English Français

Monastère de Gherart et la Haute vallée de l’Azat

Monastery of Geghard and the Upper Azat Valley

The monastery of Geghard contains a number of churches and tombs, most of them cut into the rock, which illustrate the very peak of Armenian medieval architecture. The complex of medieval buildings is set into a landscape of great natural beauty, surrounded by towering cliffs at the entrance to the Azat Valley.

Monastère de Gherart et la Haute vallée de l’Azat

Le monastère de Gherart abrite un certain nombre d'églises et de tombes – pour la plupart troglodytes – représentatives de l'apogée de l'architecture médiévale arménienne. Cet ensemble de bâtiments médiévaux situé au milieu des escarpements, à l'entrée de la Vallée de l'Azat, s'intègre à un paysage d'une grande beauté naturelle.

دير غيرارت والوادي الأعلى في أزات

يحوي دير غيرارت عدداً من الكنائس والمقابر التي هي في غالبيتها لسكان الكهوف والتي تمثّل أوج الهندسة المعمارية الأرمنية الخاصة بالقرون الوسطى. وتندمج هذه المجموعة من مباني القرون الوسطى الواقعة وسط انحدارات وعرة على مدخل وادي أزات في منظر طبيعي خلاب.

source: UNESCO/ERI

格加尔德修道院和上阿扎特山谷

格加尔德修道院由许多教堂和坟墓组成,大部分建筑物都矗立在岩石之中,代表了亚美尼亚中世纪建筑的巅峰之作。这些中世纪建筑群周围环绕的便是阿扎特山谷(the Azat Valley)入口处的悬崖绝壁,与美丽的自然景观浑然一体。

source: UNESCO/ERI

Монастырь Гегард и верховья реки Азат

Древние церкви и могилы монастыря Гегард, часть которых высечена прямо в скалах, представляют собой шедевры средневековой армянской архитектуры. Ансамбль монастырских построек органично вписан в великолепный природный ландшафт верховьев реки Азат, и окружен скалами, напоминающими своими формами башни.

source: UNESCO/ERI

Monasterio de Geghard y valle alto del Azat

El Monasterio de Geghard alberga varias iglesias y tumbas representativas del apogeo de la arquitectura medieval armenia, que en su mayoría están excavadas en la roca. Ubicado en las escarpaduras de la entrada del Valle del Azat, el conjunto de edificaciones monásticas se adapta perfectamente a la gran belleza del paisaje natural de este sitio.

source: UNESCO/ERI

ゲハルト修道院とアザート川上流域
アルメニア中西部、アザート渓谷を登りつめた標高1700mの地にゲハルト修道院の聖なる泉が湧いている。ゲハルト修道院の複合建築は、特に石灰岩を掘り抜いて建造された多数の洞窟教会と洞窟墓地で知られる。13世紀のもので、敷地には多数の建築物が独立し、主教会が岩壁の外側にそびえる。これら一群の中世建築物がアザート渓谷の自然美の中に配置され、塔のようにそびえ立つ崖に囲まれて往時の姿を留めている。

source: NFUAJ

Het klooster van Geghard en de hogere Azat-vallei

Het Geghard-complex is een uitzonderlijk compleet en goed bewaard gebleven voorbeeld van een middeleeuws Armeens klooster. Het ligt in een afgelegen, maar prachtig natuurgebied aan het begin van de Azat-vallei, omgeven door torenhoge kliffen. Het klooster van Geghard werd opgericht in de 4e eeuw en was beroemd vanwege de aanwezige relieken. Het Geghar-complex bestaat uit een aantal kerken en graven – de meeste gesneden in een rots – en de bouwstijl vormt het hoogtepunt van de Armeense middeleeuwse architectuur en decoratieve kunst. De vele innovatieve kenmerken hebben grote invloed gehad op latere ontwikkelingen in de regio.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Monastère de Gherart et la Haute vallée de l’Azat (Arménie) © Sacred Sites
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le monastère de Gherart et la Haute vallée de l’Azat abritent un certain nombre d’églises et de tombes, dont la plupart sont troglodytiques, qui illustrent l’apogée de l’architecture médiévale arménienne. L’ensemble de bâtiments médiévaux est situé dans un paysage d’une grande beauté naturelle, à l’entrée de la vallée de l’Azat. Sur son flanc nord, de hautes falaises entourent l’ensemble tandis qu’une muraille défensive l’encercle sur ses autres flancs.

