jump to the content

Paysage agricole du sud d’Öland

Agricultural Landscape of Southern Öland

The southern part of the island of Öland in the Baltic Sea is dominated by a vast limestone plateau. Human beings have lived here for some five thousand years and adapted their way of life to the physical constraints of the island. As a consequence, the landscape is unique, with abundant evidence of continuous human settlement from prehistoric times to the present day.

Paysage agricole du sud d’Öland

La partie sud de l'île d'Öland, dans la mer Baltique, est dominée par un grand plateau calcaire. Les hommes vivent ici depuis quelque cinq mille ans et adaptent leur mode de vie aux contraintes physiques de l'île. Le paysage est, de ce fait, unique et témoigne abondamment d'une occupation humaine continue depuis la préhistoire jusqu'à nos jours.

المنظر الزراعي جنوب أولاند

تسيطر على الجزء الجنوبي من جزيرة أولاند في بحر البلطيق هضبة كلسية كبيرة. وأصبحت هذه المنطقة منذ 5000 عام مأهولة بالسكان الذي يكيّفون نمط حياتهم مع الصعوبات التي يواجهونها في الجزيرة، وهو ما يسبغ المنظر بالفرادة ويجعله شاهداً على التواجد البشري المستمر منذ عصور ما قبل التاريخ وحتى اليوم.

source: UNESCO/ERI

南厄兰岛的农业风景区

厄兰岛位于波罗的海,它的南部由一片巨大的石灰石高地构成。人类已经在此居住了五千年,他们的生活方式也已适应了岛上恶劣的自然环境。因此,岛上的风景显得极为独特,丰富的证据表明从史前时代到现在,一直有人类在此居住。

source: UNESCO/ERI

Сельский ландшафт в южной части острова Эланд

В южной части острова Эланд на Балтийском море доминирует обширное известняковое плато. Люди, жившие здесь около 5 тыс. лет назад, приспосабливались к природным условиям острова. Сформировавшийся в итоге уникальный ландшафт несет многочисленные следы проживания человека с доисторических времен и до наших дней.

source: UNESCO/ERI

Paisaje agrícola del sur de Öland

El sur de la isla báltica de Öland está dominado por una gran meseta calcárea en la que el hombre vive desde hace más de 5.000 años, adaptando su modo de vida a las condiciones naturales. El resultado de esa presencia humana es el excepcional paisaje del sitio, en el que abundan los testimonios de poblamientos continuos desde los tiempos prehistóricos hasta nuestros días.

source: UNESCO/ERI

エーランド島南部の農業景観

source: NFUAJ

Agrarisch landschap van Zuid-Öland

Het zuidelijk deel van het eiland Öland in de Oostzee wordt gedomineerd door een groot kalkstenen plateau. Ongeveer vijfduizend jaar hebben hier mensen gewoond die hun manier van leven aanpasten aan de fysieke beperkingen van het eiland. Het eiland bevat een overvloed aan aanwijzingen voor continue menselijke bewoning vanaf de prehistorie tot op heden en is daarmee uniek. Zuid-Öland is een uitstekend voorbeeld van menselijke bewoning waarbij optimaal gebruik is gemaakt van de diverse landschapstypen op een eiland. De middeleeuwse verkaveling toont hoe natuurlijke omstandigheden al in een vroeg stadium de omvang van de bebouwbare oppervlakte dicteerden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paysage agricole du sud d’Öland
Justification d'inscription

Critère (iv) : Le paysage du sud d’Öland tient ses formes contemporaines de sa longue histoire culturelle, s’adaptant aux contraintes physiques de la géologie et de la topographie.

Critère (v) : Södra Öland est un exemple exceptionnel d’établissement humain utilisant de façon optimale les types de paysages divers sur une seule île.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Södra Öland is an outstanding example of human settlement, making the optimum use of diverse landscape types on a single island. The medieval land division uniquely indicates how natural conditions dictated the extent of cultivable land at an early stage. This site takes its contemporary form from its long cultural history, adapting to the physical constraints of the geology and topography.

