la Vierge et des saints apôtres Pierre et Paul. L'abbé Pirmin bénéficia sans doute des donations de princes Alamans bien que la tradition forgée au XIIe siècle fit remonter cette fondation au souverain carolingien Charles Martel (714-741). Il fit élever la première abbatiale de Mittelzell, un édifice en bois, sur la rive nord de l'île de Reichenau mais également un cloître à trois ailes accolé au flanc nord de l'église. L'ensemble fut reconstruit progressivement en pierre avant 746. L'église connut alors un rallongement considérable de sa nef unique précédée d'un porche et terminée par un choeur rectangulaire. Le choeur des moines et celui des laïcs étaient séparés.

Après des débuts modestes, l'abbaye prospéra sous l'autorité des abbés qui se distinguèrent en occupant des fonctions politiques, ecclésiastiques et en tant que précepteurs notamment auprès des empereurs carolingiens Charlemagne (768-814) et Louis le Pieux (814-840). Le monastère, étape privilégiée entre l'Allemagne et l'Italie, bénéficia de la protection des souverains carolingiens et ottoniens. Il obtint de généreuses donations en terres et l'île, partie intégrante du domaine, se consacra à l'agriculture. Le monastère devint un centre d'enseignement et de création littéraire (le poète Walafrid Strabon y fut abbé entre 838 et 849), scientifique (Hermann le Contrefait, 1013-1054) et artistique (école d'enluminure des Xe-XIe siècles et de peinture murale notamment) de grand renom.

Au retour d'un voyage à Byzance, l'abbé Heito fit rebâtir l'église abbatiale qui prit la forme d'une basilique cruciforme à trois vaisseaux où un module carré à la croisée du transept se répercute sur l'ensemble. Le choeur principal était constitué de deux hémicycles absidaux et la nef reçut un système de supports alternés. Ce nouvel édifice fut consacré en 816. Les bâtiments monastiques furent remaniés et leur nouvelle disposition servit de modèle au plan de Saint- Gall, plan idéal d'une abbaye bénédictine, élaboré à Reichenau vers 830.

Son successeur, l'abbé Erlebald (823-838) continua l'église vers l'ouest. L'arrivée en 830 des reliques de l'évangéliste saint Marc, apportées par l'évêque Ratolf de Vérone, inaugure l'acquisition d'autres reliques et la création de nouveaux autels. L'abbé Heito III (888-913) remplace l'antéglise par un choeur carré et un large transept occidental flanqué de deux tours. La nouvelle église occidentale fut placée sous le vocable de saint Marc. Une chapelle axiale ronde dédiée à la Sainte- Croix, fut érigée à l'est du choeur principal qui abrita les reliques du Précieux Sang. L'église de Heito fut transformée vers l'an 1000 et de nouveau au début du XIe siècle lorsque l'abbé Bernon (1008-1048) remplaça les parties occidentales par l'actuel transept, ouvert sur une abside logée dans l'épaisseur d'une tour rectangulaire. L'église fut consacrée le 24 avril 1048, en présence de l'empereur Henri III. Une nouvelle nef fut élevée au XIIe siècle qui reçut une nouvelle couverture à la suite d'un incendie en 1235. À l'est, un choeur gothique polygonal et une nouvelle sacristie remplacèrent la chapelle de la Sainte-Croix (1443- 1447). Par la suite, l'église reçut un nouveau jubé (1742) et une deuxième sacristie (1779).

Au milieu du XVe siècle, un mur sépara Mittelzell de l'agglomération d'agriculteurs, de vignerons, de pêcheurs et d'administrateurs du domaine qui se formait autour du monastère. Il passa sous l'autorité des évêques de Constance en 1542 et de nouveaux bâtiments monastiques furent élevés au sud de l'église (vers 1605-1610).

À la pointe occidentale de l'île de Reichenau, Egino, ancien évêque de Vérone, éleva la première église Saint-Pierre de Niederzell qui fut consacrée en 799. Cette église fut reconstruite à deux reprises et légèrement modifiée au IXe-Xe siècle avec l'agrandissement de l'abside et l'adjonction d'un porche à la nef. Les bâtiments monastiques se trouvaient au nord, assez près du lac. À la fin du XIedébut XIIe siècle, l'église à trois vaisseaux dépourvue de transept fut reconstruite et les deux tours orientales achevées au XVe siècle. Dédiée aux saints Pierre et Paul, elle devint église paroissiale et reçut un décor rococo au XVIIIe siècle.

L'abbé Heito III bâtit l'église Saint-Georges à Oberzell, sur la partie orientale de l'île, pour honorer la relique du chef du saint qu'il ramena d'un voyage à Rome en 896, année où l'église fut consacrée. Elle fut aussitôt reconstruite suivant un plan à trois vaisseaux avec une croisée surélevée, une crypte et un choeur carré. Un siècle plus tard, l'église fut ornée de peintures murales puis, entre le Xe et le début du XIe siècle, on éleva une grande abside occidentale percée d'un portail et précédée d'un porche. Plusieurs modifications intervinrent dans les siècles suivants : une tour fut élevée sur la croisée (1385) qui fut couverte d'une voûte (vers 1435), les deux bras transversaux furent transformés en sacristies, l'abside ouest reçut un nouveau décor (1708) et les fenêtres hautes furent agrandies.

Vingt-cinq églises et chapelles furent élevées dans toute l'île qui accueillit à partir du XIVe-XVe siècle des communautés de religieuses. La plupart de ces édifices démolis au XIXe siècle à la suite de la sécularisation des biens de l'évêque de Constance (1803) subsistent sous la forme de vestiges archéologiques. Les manuscrits et les archives de l'abbaye furent transférés à Karlsruhe et à la bibliothèque de l'Université de Heidelberg. Les vignobles et les fermes du monastère, divisés, furent vendus. Les activités agricoles traditionnelles comme la culture de la vigne et la pêche se maintinrent tandis qu'une centaine de nouvelles maisons furent bâties entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. En 1838-1839, une chaussée relia l'île de Reichenau à la terre ferme et à partir de la fin du siècle, l'île attira de nombreux artistes et intellectuels. De nos jours, la viticulture, l'horticulture et la culture des fruits représentent les activités principales de quelques centvingt fermes.

Source : évaluation des Organisations consultatives
Actualités rss (1)