Les monuments présents sur le territoire du bien ont été édifiés entre le 4e et le 13e siècle de notre ère. À l’origine, le monastère était appelé Ayrivank (« monastère dans la grotte ») en raison de sa construction troglodytique. Selon la tradition, le monastère fut fondé par Saint Grégoire l’Illuminateur et construit suite à l’adoption du christianisme comme religion d’état en Arménie (au début du 4e siècle). Le principal ensemble architectural a été achevé au 13e siècle et est constitué de la cathédrale, du narthex adjacent, d’églises rupestres à l’est et à l’ouest de l’ensemble, de la tombe familiale des princes Proshyan, de la chapelle funéraire de Papak et de Ruzukan ainsi que de diverses cellules et de nombreuses stèles sculptées dans la pierre (khatchkar). L’église principale (kathoghikè) est de type arménien classique, son plan est celui d'une croix grecque inscrite dans un plan carré, surmontée par une coupole reposant sur une base carrée, à laquelle elle est reliée par un système de voûtes. Le bras oriental de la croix se termine en abside, tandis que les autres présentent une extrémité rectiligne. Les angles sont occupés par de petites chapelles à deux étages voûtées en berceau. Les murs internes portent de nombreuses inscriptions commémorant des donations. La maçonnerie des murs externes a fait l'objet d'un soin particulier. Une salle d'entrée (gavit) la relie à la première église rupestre.

La première église rupestre a été construite avant 1250, elle est entièrement creusée dans la roche et son plan est celui d’une croix grecque. À l'est, une chambre subcarrée creusée dans la roche était l'une des tombes princières (zamatoun) de la dynastie Proshyan. Elle donne accès à la seconde église rupestre, construite en 1283. Le second zamatoun, auquel on accède par un escalier externe, renferme les tombes des princes Merik et Grigor. Le complexe monastique a été protégé par une muraille défensive aux 12e et 13e siècles. La plupart des moines vivaient dans des cellules creusées dans la falaise rocheuse qui sont encore visibles aujourd'hui, avec quelques oratoires très simples.

La chapelle sainte Astvatsatsin (« Sainte Mère de Dieu ») est le plus ancien monument à l’extérieur des remparts et se situe à l’ouest de l’ensemble. Elle est en partie creusée dans la roche. Ses murs portent des inscriptions gravées, dont les plus anciennes remontent à 1177 et à 1181. Des bâtiments destinés à la résidence et à la vie économique ont été construits plus tard, au 17e siècle.

Le monastère de Gherart est un centre culturel et ecclésiastique reconnu de l’Arménie médiévale, où l’on peut découvrir, outre des bâtiments religieux, une école, un scriptorium, une bibliothèque et de nombreuses cellules, creusées dans la roche, destinées aux prêtres. Les historiens Mkhitar Ayrivanetsi et Simeon Ayrivanesti, qui vécurent et travaillèrent en ces lieux au 13e siècle, ont contribué au développement de la calligraphie arménienne. Le monastère était également célèbre pour les reliques qu’il renfermait. La plus célèbre d’entre elles était la lance qui blessa le Christ sur la croix, elle fut  censément apportée là par l’apôtre Thaddée et donna son nom actuel au lieu, Geghardavank, « le monastère de la lance ». La lance a été conservée au monastère pendant 500 ans. Des reliques des apôtres André et Jean ont été données au 12e siècle et de nombreux visiteurs, animés d’une grande piété, ont fait de nombreuses donations au cours des siècles, tant en terres qu’en argent et manuscrits. 