The island is a sedimentary formation, the uppermost surface of Ordovician limestone. The main topographical feature is Västra Landborgen. To the west there is a 3 km wide coastal plain, which contains the most fertile soils on Öland. On the east is Stora alvaret: half of this limestone pavement (one of the largest in Europe) is either exposed or covered by a thin calcareous soil, with other parts covered by raised beaches or lenses of sediment, sometimes overlaid by fen peat. The villages are almost entirely located along Västra Landborgen, and there is a large number of archaeological sites from the prehistoric period. The interaction between man and the natural environment in the south of Öland is of unique universal value. The continuity of land use goes back to the Stone Age, when people began farming this area. The use made of the land has not changed significantly since then, with arable farming and animal husbandry remaining the principal economic activity.

The present-day land division, with linear villages in 'lawful location', is easily discernible, and the division can be clearly perceived between infields and outfields, a division that has been constant since the medieval period, by which time all the available farmland was in use. The outfields are still being used as pasturage. Together the linear villages, infields, coastland and limestone pan make up a unique agricultural landscape possessed of great cultural and natural values of more than 1,000 years' continuity. This living agricultural community also includes a residual Iron Age landscape, as well as abundant traces of the Stone Age and Bronze Age.

Stora alvaret is noteworthy because of the way in which its medieval land-use pattern of villages and field systems is still clearly visible, which is a very rare survival in northern Europe. This is borne out by numerous adaptations to climate, frost movements, and grazing, among other things. The grazing regime is a precondition for the preservation of biodiversity. The present agricultural landscape and the community of southern Öland have a unique cultural tradition which still exists in land use, land division, place names, settlement and biological diversity as far back as the Iron Age.

The prosperity of the island, due in no small measure to its situation on the main trading route through the Kalmar Sound, is reflected in the imposing stone churches built in the 12th century, such as those at Hulterstad and Resmö. They were fortified as defence against attacks from marauders. By the 15th century Öland was dominated by land-owning farmers, although the Crown, the nobility, and the monastic orders also owned land there. In 1569 Johan III reserved the open spaces on the island for the Crown as a hunting preserve. The farmers lost their commoners' rights and suffered considerably from depredations by preserved game animals. This restriction survived until 1801, when it was abolished. The island suffered during the long wars between Sweden and Denmark in the late 17th and early 18th centuries, not least from epidemics, which carried off almost half the population.

The typical so-called 'Geatish' farmstead is divided into a dwelling yard and a cattle yard, separated by a wall or fence. They are constructed of materials from Öland, with the Geatish homestead and windmills forming distinctive features. Most of the farms originally had their own windmills. The houses are constructed of wood and weather-boarded. Many of the houses in the dwelling yards were considerably extended and embellished, with upper floors and ornamentation, especially around the doors. Some of the barns retain their original medieval structures, with crown-post roofs. The Royal Manor of Ottenby in the extreme south of the island, established by Gustav Vasa in the 16th century, is still Crown property. The main building dates from 1804; its design was influential elsewhere on Öland and more widely in Sweden.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les premiers hommes à s'installer sur l'île d'Öland il y a 8000 ans vivaient de la chasse et de la cueillette. Le site d'Alby en bord de mer, occupé par ces premiers habitants pendant environ deux mille ans, a été fouillé. Les vestiges archéologiques de cette période attestent la domestication des plantes et des espèces animales et révèlent une exploitation importante de l'Alvar. Les tombes mégalithiques à couloir de Resmo, au sommet de Västra Landborgen, indiquent la permanence de l'installation de l'homme en ce lieu durant la période néolithique.

L'évolution s'est poursuivie à l'âge du bronze (1800-500 av. J.-C.), avec la spécialisation des pratiques agricoles. Les progrès technologiques permirent la mise en culture de plus grandes superficies. L'élevage donna lieu à la constitution de grands troupeaux qui paissaient sur l'Alvar. Durant l'âge du fer (550 av. J.-C - 1050 apr. J.-C.)

l'agriculture connut de plus grands bouleversements, avec la création de terres arables permanentes et l'introduction de l'exploitation laitière. Le paysage, y compris Stora alvaret, fit l'objet d'une exploitation intensive en petites parcelles. De l'âge du fer romain et durant la période des Migrations, c'est-à-dire pendant les six premiers siècles de notre ère, subsistent de nombreux vestiges de fermes et de leurs enclos, certaines étant regroupées en villages. La structure clanique de la société de l'âge du bronze, qui reposait sur l'existence de grands cheptels, fit place à des exploitations agricoles individuelles qui produisaient des cultures vivrières et du fourrage. L'économie reposait sur l'élevage et l'exploitation du bétail. Cuirs et peaux et viandes séchées étaient exportés. Les outils de pierre furent remplacés par des outils en métal. Le travail du métal donna lieu à une industrie qui se développa tout au long de l'âge du fer, mais la fabrication de peignes et le polissage de la pierre subsista. La pêche, en particulier la pêche au hareng, prit de l'importance et fut surtout pratiquée à Kyrkhamn, à la pointe sud d'Öland.

