English Français
Aidez maintenant !

Parcs naturels d’Ischigualasto / Talampaya

Ischigualasto / Talampaya Natural Parks

These two contiguous parks, extending over 275,300 ha in the desert region on the western border of the Sierra Pampeanas of central Argentina, contain the most complete continental fossil record known from the Triassic Period (245-208 million years ago). Six geological formations in the parks contain fossils of a wide range of ancestors of mammals, dinosaurs and plants revealing the evolution of vertebrates and the nature of palaeo-environments in the Triassic Period.

Parcs naturels d’Ischigualasto / Talampaya

Ces deux parcs contigus s'étendent sur plus de 275 300 ha dans la région désertique jouxtant à l'ouest les Sierras Pampeanas du centre de l'Argentine. Ils renferment l'ensemble continental le plus complet au monde de fossiles de la période du Trias (de -245 à -208 millions d'années). On y trouve six formations géologiques contenant des fossiles d'un large spectre d'ancêtres de mammifères, de dinosaures et de plantes, qui témoignent de l'évolution des vertébrés et de la nature des paléo-environnements de la période du Trias.

منتزها إيشيغوالاستو - تالامبايا الطبيعيان

منتزها إيشيغوالاستو - تالامبايا الطبيعيان يمتدّ هاذان المنتزهان المتجاوران على أكثر من 275300 هكتار في المنطقة الصحراوية المشرفة على غرب السييرا بامبياناس وسط الأرجنتين. وهما يشملان المجموعة القاريّة الأكثر تكاملاً في العالم من المتحجّرات التي تعود إلى فترة الترياس (من- 245 إلى - 208 مليون سنة). ونجد 6 تشكيلات جيولوجية تشتمل متحجّرات لمجموعة كبيرة من أسلاف الثدييات والديناصورات والنبات، ما يشهد على تطوّر الفقاريات وطبيعة العناصر البيئية التي تعود إلى فترة الترياس.

source: UNESCO/ERI

伊沙瓜拉斯托-塔拉姆佩雅自然公园

这两个公园相邻,坐落在阿根廷中部彭巴山 (the Sierra Pampeanas) 西麓的沙漠地区,绵延275 300公顷,保存有三叠纪(2.45亿至2.08亿年前)最为完整的大陆化石。公园内的六个地质层含有哺乳动物先祖、恐龙以及各种植物化石,反映了脊椎动物的进化过程以及三叠纪时期古代自然环境。

source: UNESCO/ERI

Природные парки Исчигуаласто и Талампайя

Два близко расположенных парка, занимающих 275,3 тыс. га в пустынном районе на западной окраине гор Сьерра-Пампеанас в центральной Аргентине, являются местонахождением наиболее целостных ископаемых остатков наземной флоры и фауны, относящихся к триасовому периоду (245 - 208 млн. лет назад). Шесть геологических формаций в двух парках содержат окаменелые фрагменты различных предков современных млекопитающих, динозавров и растений, что помогает изучить эволюцию позвоночных животных и палеонтологическую среду в триасовом периоде.

source: UNESCO/ERI

Parques naturales de Ischigualasto / Talampaya

Estos dos parques contiguos se extienden por una superficie de más de 275.300 hectáreas en la región desértica que limita al oeste con las Sierras Pampeanas del centro de Argentina. Las seis formaciones geológicas de los parques albergan el conjunto continental de fósiles más completo del mundo correspondientes al Triásico, el periodo geológico que se inició unos 245 millones de años antes de nuestra era y finalizó unos 37 millones de años después. Los fósiles comprenden una amplia gama de antepasados de mamíferos, así como vestigios de dinosaurios y plantas, que ilustran la evolución de los vertebrados y las características de los paleoambientes del período Triásico.

source: UNESCO/ERI

イスチグアラスト/タランパジャ自然公園群 

source: NFUAJ

Nationale parken Ischigualasto en Talampaya

Deze twee aangrenzende parken strekken zich uit over 275.300 hectare en liggen in het woestijngebied aan de westelijke grens van de Sierra Pampeanas in centraal Argentinië. De nationale parken bevatten de meest complete registratie van continentale fossielen uit het Trias (245 tot 208 miljoen jaar geleden). In de parken bevinden zich zes geologische formaties die fossielen bevaten van de voorouders van zoogdieren, dinosaurussen en planten. Hierdoor krijgt men een goed beeld van de veranderingen tijdens het Triastijdperk; de ontwikkeling die gewervelde dieren doormaakten en de manieren waarop de het paleomilieu veranderde.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parcs naturels d’Ischigualasto / Talampaya © Philipp Schinz
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 
Les parcs naturels d’Ischigualasto-Talampaya sont situés dans la partie septentrionale du centre de l’Argentine et sont constitués de deux zones protégées adjacentes, le parc provincial d’Ischigualasto (60 369 ha) dans la province de San Juan et le parc national de Talampaya (215 000 ha) dans la province de Rioja. Ces deux parcs s’étendent à eux deux sur une superficie de 275 369 ha à l’ouest des Sierras Pampaneas. Le bien est situé dans l’écorégion argentine de Monte, un désert chaud de broussailles qui longe les contreforts du versant oriental des Andes. Avec pour toile de fond un superbe paysage de montagnes, le bien est un trésor scientifique d’importance universelle. Il abrite le bassin sédimentaire triassique d’Ischigualasto-Villa Unión où les sédiments se sont déposés pendant toute la période du Trias. Ce bassin peut s’enorgueillir d’abriter une séquence et un ensemble exceptionnellement complets de la vie végétale et animale d’une période géologique datant environ d’il y a 250 à 200 millions d’années qui représentent les origines à la fois des mammifères et des dinosaures. Six formations sédimentaires distinctes abritent les vestiges fossilisés d’une grande variété d’ancêtres d’animaux et de plantes qui révèlent l’évolution des vertébrés et la nature des paléoenvironnements au cours des 50 millions d’années de la période triasique, et l’avènement de « l’Âge des dinosaures ». Les découvertes scientifiques en cours sont inestimables pour la compréhension de la paléontologie et de la biologie évolutionnaire.

