jump to the content

Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso

Historic Quarter of the Seaport City of Valparaíso

The colonial city of Valparaíso presents an excellent example of late 19th-century urban and architectural development in Latin America. In its natural amphitheatre-like setting, the city is characterized by a vernacular urban fabric adapted to the hillsides that are dotted with a great variety of church spires. It contrasts with the geometrical layout utilized in the plain. The city has well preserved its interesting early industrial infrastructures, such as the numerous ‘elevators’ on the steep hillsides.

Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso

La ville coloniale de Valparaíso offre un exemple de développement urbain et architectural de la fin du XIXe siècle en Amérique latine. Dans son cadre naturel en forme d’amphithéâtre, la ville se caractérise par un tissu urbain vernaculaire adapté aux collines, en contraste avec le dessin géométrique employé en plaine, et présente une unité formelle sur laquelle se détache une grande diversité de clochers d’églises. Valparaíso a bien préservé d’intéressantes infrastructures du début de l’ère industrielle, tels les nombreux « funiculaires » à flanc de colline.

الحيّ التاريخي لمدينة فال براييسو البحرية

تمثل مدينة فال براييسو المستعمرة نموذجاً عن التطور الحضري والهندسي في نهاية القرن التاسع عشر في أميركا اللاتينية. تتخذ هذه المدينة شكل المدرّج وتتميّز بنسيج حضري محلي متكيّف مع التلال، بينما تتباين مع الرسم الهندسي المطبق في السهول، وهي بذلك تشكّل وحدة متكاملة تتخللها مجموعة متنوعة من قبب الأجراس. وقد نجحت مدينة فال براييسو في الحفاظ على بعض البنى التحتية المهمة التي ترقى إلى مطلع العصر الصناعي، على غرار العديد من "المصاعد السلكية" عند منحدر التلال.

source: UNESCO/ERI

瓦尔帕莱索港口城市历史区

瓦尔帕莱索殖民城市是19世纪晚期拉丁美洲城市和建筑发展的典范。城市地理位置如同一个圆形露天剧场,布局非常有特色,山腰上到处可见本国的城市建筑,其中还点缀着星罗棋布的教堂尖塔,在平地部分则采用几何布局。瓦尔帕莱索还完好保存了一些早年有趣的工业基础设施,例如陡峭山坡上不计其数的“起卸机”。

source: UNESCO/ERI

Историческая часть портового города Вальпараисо

Колониальный город Вальпараисо представляет собой прекрасную иллюстрацию развития градостроительства и архитектуры в Латинской Америке конца XIX в. Город расположен в естественном природном амфитеатре, и некоторые его кварталы построены на крутых склонах прилегающих холмов, где на общем фоне выделяются многочисленные и различающиеся по форме шпили церквей. Это контрастирует с геометрической планировкой, примененной на равнине. В городе сохранились образцы ранее созданной инженерной инфраструктуры, включая многочисленные подъемники, преодолевающие крутые склоны холмов.

source: UNESCO/ERI

Barrio histórico de la ciudad portuaria de Valparaíso

La ciudad colonial de Valparaíso constituye un ejemplo notable del desarrollo urbano y arquitectónico de América Latina a finales del siglo XIX. Enmarcada en un sitio natural en forma de anfiteatro, la ciudad se caracteriza por un tejido urbanístico tradicional especialmente adaptado a las colinas circundantes, que contrasta con el trazado geométrico utilizado en terreno llano. En su paisaje urbano, dotado de unidad formal, se yergue una gran variedad de campanarios de iglesias. La ciudad ha conservado interesantes estructuras de los inicios de la era industrial, por ejemplo los múltiples funiculares que recorren las escarpadas laderas de las colinas.