Critère (ii) : Le monastère de Gherart, avec ses églises et tombes remarquables creusées à même la roche, est un exemple exceptionnellement bien préservé et complet de l’architecture monastique médiévale arménienne et de l’art ornemental associant de nombreuses caractéristiques novatrices qui eurent une profonde influence sur les développements ultérieurs dans la région. 

Intégrité 

L’ensemble de Gherart est un exemple exceptionnellement complet et bien préservé de fondation monastique médiévale dans une zone éloignée d’une grande beauté naturelle. Les composantes du bien inscrit n’ont fait l’objet d’aucune modification depuis son inscription. Par ailleurs, le bien est entouré d’une importante zone tampon, définie en 1986, sur le territoire de laquelle s’appliquent des contrôles stricts de toute forme de développement et de modification.

Cependant, sa situation, dans une zone d’activité sismique et sur des routes touristiques très fréquentées, la pollution environnante et le risque d’éboulement constituent les menaces principales pour l’intégrité du site. 

Authenticité

Le Monastère de Gherart, avec ses remarquables églises et tombes rupestres, demeure préservé dans son cadre naturel. Le degré d’authenticité de l’ensemble est élevé, notamment parce que le bien a toujours fait fonction de monastère au cours des siècles. Toutes les constructions présentes sur le territoire du bien, ainsi que le paysage, ne sont pas menacées malgré les restaurations entreprises au cours des années. Face aux défis liés à la conservation, des travaux de recherche scientifique ont été menés, des actions de rénovation, de fortification et de conception ont été mises en œuvre et des mesures préventives ont été prises afin de garantir la conservation de l’authenticité du bien. Avec les années, une partie du mur contigu au bâtiment annexe s’est effondrée et a été rénovée en 2006 et 2007 en utilisant les matériaux d’origine. Des travaux d’isolation contre l’infiltration des eaux dans la partie du monastère creusée dans la roche et des interventions globales sur le Monastère de Gherart ont été prévus afin de renforcer l’ensemble architectural. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

L’Église apostolique arménienne est propriétaire du bien. Les monuments sont toutefois protégés en vertu de la Loi « sur la protection et l’utilisation des monuments immeubles historiques et culturels et de l’environnement historique » de la République d’Arménie, et de la réglementation sur «l’enregistrement par l’état, l’étude, la protection, la fortification, la restauration, la reconstruction et l’utilisation des monuments immeubles historiques et culturels ». La protection des monuments est également prévue dans le cadre d’articles des codes civil, administratif, foncier et pénal de la République d’Arménie.

Le Ministère arménien de la culture, avec ses unités spécialisées qui agissent en tant qu’organismes nationaux autorisés, et l’Église apostolique arménienne, avec ses unités spécialisées et le diocèse, propriétaire du bien, ainsi que des organisations non gouvernementales, des structures en charge de la protection de la nature et les populations intéressées par la conservation du patrimoine arménien sont impliqués dans la protection de l’ensemble architectural du monastère.

Les problèmes liés à la conservation, la réhabilitation et l’utilisation des sites font l’objet de discussions au sein de conseils spécialisés composés à part égale de représentants du Ministère arménien de la culture (conseil en charge de la méthodologie et conseil architectural) et du Saint-Siège d’Echmiadzin.

Le Gouvernement de la République d’Arménie applique des politiques cohérentes visant à étudier la totalité des conditions techniques des composants du bien. L’Agence pour la protection des monuments historiques et culturels de la République d’Arménie est responsable, au nom du gouvernement national, de l’entretien et de la protection de la zone tampon.

Le bien est financé par des subventions accordées dans le cadre du budget de l’état, par des activités commerciales et par des donations privées.

Actualités rss (1)