Le bien est situé dans une région aride, dans l’ombre pluviométrique des Andes. Outre son importance pour la recherche, le bien a de remarquables valeurs archéologiques, telles que des pétroglyphes vieux de 1 500 ans. Des falaises de grès rouge, hautes de 200 mètres, dans le parc national de Talampaya et des sédiments blancs et multicolores composant un ensemble austère et désolé appelé « Valle de la Luna » (Vallée de la Lune) sont les caractéristiques exceptionnelles du paysage du bien. La végétation clairsemée du site est typique des déserts, caractérisée par la présence de cactus et d’arbustes xériques et de quelques rares arbres. L’environnement désertique abrite quelques espèces endémiques et rares de flore et de faune. 

Critère (viii) : Le bien « Parcs naturel d’Ischigualasto-Talampaya » est d’une importance scientifique exceptionnelle, car il offre une séquence complète de sédiments fossilifères continentaux représentatifs de l’histoire géologique de la période triasique (il y a env. 250-200 millions d’années) et révèle l’évolution de la vie vertébrée et la nature des paléoenvironnements du Trias qui ont précédé l’« Âge des dinosaures ». 

S’étendant sur le site sédimentaire d’Ischigualasto–Villa Unión, le spectaculaire paysage naturel du bien présente six formations géologiques qui documentent de façon claire et exceptionnelle l’étape majeure de l’histoire de la Terre, depuis l’évolution des ancêtres des mammifères au Trias primaire jusqu’à l’avènement de la domination des dinosaures pendant le Trias. La riche diversité de fossiles présente 56 genres connus et beaucoup plus d’espèces de vertébrés, y compris, mais pas exclusivement, des poissons, des amphibiens et une grande variété de reptiles et d’ancêtres directs des mammifères, notamment le premier dinosaure, l’Eoraptor, et au moins 100 espèces de plantes tout en mettant en évidence les environnements de l’époque. Tous ces éléments constituent un panorama unique de la vie à la période triasique, et de nombreuses découvertes restent à faire. 

Intégrité
Le bien constitue l’expression en surface du bassin sédimentaire d’Ischigualasto–Villa Unión qui représente pleinement la période triasique dans l’ère mésozoïque, y compris toutes les strates fossilifères présentes au sein de ses limites. C’est un paysage naturel avec tous ses éléments étroitement liés – des séquences continues d’affleurements rocheux, des formes d’érosion, des zones de lessivage et diverses structures sédimentaires. Les limites sont essentiellement des lignes droites plutôt que les contours topographiques, ce qui ne pose pas de problème car, dans un paysage désertique, les bassins versants sont mal définis. Le statut de protection officielle des deux zones concernées est une reconnaissance des valeurs géologiques et paléontologiques du bien et constitue un cadre juridique adapté à celles-ci.

Les limites du bien n’ont pas été définies en tenant compte des écosystèmes, il est donc impossible de connaître le degré de contribution du bien à la conservation de l’écosystème d’El Monte et de sa faune et de sa flore. Contrairement aux valeurs géologiques, les valeurs écologiques subissent certaines pressions, notamment celles liées au pâturage, aux espèces exogènes invasives et au braconnage.