source: UNESCO/ERI

バルパライーソの海港都市の歴史的街並み 

source: NFUAJ

Historische wijk van de havenstad Valparaíso

Valparaíso is de op een na grootste stad in Chili en ligt aan de Pacifische kust, zo’n 100 kilometer ten noorden van Santiago. De koloniale stad getuigt qua stadsontwerp en architectuur van de vroege globalisering in de late 19e eeuw, toen het een van de grootste handelshavens van Zuid-Amerika werd. Valparaíso heeft een natuurlijke amfitheaterachtige omgeving en wordt gekenmerkt door een stedelijk karakter dat zich heeft aangepast aan de heuvels die zijn bezaaid met een grote verscheidenheid aan kerktorens. De stad heeft zijn interessante vroeg industriële infrastructuren – zoals de talrijke ‘liften’ op de steile hellingen – weten te behouden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso © Rodrigo Varas
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé sur la côte Pacifique au centre du Chili, le quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso offre un exemple extraordinaire du patrimoine de l'ère industrielle, associé au commerce maritime international de la fin du 19e et du début du 20e siècle. La ville a été le premier et le plus important port marchand sur les routes maritimes de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud qui reliaient les océans Atlantique et Pacifique par le détroit de Magellan. Le port a joué un rôle commercial majeur dans la  région, à partir des années 1880 jusqu'à l'ouverture du Canal de Panama en 1914. Après cette date, son développement s’est ralenti, mais cela a permis au port et au tissu urbain de survivre comme témoignage exceptionnel de la première phase de la mondialisation.

Le quartier historique de Valparaíso est situé sur la plaine côtière, à mi- pente des  collines environnantes aux flancs abrupts, dans une zone où la ville s’est d’abord développée. Il  se compose de cinq quartiers entrelacés : celui de l’Église de La Matriz et de la place de Santo Domingo, situé entre les collines et la plaine, qui comporte l’église et des édifices la fin du 19e siècle typiques de l'architecture portuaire ; la place Echaurren et la rue Serrano, au caractère éminemment commercial, marqué par la présence du marché du port, des établissements commerciaux et un commerce de rue très actif; le quartier de Prat Pier, des Places  Sotomayor et Justicia, qui comprend le principal axe transversal de la zone et présente les espaces publics les plus vastes; le quartier de la rue de Prat et la place Turri,  au pied de la colline, qui présente  un certain nombre d'exemples d'architecture monumentale; et les deux collines de Cerro Alegre et Cerro Concepción, qui forment un même quartier planifié et développé, sur une large échelle, par les immigrants allemands et anglais, avec des places, des points de vue, des promenades, des allées, des  escaliers et les stations du haut des funiculaires caractéristiques  de Valparaíso.

La nature exceptionnelle du quartier historique de  Valparaíso résulte de la combinaison de trois facteurs, tous liés à son rôle de port : son environnement géographique et topographique particuliers ; ses formes urbaines, son plan, ses infrastructures et son architecture ; et les influences de populations venues de différentes parties du monde. Le caractère de Valparaiso a été fortement marqué par la géographie du lieu : la baie, les étroites plaines côtières (en grande partie artificielles) et les collines abruptes, parcourues de nombreux ravins, créent le cadre en forme d’amphithéâtre de la ville. L’adaptation de l’environnement bâti à ces conditions géographiques difficiles a  produit un ensemble urbain novateur et créatif dont chaque  objet architectural présente des particularités fondées sur l’esprit d’entreprise et les technologies  typiques de l'époque. En raison de sa suprématie, la ville a été peuplée et influencée par immigrants venus de différentes régions du monde. Le tissu urbain et l'identité culturelle de Valparaiso se distinguent ainsi par une diversité qui la différencie d’autres villes d'Amérique latine. Du point de vue urbain, le résultat de cette géographie difficile, de cet élan de modernisation et de ce dialogue interculturel, est une ville américaine entièrement originale au cachet de la fin du XIXe siècle

Critère (iii): Valparaiso constitue un témoignage exceptionnel de la première phase de mondialisation à la fin du XIXe siècle, lorsqu’elle devint le premier port de commerce sur les voies maritimes de la côte pacifique de l’Amérique du Sud.

Intégrité

Tous les éléments de  la valeur universelle exceptionnelle de la vieille ville portuaire de Valparaiso sont situés dans  les limites du bien, y compris le tracé urbain, les espaces publics et les bâtiments qui vont de très modestes habitations jusqu’à des bâtiments monumentaux, avec une variété de techniques de construction, de styles et d'adaptations au paysage ; le port et le patrimoine naval illustrés par Prat Pier et les douanes et les bâtiments de service de la marine ; les infrastructures de transport, y compris le système de funiculaires et de tramways typique de la période ; et un bon nombre d'expressions du patrimoine immatériel, qui illustrent le rôle de premier plan du quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso dans les échanges commerciaux mondiaux liés à l'ère industrielle de la fin du 19e siècle. Sans minimiser les défis en matière de conservation inhérents à une ville portuaire vivante, le bien a conservé son intégrité.