De cette époque troublée, où les insulaires durent se protéger, on connaît cinq forts ou plus exactement cinq villages fortifiés. Probablement simples refuges à l'origine, ils devinrent des habitats permanents. Une structure législative fut créée et les questions importantes furent débattues par le Ting qui détermina les règles de l'administration de la justice. Une organisation militaire, le ledung, fut créée pour la défense contre les ennemis extérieurs.

Au début du Moyen Âge, à partir du XIe siècle, l'habitat de l'âge du fer se modifia selon le système médiéval des champs ouverts et des cultures alternées selon les courbes de niveaux. À cette époque se constituèrent les lieux d'habitation qui sont toujours occupés aujourd'hui, commodément implantés sur des terrains élevés et secs, entre l'infield et l'outfield, et disposés selon un plan linéaire le long d'une rue unique.

La prospérité de l'île, due en grande partie à sa situation sur la grande route commerciale qui traverse le détroit de Kalmar, se manifeste dans les imposantes églises de pierre construites au XIIe siècle, comme celle de Hulterstad et de Resmo. Elles étaient fortifiées pour soutenir les attaques des maraudeurs. Öland exportait des chevaux, des bœufs, du poisson, de la pierre à chaux et de l'ardoise.

Au XVe siècle, Öland était dominée par des fermiers, propriétaires terriens, bien que la couronne, l'aristocratie et les ordres monastiques possédassent également des terres. Gustave Vasa construisit cinq manoirs « modèles » au profit des fermiers locaux, ainsi qu'un centre d'élevage. La pêche était importante et d'un intérêt particulier pour les communautés monastiques : Kyrkhamn, à la pointe sud de l'île, était un centre important de cette activité. En 1569, Jean III s'arrogeât les espaces libres de l'île comme réserve de chasse royale. Les fermiers perdirent leurs droits de vaine pâture et souffrirent beaucoup des déprédations causées par le gibier de la réserve. Ce privilège royal survécut jusqu'en 1801, date à laquelle il fut aboli.

L'île subit aussi les longues guerres entre la Suède et le Danemark à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, sans oublier les grandes épidémies qui emportèrent près de la moitié de la population. Les fermes furent désertées et les champs retournèrent en friche. Dans la dernière moitié du XVIIIe siècle, la première réforme du système foncier (storskifte) procéda au regroupement d'un grand nombre de petites parcelles agricoles détenues par les fermiers en propriétés agricoles plus grandes. Une redistribution des terres encore plus radicale (enskifte) eut lieu au début du XIXe siècle. Chaque fermier reçut des lots constitués de différents types de terres dans les limites de la commune - terres arables, prairies, Alvar et littoral. Simultanément, de nombreuses fermes furent déplacées en dehors des villages linéaires. De grandes étendues de terres furent mises en culture à cette époque.

La forte croissance démographique poussa les hommes à chercher du travail saisonnier sur le continent et en Europe du Nord. Toutefois, ce n'est qu'au moment de la crise agricole des années 1880 que plus d'un quart de la population insulaire émigra en Amérique du Nord. Les villages de l'Alvar furent abandonnés et les activités agricoles, suspendues. Toutefois, les premières années du XXe siècle connurent une expansion considérable et une diversification des activités agricoles, comme par exemple les cultures maraîchères et la betterave à sucre, alors que l'industrie laitière prenait son essor.

La Grande Dépression de 1930 força de nombreux paysans à quitter la terre. Après la Seconde Guerre mondiale, l'agriculture connut une rationalisation et une mécanisation intenses. Le nombre de fermes diminua par rachats et fusions. Ce processus se poursuit, accompagné d'un exode rural concomitant.

Source : évaluation des Organisations consultatives