Éléments requis en matière de protection et de gestion 

Le bien appartient au domaine public, aucun habitant ne réside sur son territoire à titre permanent et il bénéficie d’une protection juridique bien adaptée. Les deux zones protégées font l’objet d’un zonage approprié qui va de la stricte protection à différentes formes d’usage contrôlé. La législation provinciale a créé le parc provincial d’Ischigualasto en 1971 et son voisin, le parc provincial de Talampaya en 1975. Talampaya est ensuite devenu parc national en 1997 et est désormais soumis à la législation nationale en tant qu’unité du Réseau national des aires protégées. L’Agence des parcs nationaux – APN - d’Argentine, son personnel technique et ses gardes gèrent le parc. Les infrastructures et l’équipement sont financés par l’agence centrale tandis que l’agence régionale de l’APN apporte son soutien technique et scientifique. En ce qui concerne Ischigualasto, la législation provinciale a établi en 2004 une administration du parc qui est une entité autonome du gouvernement de la province. La loi définit les objectifs et le rôle d’un coordinateur nommé par le gouvernement provincial. Elle prévoit également un fonds pour la gestion du bien alimenté par le budget provincial, les droits d’entrée et d’autres mécanismes de production de revenus à développer. Un budget adapté pour le recrutement du personnel et les opérations de gestion est nécessaire. Le bien est soutenu financièrement par les organisations touristiques tant au niveau provincial que national et par les institutions en charge de la recherche. Un financement adapté et un personnel en nombre suffisant doivent être garantis dans les deux zones protégées. Une coordination durable entre les deux parcs doit être assurée malgré les différences en matière de législation, en particulier dans les domaines de la conservation, du suivi, de l’application de la loi, de la recherche, de l’implication des communautés, de la fréquentation du public, et du tourisme.

Un mécanisme de planification stratégique est en cours afin de mettre à jour le plan de gestion qui était en vigueur jusqu’en 2007 et afin que les objectifs définis pour la gestion lors de la précédente période de planification puissent être révisés.

Avant qu’une route ne soit construite en 1979, la zone n’était pas facilement accessible. Dans le passé, l’homme ne fréquentait le site que pour un usage des ressources par les indigènes et plus récemment pour conduire du bétail et exploiter du charbon à Ischigualasto. La présence de bétail appartenant à des communautés voisines et l’expansion de l’exploitation minière ont rendu nécessaire la délimitation du parc afin d’éviter tout litige sur ses limites exactes. Les valeurs géologiques sont dans un bon état de conservation mais une gestion et un contrôle permanents du travail de terrain scientifique est nécessaire. Des actions visant à empêcher une collecte illégale doivent également être menées. La présence d’espèces exogènes invasives et de bétail errant librement et le braconnage constituent des menaces pour l’écosystème. La promotion du tourisme et des loisirs est un objectif de gestion déclaré et les bénéfices attendus sont destinés à l’éducation des visiteurs, au financement de la conservation et à générer des revenus et créer des emplois pour les communautés voisines. En s’appuyant sur les efforts déjà entrepris, la planification et la gestion doivent palier aux effets indésirables et reconnus du développement touristique dans les zones de conservation, en particulier lorsque la plupart des visiteurs se regroupent dans quelques rares secteurs du bien tels que le Valle de la Luna (la vallée de la Lune) et le Cañon de Talampaya (le canyon de Talampaya).

Description longue
[Uniquement en anglais]

Talampaya National Park and the contiguous Ischigualasto Provincial Park straddle the border between the provinces of San Juan and La Rioja in north-western Argentina.

The Ischigualasto-Talampaya region is a desert area forming the western border of the Sierras Pampeanas of central Argentina.

The nominated site constitutes almost the entire sedimentary basin known as the Ischigualasto-Villa Union Triassic basin. It was formed by layers of continental sediments deposited by rivers, lakes and swamps over the entire Triassic period (245-208 million years ago). The sediments contain fossils of a wide range of plants and animals including the ancestors of mammals and dinosaurs. They constitute the world's most complete continental fossil record known from the Triassic, revealing the evolution of vertebrates as well as the environments they lived in during this period.

Some 56 genera of fossil vertebrates have been recorded from the area, including fish, amphibians, and a great variety of reptiles including the direct ancestors of mammals. Most of the fossils are found in the uppermost levels of the geological formations and consist almost entirely of archosaurs, including large herbivorous and carnivorous species, primitive crocodiles and primitive mammals about the size of a rat.

The river deposits include large areas of flood plains which indicate rapid flooding, probably after monsoon type storms. Lake and swamp deposits contain large amount of fossil plants, some of them forming coal seams and others preserved as mummification of actual species, an extremely rare form of preservation known from very few localities. Six geologic formations make up the Triassic basin, the earliest of which are the Talampaya and Tarjados formations, red sandstone that forms the impressive cliffs of the Talampaya National Park. The remaining formations are composed of lake beds, swamps, river channels and flood plain deposits. These formations contain the abundant vertebrate and flora fossils.

Today Ischigualasto-Talampaya has sparse desert vegetation characterized by xeric shrubs and cactus. The fauna is typical of the arid regions of western Argentina including several species regarded as being of special value because they are either endemic, nationally threatened or culturally valuable, including Andean condor, chestnut canastero, sandy gallito, puma, guanaco, mara and viscacha.

Before the Spanish conquest, the area was inhabited by several groups of aborigines, usually semi-nomadic hunters and gatherers. The cultural value of Ischigualasto-Talampaya is of great significance, even though a detailed study of rock art, artefacts and archaeological sites has only recently begun. The site lies on the southernmost area of late Inca influence. At Talampaya, many sites have been unearthed and are easily accessible. At Ischigualasto, six sites of rock art have been discovered. In addition, cave and rock overhang habitation sites, as well as burial sites, campgrounds and tool-making areas have also been found. It is possible to classify much of the rock art in terms of geometric figures, human figures and combined scenes.

Source : UNESCO/CLT/WHC