Authenticité

Le quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso est globalement authentique en termes de trame urbaine et de plan de l’ensemble, d’utilisation des matériaux, d’usages et de fonction, de situation et de cadre.  Il a largement conservé les caractéristiques principales de son apogée à la fin du 19e et au début du 20e siècle, notamment ses éléments urbains, son architecture, ses systèmes de transport et des parties de ses infrastructures portuaires. Ces caractéristiques essentielles sont authentiques et ont été maintenues en veillant à la continuité de l'utilisation et de la fonction ainsi que des techniques de construction. La relation du bien avec le paysage, en particulier la disposition en amphithéâtre, ont également été maintenues.

L’authenticité du quartier historique de Valparaiso est néanmoins confrontée  à des défis, en particulier en matière de contrôle de la conservation et de la planification. Les dommages subis par plusieurs immeubles lors d'un incendie en 2007 et d’un tremblement de terre majeur en 2010 sont en cours de réparation.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le quartier historique de la ville portuaire de Valparaiso, mélange de propriétés publiques et privées, est administré par le Service Municipal de gestion du patrimoine, qui est chargé de surveiller la gestion du bien. Les 23,2 ha du bien et une grande partie des  44,5 ha de sa zone tampon sont désignés Monument National et par conséquent placés sous l’autorité du Conseil des Monuments nationaux du Chili. Le ministère du logement et du développement urbain supervise l'ensemble de la zone en vertu la désignation comme Zone de préservation historique d’une aire qui s'étend au-delà des limites du bien et de sa zone tampon. Cette Zone couvre les deux-tiers de la ville, en se référant à l'amphithéâtre naturel qui caractérise toute la zone urbaine (défini par l'Avenida Alemania – au niveau de 100 m – de Cerro Playa Ancha de Cerro Esperanza) et au Plan de la ville (quartier d’El Almendral).

Un Plan de Gestion et de Conservation d’ensemble est en cours d'élaboration pour répondre aux défis du contrôle de la conservation et de la planification et pour maintenir la valeur universelle exceptionnelle du bien. Il concilie le Plan de régulation Communal avec le statut de Monument National du bien et traite des questions de planification et de réglementation urbaines, d’intégrité visuelle, des équilibres patrimoine/développement, des orientations stratégiques (y compris les initiatives économiques et financières) et des systèmes de surveillance.

Le maintien à long terme de la valeur universelle exceptionnelle du bien nécessitera la définition, l’approbation et la mise en œuvre du Plan d’ensemble et l’affectation des ressources financières appropriées à la conservation.  Le renouveau et la valorisation de secteurs en dépression qui connaissent  des problèmes sociaux revêtent une importance particulière. En outre, il sera nécessaire de concilier les efforts de développement économique (à la fois le tourisme et le commerce) avec la spécificité de ces secteurs et les préoccupations de leur population traditionnelle. Une attention doit également être prêtée à la sauvegarde des  infrastructures liées aux fonctions historiques du port et au patrimoine subaquatique, ainsi qu’au maintien des systèmes de transport traditionnels (tramways et funiculaires). Les risques et menaces connues ou potentielles doivent également être abordés, comme ceux liés à l'infrastructure des services de base (eau, gaz, électricité), la vulnérabilité des matériaux (menaces dues aux insectes xylophages, par exemple), ainsi que les catastrophes naturelles (séismes, inondations, incendies).

Description longue

La ville de Valparaíso, la deuxième du Chili, offre un témoignage exceptionnel d'une phase précoce de globalisation, de la fin du XIXe  siècle. Située sur la côte du Pacifique, à quelque 100 km de Santiago, au centre du pays, elle est formée d'une baie, d'une étroite plaine côtière et d'une série de collines. Le site classé sur la Liste du patrimoine mondial se trouve entre la mer et la première terrasse, dans la zone que la ville occupa à ses débuts ; il comporte une partie de la plaine et des collines environnantes, et se compose de cinq quartiers reliés les uns aux autres.

  1. L'église La Matríz et la place Santo Domingo . Entre les collines et la plaine, ce quartier est relié à la Plaza Echaurren et à ses environs, ainsi qu'à Cerro Santo Domingo. L'architecture de l'église La Matríz (1842), qui remonte à la fondation de Valparaíso, bien qu'elle ait été reconstruite à quatre reprises à la suite d'incursions de pirates et de tremblements de terre, est typique de la transition entre style colonial et style républicain. Elle est entourée par des édifices de la fin du XIXe  siècle, typiques de l'architecture portuaire. La Plaza La Matríz est le centre des pratiques religieuses les plus traditionnelles de Valparaíso.
  2. Place Echaurren et rue Serrano. Le caractère fondamentalement commercial de cette zone est bien marqué par le marché du port, par des magasins et par une rue commerciale animée. Les bâtiments sont de trois types : « blocs de construction » ou « îlots de construction » donnant sur quatre rues ; « constructions de tête », donnant sur une rue ; constructions donnant sur deux rues. Le plus remarquable des blocs de construction est l'immeuble Astoreca (1906), construit à des fins commerciales et résidentielles selon un plan symétrique et orthogonal.
  3. Jetée Prat, places Sotomayor et Justicia et quartier du Musée de la mer. Cet ensemble comporte le principal axe transversal de cette zone, et présente les espaces publics les plus vastes. La place est entourée de constructions administratives et de service, de différentes périodes et de styles variés. Le Musée de la mer, au sommet de Cerro Cordillera, occupe le site de l'ancien château de San José, une forteresse construite pour repousser les attaques des corsaires et des pirates.
  4. Rue Prat et place Turri. Ce singulier espace public situé au pied de la colline s'étend depuis la Plaza Sotomayor jusqu'au début de la rue Esmeralda, en enveloppant la Plazuela Turri. La zone présente les îlots d'habitations rectangulaires traditionnels dans la plaine, ainsi que des édifices typiques, avec leurs façades donnant sur deux ou trois rues. Ce sont des exemples d'architecture monumentale, aussi bien par leur volume que par leurs caractéristiques formelles.
  5. Les deux collines de Cerro Alegre et Cerro Concepción , séparées par la rue Urriola, forment un même quartier qui a été planifié et développé, sur une large échelle, par les immigrants allemands et anglais à partir de la première moitié du XIXe  siècle. Ce secteur combine les différents types d'espaces publics de Valparaíso : places, points de vue, promenades, avenues, escaliers, arrêts des funiculaires, ainsi que les havres formés habituellement par les intersections et les bifurcations des rues.

Valparaíso eut jusqu'à trente funiculaires dont le plus ancien, le Concepción , fut inauguré en 1883. Ils comportent généralement deux voitures en bois ou en métal qui se déplacent simultanément dans les deux directions opposées, et sont montés sur une plate-forme à laquelle sont fixées les roues.

Le territoire de la ville était à l'origine occupé par les Indiens Chango, qui y vivaient de l'agriculture et de la pêche. Le site a été découvert par Juan de Saavedra en 1536, et la cité fondée par Pedro de Valdivia en 1544 ; il fut nommé premier port de la nation en 1554. En 1730, après un désastreux tremblement de terre, ses habitants furent contraints à se déplacer sur les collines, ce qui contribua à forger la physionomie caractéristique de la ville. À partir de cette époque, la plus grande partie de l'urbanisme se développa sur les collines. La principale ressource économique de la ville, qui était d'abord le blé, devint peu à peu le salpêtre, et elle connut un développement important ; elle put ainsi se structurer en différentes aires caractérisées par leurs principales activités, comme le commerce, le trafic portuaire, l'industrie et les affaires.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Le territoire était à l'origine habité par les Indiens Chango qui vivaient de la pêche et de l'agriculture. Le site de Valparaiso, dans la vallée de Quintil, sur la côte Pacifique, fut découvert par Juan de Saavedra en 1536. La ville fut fondée par Pedro de Valdivia en 1544 et devint le premier port du pays dès 1554. Un premier établissement se développa dans les quartiers de Juna Gomez (aujourd'hui Carampangue), San Francisco et San Agustín. Vers la fin du XVIe siècle, une route fut construite reliant Valparaiso à Santiago. Les immigrants espagnols introduisirent la foi catholique et construisirent la première chapelle dans le village au pied du ravin de San Francisco. L'église de La Matríz y fut construite en 1658, puis la ville s'entoura de fortifications. À cette époque, des ordres religieux vinrent s'installer, dont les Augustins et les Franciscains, et l'établissement urbain commença à prendre forme. Le centre commercial et les entrepôts occupaient une grande portion de la zone côtière. L'ouverture de la route maritime doublant le Cap Horn intensifia le commerce du blé entre Valparaiso et El Callao au XVIIIe siècle. L'expansion urbaine se fit d'abord essentiellement autour de deux pôles : le port et le centre commercial d'une part, la plage d'Almendral avec ses fermes et ses petites entreprises d'autre part. Puis le séisme catastrophique de 1730 contraignit les habitants à se réfugier sur les flancs des collines. À partir de ce moment-là, la plupart des habitations furent construites sur les collines.

Avec l'indépendance du Chili en 1810, Valparaiso ne tarda pas à devenir la ville portuaire la plus importante de la côte Pacifique. Les liens commerciaux qui se nouèrent avec l'Europe et les Etats-Unis mirent fin à la dépendance du Chili vis-à-vis de l'Espagne. Vers 1839-1840, Valparaiso obtint le statut administratif indépendant d'Intendencia et, en 1842, elle devint la capitale de la Province de Valparaiso, dotée d'entrepôts sous douane et d'une Bourse. À l'époque, la ville attira un grand nombre d'immigrants d'Angleterre, de France, d'Allemagne et des Etats-Unis qui contribuèrent à l'essor des activités maritimes et commerciales, dont on perçoit encore l'influence dans les rues qui passent au pied des collines d'Arsenal (actuellement Bustamante), de La Planchada (actuellement Serrano), de La Aduana (actuellement Prat) et Del Cabo (actuellement Esmeralda). La ville acquit une image cosmopolite. Dans les années 1840 et 1850, de nouveaux entrepôts furent construits entre l'actuelle place Aduana et la forteresse Duprat. En 1852, un chemin de fer relia les villes de l'intérieur du pays et la capitale, Santiago. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Valparaiso renforça sa position en tant que principal centre commercial et portuaire du pays, et ses activités minières se développèrent à Tarapaca et Antofagasta. La principale ressource économique passa progressivement du blé au salpêtre. La ville s'organisa par quartiers, consacrés chacun à un secteur d'activités : commerce, activités portuaires, industrie et affaires. Les rues de Planchada et d'Aduana accueillirent les missions diplomatiques, les banques, les agences internationales. Entre 1847 et 1870, Valparaiso fut l'épicentre financier et commercial du pays. La ville s'étendit et les collines furent reliées par la Cintura à quelque 100 m au-dessus du niveau de la mer, grâce au projet d'aménagement de Fermin Vivaceta en 1872.

En 1903, le système ferroviaire électrique commença à fonctionner, apportant un premier changement dans l'environnement urbain du XIXe siècle. En 1906, un violent séisme frappa la région et causa des dommages dans le centre ville qui nécessitèrent un programme de reconstruction. La célébration du 100e anniversaire de l'indépendance encouragea l'édification de bâtiments publics et privés de grande qualité. En 1914, toutefois, l'ouverture du canal de Panama isola Valparaiso des grandes routes commerciales entre les deux océans. La crise du salpêtre réduisit l'importance du port en même temps que la ville perdait sa suprématie au profit de Santiago, qui consolidait son statut de centre économique et politique du pays. La crise économique mondiale de 1929 apporta son lot de difficultés. Confrontée à de graves problèmes économiques et sociaux, Valparaiso poursuivit néanmoins son développement. On chercha des solutions et la ville s'étendit vers le haut, dans les quartiers de Juan Gómez, San Francisco, San Juan de Dios et Jaime, l'actuelle avenue Francia.

Source : évaluation des Organisations consultatives